Mondiaux d’athlétisme: 27 Belges sélectionnés, Robin Vanderbemden finalement repris pour les relais

©Belga
©Belga

Ils seront finalement 27 athlètes, 14 hommes et 13 femmes, à défendre les couleurs de la Belgique aux 17es championnats du monde d’athlétisme qui se dérouleront du 27 septembre au 6 octobre 2019 à Doha, au Qatar. La Ligue royale belge d’athlétisme (LRBA) a officialisé mardi sa liste composée de 9 hommes et 9 femmes dans des épreuves individuelles. Elle est complétée par 5 hommes et 4 femmes en vue des trois relais 4X400 mètres.

Le cas du relayeur Robin Vanderbemden, dont la sélection avait été remise en cause un moment faute d’avoir couru un 400m individuel cette saison, a été tranché favorablement. Le membre des Tornados doubles champions d’Europe en titre (plein air et salle) sera présent. La nouveauté dans la sélection se situe dans la présence de trois marathoniens : un homme, Thomas De Bock, et de deux femmes, Manuela Soccol et Hanna Vandenbussche.

Ils portent à neuf le nombre d’athlètes qui n’ont pas réussi les critères de sélection mais qui ont été repêchés par la fédération internationale (IAAF). Il s’agit de la moitié de la sélection dans les épreuves individuelles. Les six autres heureux bénéficiaires des décisions de l’IAAF sont Jonathan Sacoor (400m), Soufiane Bouchikhi (10.000m), Ismaël Debjani (1500m), Philip Milanov (disque), Hanne Maudens (heptatlhon) et Fanny Smets (perche).

La sélection belge à Doha :

Messieurs

Soufiane Bouchikhi (10.000m), Ben Broeders (perche), Ismaël Debjani (1500m), Thomas De Bock (marathon), Robin Hendrix (5000m), Isaac Kimeli (1500m, 5000m), Philip Milanov (disque), Jonathan Sacoor (400m), Thomas Van der Plaetsen (décathlon)

Relais 4X400m (Dylan Borlée, Kevin Borlée, Alexander Doom, Jonathan Sacoor, Robin Vanderbemden, Julien Watrin)

Dames

Hanne Claes (400m haies), Paulien Couckuyt (400m haies), Hanne Maudens (heptathlon), Claire Orcel (hauteur), Fanny Smets (perche), Manuela Soccol (marathon), Nafissatou Thiam (heptathlon), Hanna Vandenbussche (marathon), Anne Zagré (100m haies)

Relais 4X400m (Hanne Claes, Paulien Couckuyt, Manon Depuydt, Camille Laus, Liefde Schoemaker, Imke Vervaet)

Mixte

Relais 4X400m (Hanne Claes, Manon Depuydt, Camille Laus, Imke Vervaet, Dylan Borlée, Kevin Borlée, Robin Vanderbemden, Julien Watrin)

 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. Face au vote des députés, Boris Johnson a renvoyé la patate chaude aux Européens.

    Brexit: suite au prochain épisode…

  2. Vladimi Poutine accueillant son homologue turc, Recep Tayyip Erdogan, mardi à Sotchi
: «
La situation dans la région est très grave
» a rappelé le président russe.

    Poutine et Erdogan s’accordent pour renforcer la présence russe en Syrie

  3. FRANCE-LEONARDO-DA-VINCI-EXHIBITION

    Le Louvre met à l’honneur le vrai Léonard de Vinci

La chronique
  • Michel Barnier, missionnaire et poil à gratter: une personnalité qui contraste avec Boris Johnson

    Par Marc Roche

    Dans un coin de ma mémoire de chroniqueur du Brexit, une petite information mise de côté en sachant qu’elle sera utilisée un jour. La nouvelle Présidente de la Commission européenne, Ursula von der Leyen, a nommé Michel Barnier à la tête d’une « task force Royaume-Uni » chargée de la finalisation de l’Article 50 de sortie, de la préparation d’un no deal et de la négociation du futur accord commercial entre l’Union européenne et le Royaume-Uni.

    Dans le chaos actuel du processus du Brexit, cette nouvelle a fait l’effet d’un « vent » dans une assemblée de trappistes : déplorable mais sans importance. Le Premier ministre, Boris Johnson, a en effet d’autres chats à fouetter que de se préoccuper de la nouvelle mission qui serait attribuée, après la ratification de l’accord scellé entre Londres et Bruxelles, à celui qui est considéré par les Brexiteurs comme l’ennemi public numéro un.

    De solides inimitiés...

    Lire la suite

  • Une réforme des pensions doit être socialement acceptable

    Les hommes politiques se trompent parfois (pardonnez l’euphémisme). Après tout, ils sont faits du même bois que nous. Mais quand ils annoncent qu’il faut réformer notre système de pensions, ils ont raison.

    Tout a changé

    Notre premier pilier de pensions s’est construit au lendemain du dernier conflit mondial. La période des « Trente glorieuses » lui a donné sa solidité, en même temps que le « Baby-boom...

    Lire la suite