Les F-16 belges interceptent quatre avions russes au-dessus de la mer Baltique

Les F-16 belges interceptent quatre avions russes au-dessus de la mer Baltique

Des chasseurs F-16 belges déployés depuis la fin août en Lituanie ont intercepté mardi quatre avions russes survolant de manière non autorisée l’espace aérien de l’Otan. Il s’agissait de deux TU-160 Blackjack (Tupolev) et de deux SU-27 (Soukhoï) ne disposant pas de plan de vol. « Les deux F-16 ont escorté de manière professionnelle ces avions jusqu’aux frontières de l’Otan », indique la Belgian Air Force.

Le détachement belge déployé en Lituanie a reçu une alerte vers 13h00 mardi, et deux avions de combat F16 ont décollé pour intercepter, après quelques minutes de vol, quatre avions « survolant de manière non autorisée l’espace aérien de l’OTAN », a appris Belga à bonne source.

Le ministère russe de la Défense, cité par l’agence TASS, affirme que deux avions TU-160 survolant des eaux « neutres » de la mer Baltique durant un vol « prévu de sept heures » ont été escortés par les jets de cinq pays sur certaines sections, mentionnant les jets F-16 des forces aériennes belges, danoises et polonaises, des F-18 finlandais et des JAS-39 Grispen suédois.

Des eaux neutres

Les appareils russes sont retournés à leur base, confirme encore le ministère russe, soulignant que les avions de combat russes survolent des eaux neutres dans le strict respect des règles internationales.

Les aviations alliées se relaient dans la région depuis mars 2004, date de l’élargissement de l’Otan à sept pays d’Europe de l’est. Les chasseurs de l’Otan doivent être prêts à décoller en quelques minutes, 24 heures sur 24 et sept jours sur sept, pour protéger, au nom de la solidarité entre alliés, l’espace aérien de l’Estonie, de la Lettonie et de la Lituanie. Ces pays sont membres de l’Alliance atlantique depuis 2004 mais ont fait le choix de ne pas posséder d’avions de combat.

 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. Gaëtan Servais, patron de Meusinvest, fera partie des nouveaux administrateurs.

    Un CA de la RTBF profondément remanié

  2. Le groupe Vlaams Belang à la Chambre est aujourd’hui fort de dix-huit représentants. © Belga.

    Le pedigree douteux des députés Vlaams Belang

  3. 93% des répondants se sont trouvés en danger dans leur trajet vers l’Europe, la moitié ne s’y attendant pas au moment du départ. Pour autant, ils ne sont que 2% à déclarer qu’ils n’auraient pas migré sachant ce qui les attendait.

    Un rapport de l’ONU favorable aux régularisations de migrants

La chronique
  • Hommage à la Catalogne

    Avant d’écrire 1984 (qui terrifie par son incroyable actualité), George Orwell avait participé à la guerre d’Espagne, plus particulièrement aux batailles livrées en Catalogne en 1936-1937 face aux troupes franquistes. Ceux qui s’intéressent à l’actualité politique catalane feraient bien de se plonger dans son Hommage à la Catalogne (republié chez 10/18), qui livre encore quelques clés pour comprendre cette région singulière et ses rapports avec le reste de l’Espagne.

    Ainsi, cette phrase : « Dans cette guerre, on eût dit que c’était toujours à qui manquerait l’autre ». N’est-ce pas un résumé laconique mais implacable de l’incompréhension historique entre l’Espagne et sa région la plus remuante et de l’échec des gouvernements successifs de Madrid et de sa justice ?

    Un pouvoir central qui privilégie systématiquement à la politique de la main tendue celle de la main sur la figure.

    L’Espagne, devenue...

    Lire la suite

  • Brexit: Boris Johnson, Prime Minister quand ça l’arrange

     Je fais quand même ce que je ne veux pas faire, mais on ne pourra jamais dire que je l’ai fait puisque je ne l’ai pas fait. » C’est le résumé de la pantalonnade à laquelle on a assisté ce week-end à Londres. À nouveau, serait-on tenté de dire.

    Allez ! Un Premier ministre qui envoie une lettre à l’Union européenne sans la signer pour demander un report sans vraiment le demander, mais parce qu’il était légalement obligé de le faire : mais à quoi donc...

    Lire la suite