Visite du président congolais en Belgique: trois accords ont été signés

Visite du président congolais en Belgique: trois accords ont été signés
Belga

La Belgique et la République démocratique du Congo (RDC) ont conclu mardi à Bruxelles trois (et non quatre, comme attendu) accords qui concrétisent la fin de la profonde crise diplomatique qui a entaché les relations durant deux ans les relations entre la RDC et son ancienne puissance coloniale.

La ministre congolaise des Affaires étrangères, Marie Tumba Nzeza, a signé trois Memorandums d’entente (MoU) avec d’une part son homologue belge, Didier Reynders, et d’autre part avec le ministre des Finances et de la Coopération au développement, Alexander De Croo.

La signature s’est déroulée dans la prestigieuse galerie des glaces du Palais d’Egmont à Bruxelles, sous l’oeil du président congolais Felix-Antoine Tshisekedi Tshilombo, en visite officielle en Belgique, et du Premier ministre démissionnaire, Charles Michel, à l’issue d’une réunion intergouvernementale.

De quoi s’agit-il ?

Le premier MoU porte sur la tenue régulière de consultations politiques bilatérales. Outre la remise en place d’ambassadeurs dans les deux pays, le Belge Johan Indekeu a remis vendredi dernier la copie de ses lettres de créance à Mme Marie Nzeza et la RDC doit encore désigner prochainement son chef de poste en Belgique.

Le document porte notamment sur la réouverture des consulats généraux belge à Lubumbashi (sud-est de la RDC) et congolais à Anvers, fermés par Kinshasa au plus fort d’une crise diplomatique causée par les critiques belges sur le report, à plusieurs reprises, des élections qui se sont finalement tenues fin de l’an dernier.

Le texte prévoit aussi un appui à l’Ecole nationale de l’administration (ENA) à Kinshasa ainsi que la formation de diplomates congolais.

Les autres documents concernent la poursuite de la coopération au développement belge en RDC (elle aussi suspendue en 2017 par le régime de l’ancien président Joseph Kabila) et la consolidation des programmes en cours d’exécution, accompagnés d’un programme de transition.

Et sur le plan militaire ?

Aucun accord n’a toutefois été signé en matière de coopération militaire, alors que M. Tshisekedi s’était, dans une interview publiée lundi par le journal ’Le Soir», montré demandeur pour une réhabilitation du camp d’entraînement commando de Kota-Koli (province de l’Equateur, dans le nord-ouest)et de la reprise de la coopération à Kindu (Maniema, est), où l’armée belge a formé une brigade des Forces armées de la RDC (FARDC).

«La signature des MoU témoigne de la volonté des deux pays de renforcer leurs relations sur le plan diplomatique et confirme la redynamisation de la relation de grande proximité qui existe entre la RDC et la Belgique, dans le cadre d’un partenariat réciproque, renouant avec la croissance et le développement durable», soulignent les deux ministres dans leur communiqué.

«La Belgique, avec ses partenaires internationaux, s’engage à soutenir les efforts et réformes annoncés par les autorités congolaises, en tenant compte des progrès concrets en faveur de la population», conclut le texte.

 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. d-20191203-3XK945 2019-12-03 10:58:52

    Enseignement: regarder Pisa avec les lunettes de l’optimiste

  2. ©News

    Les bulletins des Mauves face au Sporting de Charleroi: une défense inspirée, une attaque patraque

  3. «
J’ai beaucoup d’imagination et de spontanéité dans ma manière d’écrire et d’inventer de la musique.
»

    Ibrahim Maalouf: «Ma musique est métissée parce que j’écoute le monde»

La chronique
  • Dans la hotte de saint Nicolas :{couques}, {nicnacs} et {spéculoos}

    Pour nombre d’entre nous, le 6 décembre fait revivre des souvenirs dont l’évocation suffit à nous convaincre que les enfants sages d’antan étaient bien différents de ceux d’aujourd’hui. Pourtant, même si le contenu de la hotte du grand saint a bien changé, il recèle quelques indémodables qui suscitent chez petits et grands un même élan de gratitude vis-à-vis de ce mystérieux visiteur à qui l’on pardonne bien volontiers son intrusion d’un soir. Dans le sillage de celui-ci, cette chronique vous offre quelques friandises linguistiques qui ont bravé les décennies, tout comme les réalités qu’elles désignent.

    Une couque de Dinant, pas de Reims

    Pas de hotte de saint Nicolas sans couque, gourmandise lexicographique de solide consistance. Une couque bien différente de ces pâtisseries à base de pâte briochée que sont, en Belgique, la couque suisse et la couque au beurre (avec ses déclinaisons aux raisins et au chocolat). Il s’agit d’un pain d’épices à pâte très ferme, ce qui...

    Lire la suite

  • Question à la N-VA: pourquoi se rendre détestable?

    Stop Khattabi » en lettres capitales noires sur fond jaune, avec pour suivre « Pas d’activiste qui puisse contrecarrer les décisions de justice à la Cour constitutionnelle ». Le tout à côté du visage de l’ex-coprésidente d’Ecolo, érigée par la N-VA en ennemie publique numéro un.

    Cette campagne « ad feminam » sur Twitter est pour commencer totalement déplacée alors qu’il existe un Parlement pour...

    Lire la suite