France: une Américaine traverse quatre fois la Manche à la nage sans s’arrêter, une première

France: une Américaine traverse quatre fois la Manche à la nage sans s’arrêter, une première
AFP

Une Américaine, survivante d’un cancer du sein, est devenue mardi la première personne à avoir traversé la Manche à la nage quatre fois d’affilée, une performance de 54 heures.

Sarah Thomas, 37 ans, originaire du Colorado (ouest des Etats-Unis), est arrivée mardi matin à Douvres, dans le sud de l’Angleterre, sous les applaudissements d’un petit groupe de personnes. «Je me sens un peu malade», l’entend-on dire sur une vidéo publiée sur Facebook.

La nageuse d’endurance a fait deux allers-retours entre Douvres et le Cap Gris-Nez, près de Boulogne-sur-Mer (nord de la France).

Avant de se lancer dans cette aventure sportive, Sarah Thomas avait dédié son exploit «à tous les survivants».

Piquée au visage par une méduse

«C’est pour ceux d’entre nous qui ont prié pour nos vies, qui se sont demandé avec désespoir ce qui allait se passer, qui ont bataillé, dans la douleur et la peur, pour vaincre», avait-elle publié samedi sur Facebook. Son propre traitement contre le cancer s’est achevé il y a un an.

A son arrivée mardi à Douvres, elle a confié d’une voix rauque à la BBC se sentir «assommée» et «engourdie», ajoutant que l’eau salée avait brûlé sa gorge. Elle a également été piquée au visage par une méduse.

Elle a remercié son équipe d’assistance, qui l’a alimentée tout du long avec des boissons riches en électrolytes et un peu de caféine. La boisson était «attachée à une corde, et on attirait l’attention (de Sarah) toutes les 30 minutes pour la lui jeter», a expliqué sa mère.

Le nageur d’endurance Lewis Pugh a salué sur Twitter une performance «extraordinaire, géniale et surhumaine». «Juste au moment où nous pensons avoir atteint la limite de l’endurance humaine, quelqu’un bat les records», s’est-il réjoui.

Avant l’exploit dans la Manche, Sarah Thomas avait déjà nagé près de 167 km, pendant 67 heures, dans le Lac Champlain (nord-est de Etats-Unis) en 2017.

Elle pensait alors être «au sommet de (s)es accomplissements et de (s)es réussites sportives». «Je pensais que je pouvais vraiment faire tout ce que que j’avais en tête. Je planifiais l’avenir... Puis on m’a diagnostiqué un cancer», a-t-elle témoigné dans une vidéo publiée sur une page de collecte de fonds pour un documentaire à son sujet, intitulé «The Other Side» (L’autre côté).

«Le cancer insuffle une peur qui ne s’en va jamais», a confié l’Américaine, mais le projet de traverser quatre fois la Manche l’a fait garder le cap dans son combat contre la maladie.

«C’était très important pour moi d’avoir un objectif et des rêves au-delà du cancer».

Un rêve qui remonte à l’enfance, raconte cette battante, bercée par tous ces «gens (qui) disai(ent) que nager dans la Manche (était) aussi dur que de grimper l’Everest».

dt-clw/agr/mba

AFP

 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. d-20190906-3VY1PT 2019-11-05 21:25:44

    Coalition fédérale: le CDH n’exclut plus une participation

  2. Le Parti socialiste de Pedro Sánchez reste le premier, avec 120 sièges sur 350. Mais bien loin de la majorité... © AFP.

    Elections: l’Espagne toujours à la recherche d’une majorité

  3. Le professeur avait souvent été dénoncé pour ses violences. Contre des étudiants. Mais surtout sur des femmes dont certaines avaient déposé des plaintes.

    Le professeur russe qui se prenait pour Napoléon a tué et démembré sa compagne

La chronique
  • L’Otan doit-elle suspendre son vol?

    Il y a un côté enfantin chez Emmanuel Macron, mais au sens de l’enfant du fameux conte d’Andersen qui s’écrie « Le roi est nu ! », provoquant ainsi le rire libérateur des sujets qui n’osaient pas s’avouer à eux-mêmes que leur souverain se promenait totalement à poil.

    En l’occurrence, Macron n’a pas fait rire mais, en déclarant dans une interview au magazine britannique The Economist, que l’Otan était « en état de mort cérébrale », il a dit très exactement ce que tout le monde sait, ce que tout le monde voit, mais que seul un esprit un peu enfantin pouvait oser dire. Angela Merkel a d’ailleurs trouvé la bonne expression : elle n’a pas dit que c’était faux (personne n’a vraiment dit que c’était faux !), elle a simplement fait remarquer que c’était « intempestif ». Intempestif signifiant exactement, si l’on se réfère au dictionnaire : « C’est vrai, mais ce n’est pas le moment de le dire. »...

    Lire la suite

  • Otan: le réveil de Macron, le risque de la division

    Il faut ouvrir la bouche quand on pense pouvoir exprimer clairement une opinion : c’est peu diplomatique, mais je ne suis pas un diplomate, je suis un politique. » Non, ce n’est pas là Emmanuel Macron qui parle. C’est le président sortant du Conseil européen, le Polonais Donald Tusk, qui, peu avant de tirer sa révérence, accorde au Soir un long entretien.

    ...

    Lire la suite