Felice Mazzù sur l’humiliation subie par Genk à Salzbourg (6-2): «J’en prends la responsabilité» (vidéo)

Felice Mazzù sur l’humiliation subie par Genk à Salzbourg (6-2): «J’en prends la responsabilité» (vidéo)
Photo News

Genk a subi une lourde défaite pour ses débuts en Ligues des champions mardi soir. Le 6-2 encaissé en Autriche devrait laisser des traces dans les rangs du champion de Belgique.

Ligue des champions: Genk humilié par Salzbourg pour son entrée en compétition (6-2, vidéos)

« C’est un moment difficile mais ça fait partie de mon apprentissage. On peut être battu en Ligue des champions mais sévèrement comme aujourd’hui, ça peut faire mal », confie Felice Mazzù après le match au micro de RTL.

« J’espère qu’il n’y aura pas beaucoup de critiques sur l’équipe car les joueurs ont fait le maximum mais il peut y en avoir sur moi, je prends la responsabilité. »

Sébastien Dewaest n’a pas mâché ses mots après la rencontre : « C’était un match compliqué surtout en première mi-temps. Quand on fait des erreurs, qu’on concède des buts, c’est difficile de courir après le score. Mentalement on prend un coup après le deuxième et troisième but. On est tombé sur une équipe qui nous a montré ce qu’était le haut niveau ».

« On doit tirer des leçons de ce qui s’est passé aujourd’hui. Il nous reste deux grosses équipes comme Liverpool et Naples. Ce sera plus difficile pour nous. On doit tous se remettre en question, moi le premier. »

« On doit prendre cette défaite comme un coup de boost. C’est la première fois en Ligue des champions pour une partie du groupe. On peut apprendre de nos erreurs, c’est le point positif. C’est toujours compliqué de confirmer après un titre. Il y a eu des départs et des arrivées. Il faut du temps même si on n’en a pas forcément. Il faut rester soudé, c’est surtout ça la clé », conclut le capitaine de la formation limbourgeoise.

A l’image d’Aly Samatta, les Genkois étaient effondrés après le match. « Que dire après un tel revers ?, se demandait Samatta. Qu’on n’a pas fait notre job, tout simplement ! C’est un résultat aussi embarrassant qu’incompréhensible. On les a laissés nous attaquer, nous marcher dessus en quelque sorte. Même si j’ai marqué un but et échappé à l’exclusion grâce au VAR, cela ne me satisfait nullement. Il nous reste cinq matchs pour prouver qu’on mérite d’être en Ligue des champions. »

Bryan Heynen avait lui aussi difficile à trouver ses mots. « On ne peut en vouloir à personne en particulier, nous avons tous connu des erreurs incroyables, indignes de notre équipe. On a encaissé après une minute et on a dû courir après cette équipe terriblement efficace durant tout le match. Chaque occasion, ou presque, s’est transformée en but. »

 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. Face au vote des députés, Boris Johnson a renvoyé la patate chaude aux Européens.

    Brexit: suite au prochain épisode…

  2. Vladimi Poutine accueillant son homologue turc, Recep Tayyip Erdogan, mardi à Sotchi
: «
La situation dans la région est très grave
» a rappelé le président russe.

    Poutine et Erdogan s’accordent pour renforcer la présence russe en Syrie

  3. FRANCE-LEONARDO-DA-VINCI-EXHIBITION

    Le Louvre met à l’honneur le vrai Léonard de Vinci

La chronique
  • Michel Barnier, missionnaire et poil à gratter: une personnalité qui contraste avec Boris Johnson

    Par Marc Roche

    Dans un coin de ma mémoire de chroniqueur du Brexit, une petite information mise de côté en sachant qu’elle sera utilisée un jour. La nouvelle Présidente de la Commission européenne, Ursula von der Leyen, a nommé Michel Barnier à la tête d’une « task force Royaume-Uni » chargée de la finalisation de l’Article 50 de sortie, de la préparation d’un no deal et de la négociation du futur accord commercial entre l’Union européenne et le Royaume-Uni.

    Dans le chaos actuel du processus du Brexit, cette nouvelle a fait l’effet d’un « vent » dans une assemblée de trappistes : déplorable mais sans importance. Le Premier ministre, Boris Johnson, a en effet d’autres chats à fouetter que de se préoccuper de la nouvelle mission qui serait attribuée, après la ratification de l’accord scellé entre Londres et Bruxelles, à celui qui est considéré par les Brexiteurs comme l’ennemi public numéro un.

    De solides inimitiés...

    Lire la suite

  • Une réforme des pensions doit être socialement acceptable

    Les hommes politiques se trompent parfois (pardonnez l’euphémisme). Après tout, ils sont faits du même bois que nous. Mais quand ils annoncent qu’il faut réformer notre système de pensions, ils ont raison.

    Tout a changé

    Notre premier pilier de pensions s’est construit au lendemain du dernier conflit mondial. La période des « Trente glorieuses » lui a donné sa solidité, en même temps que le « Baby-boom...

    Lire la suite