Un garçon de 4 ans abattu par son frère de 5 ans au Texas

Un garçon de 4 ans abattu par son frère de 5 ans au Texas

Cinq enfants ont été tués ou blessés par des armes à feu ce week-end au Texas, dont un garçon de 4 ans abattu par son frère de 5 ans, selon des sources policières et les médias américains.

Ces drames illustrent une nouvelle fois les dangers des armes à feu aux Etats-Unis, où 30 % des adultes disent en détenir au moins une.

Dimanche, en milieu de journée, un garçon de 5 ans a trouvé une arme dans sa maison de Fort Worth, à l’ouest de Dallas, et a tiré un coup fatal sur son frère de 4 ans, a déclaré la police locale à l’AFP.

« A ce stade, aucune poursuite ne va être engagée » contre les parents, a précisé son porte-parole, Jimmy Pollozani, dans un email.

Quelques heures plus tard, un garçon de 6 ans a été grièvement blessé dans la ville voisine d’Arlington, lui aussi probablement touché par un de ses frères.

Plusieurs enfants jouaient dans une chambre quand un garçon âgé d’une dizaine d’années a trouvé un fusil, l’a pointé sur un plus jeune et a appuyé sur la détente, a rapporté Christopher Cook, un responsable de la police d’Arlington cité par le Dallas Morning News.

Blessé à la tête, le jeune garçon est dans un état critique. Une petite fille de trois ans a été blessée plus légèrement par des éclats de balles, rapporte le journal.

De nombreux incidents

Un adolescent présent dans la maison a expliqué à la police que l’arme lui appartenait et les parents ont nié en avoir eu connaissance. Les enquêteurs cherchent à déterminer comment il se l’est procurée.

Toujours à Arlington, une fillette de huit ans a été touchée aux fesses dimanche par le tir d’une arme semi-automatique qui avait été volée, rapporte encore le Dallas Morning News.

Selon ses parents, elle s’est assise sur cette arme et le coup est parti. La police cherche à clarifier le scénario de l’accident.

Dimanche matin, une fille de 14 ans, blessée par balle, avait aussi été transportée à l’hôpital de Fort Worth, indique enfin la chaîne CBS qui ne fournit pas de davantage de détails.

>Etats-Unis: un auteur de menaces en ligne cachait 25 armes à feu et environ 10.000 balles chez lui

 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. Face au vote des députés, Boris Johnson a renvoyé la patate chaude aux Européens.

    Brexit: suite au prochain épisode…

  2. Pour l’heure, entre syndicats et patrons du secteur, la confiance est au plus bas. En attendant le personnel continue de trinquer.

    Pourquoi les blouses blanches arrêtent le travail ce jeudi

  3. Vladimi Poutine accueillant son homologue turc, Recep Tayyip Erdogan, mardi à Sotchi
: «
La situation dans la région est très grave
» a rappelé le président russe.

    Poutine et Erdogan s’accordent pour renforcer la présence russe en Syrie

La chronique
  • CD&V: Blanche-Neige et les Sept Nains

    Le CD&V est en grand désarroi. La preuve : pour succéder à Wouter Beke, l’ancien président des démocrates-chrétiens flamands, déjà sept candidats se sont présentés. La plupart d’entre eux sont bourgmestres.

    Ce n’est pas par hasard si le CD&V est toujours le plus grand parti au niveau local, avec plus de 120 bourgmestres sur 300 communes flamandes. Quelques candidats se singularisent : il y a par exemple le président des jeunes démocrates-chrétiens, Sammy Mahdi, toujours accompagné de son chien Pamuk. Ou il y a l’unique femme parmi eux, Katrien Partyka, la bourgmestre de Tirlemont, où le CD&V est devenu en 2014, pour la première fois dans l’histoire de la ville, le plus grand parti. Ou encore, il y a l’acteur bien connu parmi les sept : Walter De Donder, bourgmestre d’Affligem, qui gagne sa vie en jouant le rôle du lutin Plop dans la série pour enfants Le Lutin Plop. Et puis, il y avait les deux candidatures annoncées, celle de Pieter De Crem et celle d’Hendrik Bogaert, bien connus et plutôt à droite, mais qui in fine se sont abstenus....

    Lire la suite

  • Patients et soignants méritent mieux que cela

    Pour les uns – les patrons – il n’y a là rien d’autre qu’une espèce de paranoïa syndicale. Pour les autres – les syndicats – l’accord du non-marchand de 2017 a valeur exclusive d’avancée sociale à l’avantage du personnel. Entre les deux camps, la ministre en affaires courantes de la Santé publique compte les coups. Elle penche même, une fois n’est pas coutume, en faveur des travailleurs, assurant qu’infirmiers, sages-femmes, kinés, logopèdes, diététiciens – « tout le personnel soignant » en fait – doivent « recevoir la...

    Lire la suite