Felice Mazzù sur l’humiliation subie par Genk à Salzbourg (6-2): «J’en prends la responsabilité» (vidéo)

Felice Mazzù sur l’humiliation subie par Genk à Salzbourg (6-2): «J’en prends la responsabilité» (vidéo)
Photo News

Genk a subi une lourde défaite pour ses débuts en Ligues des champions mardi soir. Le 6-2 encaissé en Autriche devrait laisser des traces dans les rangs du champion de Belgique.

Ligue des champions: Genk humilié par Salzbourg pour son entrée en compétition (6-2, vidéos)

« C’est un moment difficile mais ça fait partie de mon apprentissage. On peut être battu en Ligue des champions mais sévèrement comme aujourd’hui, ça peut faire mal », confie Felice Mazzù après le match au micro de RTL.

« J’espère qu’il n’y aura pas beaucoup de critiques sur l’équipe car les joueurs ont fait le maximum mais il peut y en avoir sur moi, je prends la responsabilité. »

Sébastien Dewaest n’a pas mâché ses mots après la rencontre : « C’était un match compliqué surtout en première mi-temps. Quand on fait des erreurs, qu’on concède des buts, c’est difficile de courir après le score. Mentalement on prend un coup après le deuxième et troisième but. On est tombé sur une équipe qui nous a montré ce qu’était le haut niveau ».

« On doit tirer des leçons de ce qui s’est passé aujourd’hui. Il nous reste deux grosses équipes comme Liverpool et Naples. Ce sera plus difficile pour nous. On doit tous se remettre en question, moi le premier. »

« On doit prendre cette défaite comme un coup de boost. C’est la première fois en Ligue des champions pour une partie du groupe. On peut apprendre de nos erreurs, c’est le point positif. C’est toujours compliqué de confirmer après un titre. Il y a eu des départs et des arrivées. Il faut du temps même si on n’en a pas forcément. Il faut rester soudé, c’est surtout ça la clé », conclut le capitaine de la formation limbourgeoise.

A l’image d’Aly Samatta, les Genkois étaient effondrés après le match. « Que dire après un tel revers ?, se demandait Samatta. Qu’on n’a pas fait notre job, tout simplement ! C’est un résultat aussi embarrassant qu’incompréhensible. On les a laissés nous attaquer, nous marcher dessus en quelque sorte. Même si j’ai marqué un but et échappé à l’exclusion grâce au VAR, cela ne me satisfait nullement. Il nous reste cinq matchs pour prouver qu’on mérite d’être en Ligue des champions. »

Bryan Heynen avait lui aussi difficile à trouver ses mots. « On ne peut en vouloir à personne en particulier, nous avons tous connu des erreurs incroyables, indignes de notre équipe. On a encaissé après une minute et on a dû courir après cette équipe terriblement efficace durant tout le match. Chaque occasion, ou presque, s’est transformée en but. »

 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
  • Remplacé, il a filé vers les vestiaires sans s’asseoir sur le banc.

    Par Rocco Minelli

    Italie

    Serie A: on ne changera pas Cristiano Ronaldo…

  • belgaimage-158128449-full

    Par Frédéric Larsimont

    Division 1A

    Felice Mazzù en fin de course à Genk

  • ©News

    Par François Laurent

    Diables rouges

    Diables rouges: un nouveau maillot qui divise les foules

 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. d-20190906-3VY1PT 2019-11-05 21:25:44

    Coalition fédérale: le CDH n’exclut plus une participation

  2. Le Parti socialiste de Pedro Sánchez reste le premier, avec 120 sièges sur 350. Mais bien loin de la majorité... © AFP.

    Elections: l’Espagne toujours à la recherche d’une majorité

  3. Le professeur avait souvent été dénoncé pour ses violences. Contre des étudiants. Mais surtout sur des femmes dont certaines avaient déposé des plaintes.

    Le professeur russe qui se prenait pour Napoléon a tué et démembré sa compagne

La chronique
  • L’Otan doit-elle suspendre son vol?

    Il y a un côté enfantin chez Emmanuel Macron, mais au sens de l’enfant du fameux conte d’Andersen qui s’écrie « Le roi est nu ! », provoquant ainsi le rire libérateur des sujets qui n’osaient pas s’avouer à eux-mêmes que leur souverain se promenait totalement à poil.

    En l’occurrence, Macron n’a pas fait rire mais, en déclarant dans une interview au magazine britannique The Economist, que l’Otan était « en état de mort cérébrale », il a dit très exactement ce que tout le monde sait, ce que tout le monde voit, mais que seul un esprit un peu enfantin pouvait oser dire. Angela Merkel a d’ailleurs trouvé la bonne expression : elle n’a pas dit que c’était faux (personne n’a vraiment dit que c’était faux !), elle a simplement fait remarquer que c’était « intempestif ». Intempestif signifiant exactement, si l’on se réfère au dictionnaire : « C’est vrai, mais ce n’est pas le moment de le dire. »...

    Lire la suite

  • Otan: le réveil de Macron, le risque de la division

    Il faut ouvrir la bouche quand on pense pouvoir exprimer clairement une opinion : c’est peu diplomatique, mais je ne suis pas un diplomate, je suis un politique. » Non, ce n’est pas là Emmanuel Macron qui parle. C’est le président sortant du Conseil européen, le Polonais Donald Tusk, qui, peu avant de tirer sa révérence, accorde au Soir un long entretien.

    ...

    Lire la suite