Visite du président congolais en Belgique: trois accords ont été signés

Visite du président congolais en Belgique: trois accords ont été signés
Belga

La Belgique et la République démocratique du Congo (RDC) ont conclu mardi à Bruxelles trois (et non quatre, comme attendu) accords qui concrétisent la fin de la profonde crise diplomatique qui a entaché les relations durant deux ans les relations entre la RDC et son ancienne puissance coloniale.

La ministre congolaise des Affaires étrangères, Marie Tumba Nzeza, a signé trois Memorandums d’entente (MoU) avec d’une part son homologue belge, Didier Reynders, et d’autre part avec le ministre des Finances et de la Coopération au développement, Alexander De Croo.

La signature s’est déroulée dans la prestigieuse galerie des glaces du Palais d’Egmont à Bruxelles, sous l’oeil du président congolais Felix-Antoine Tshisekedi Tshilombo, en visite officielle en Belgique, et du Premier ministre démissionnaire, Charles Michel, à l’issue d’une réunion intergouvernementale.

De quoi s’agit-il ?

Le premier MoU porte sur la tenue régulière de consultations politiques bilatérales. Outre la remise en place d’ambassadeurs dans les deux pays, le Belge Johan Indekeu a remis vendredi dernier la copie de ses lettres de créance à Mme Marie Nzeza et la RDC doit encore désigner prochainement son chef de poste en Belgique.

Le document porte notamment sur la réouverture des consulats généraux belge à Lubumbashi (sud-est de la RDC) et congolais à Anvers, fermés par Kinshasa au plus fort d’une crise diplomatique causée par les critiques belges sur le report, à plusieurs reprises, des élections qui se sont finalement tenues fin de l’an dernier.

Le texte prévoit aussi un appui à l’Ecole nationale de l’administration (ENA) à Kinshasa ainsi que la formation de diplomates congolais.

Les autres documents concernent la poursuite de la coopération au développement belge en RDC (elle aussi suspendue en 2017 par le régime de l’ancien président Joseph Kabila) et la consolidation des programmes en cours d’exécution, accompagnés d’un programme de transition.

Et sur le plan militaire ?

Aucun accord n’a toutefois été signé en matière de coopération militaire, alors que M. Tshisekedi s’était, dans une interview publiée lundi par le journal ’Le Soir», montré demandeur pour une réhabilitation du camp d’entraînement commando de Kota-Koli (province de l’Equateur, dans le nord-ouest)et de la reprise de la coopération à Kindu (Maniema, est), où l’armée belge a formé une brigade des Forces armées de la RDC (FARDC).

«La signature des MoU témoigne de la volonté des deux pays de renforcer leurs relations sur le plan diplomatique et confirme la redynamisation de la relation de grande proximité qui existe entre la RDC et la Belgique, dans le cadre d’un partenariat réciproque, renouant avec la croissance et le développement durable», soulignent les deux ministres dans leur communiqué.

«La Belgique, avec ses partenaires internationaux, s’engage à soutenir les efforts et réformes annoncés par les autorités congolaises, en tenant compte des progrès concrets en faveur de la population», conclut le texte.

 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. Face au vote des députés, Boris Johnson a renvoyé la patate chaude aux Européens.

    Brexit: suite au prochain épisode…

  2. Pour l’heure, entre syndicats et patrons du secteur, la confiance est au plus bas. En attendant le personnel continue de trinquer.

    Pourquoi les blouses blanches arrêtent le travail ce jeudi

  3. Vladimi Poutine accueillant son homologue turc, Recep Tayyip Erdogan, mardi à Sotchi
: «
La situation dans la région est très grave
» a rappelé le président russe.

    Poutine et Erdogan s’accordent pour renforcer la présence russe en Syrie

La chronique
  • Michel Barnier, missionnaire et poil à gratter: une personnalité qui contraste avec Boris Johnson

    Par Marc Roche

    Dans un coin de ma mémoire de chroniqueur du Brexit, une petite information mise de côté en sachant qu’elle sera utilisée un jour. La nouvelle Présidente de la Commission européenne, Ursula von der Leyen, a nommé Michel Barnier à la tête d’une « task force Royaume-Uni » chargée de la finalisation de l’Article 50 de sortie, de la préparation d’un no deal et de la négociation du futur accord commercial entre l’Union européenne et le Royaume-Uni.

    Dans le chaos actuel du processus du Brexit, cette nouvelle a fait l’effet d’un « vent » dans une assemblée de trappistes : déplorable mais sans importance. Le Premier ministre, Boris Johnson, a en effet d’autres chats à fouetter que de se préoccuper de la nouvelle mission qui serait attribuée, après la ratification de l’accord scellé entre Londres et Bruxelles, à celui qui est considéré par les Brexiteurs comme l’ennemi public numéro un.

    De solides inimitiés...

    Lire la suite

  • Patients et soignants méritent mieux que cela

    Pour les uns – les patrons – il n’y a là rien d’autre qu’une espèce de paranoïa syndicale. Pour les autres – les syndicats – l’accord du non-marchand de 2017 a valeur exclusive d’avancée sociale à l’avantage du personnel. Entre les deux camps, la ministre en affaires courantes de la Santé publique compte les coups. Elle penche même, une fois n’est pas coutume, en faveur des travailleurs, assurant qu’infirmiers, sages-femmes, kinés, logopèdes, diététiciens – « tout le personnel soignant » en fait – doivent « recevoir la...

    Lire la suite