Olivier Maingain, agent de liaison des francophones? Pas pour Barbara Trachte (Ecolo)

Olivier Maingain, agent de liaison des francophones? Pas pour Barbara Trachte (Ecolo)
Belga

Olivier Maingain, OSS 117 de la francophonie belge ? La fonction qu’Olivier Maingain entendait s’attribuer a fait l’objet de trois interpellations, ce matin, au Parlement de la Commission communautaire française (Cocof). Pour le MR, Gaëtan Van Goidsenhoven s’interrogeait sur « le risque de confusion dans un paysage institutionnel complexe ». Quant à Céline Fremault (CDH), elle a aligné, un sourire en coin, les questions en mode gouvernance, « chère à Défi » : « quel profil de fonction, quelle évaluation, quel cadre juridique, quel mode de désignation »…

► «  Inutile » : le MR et le CDH critiquent la nouvelle fonction d’Olivier Maingain au gouvernement bruxellois

Barbara Trachte (Ecolo) n’est pas rentrée dans tous ces détails. Et pour cause : dans une réponse soulignant « la nécessité de renforcer la concertation et les collaborations entre entités francophones », elle a, entre les lignes, enterré la fonction. Deux faits à l’appui. « J’ai bien lu l’arrêté fixant les compétences de chacun. Et clairement, les relations avec les autres entités, et les nécessaires coordinations sont du ressort de la ministre-présidence de la Cocof. » Barbara Trachte entend donc assumer sa part du rôle d’agent de liaison francophone – avec cette remarque : comme Rudi Vervoort (peut/doit le faire), pour la Région bruxelloise. Et de poursuivre : « Il n’aura échappé à personne que ni la déclaration de politique générale de la Région wallonne ni celle de la Fédération Wallonie-Bruxelles ne font mention de cette fonction. Ils ne prévoient pas l’intervention d’une nouvelle structure. Willy Borsus a même dit que c’était exclu. Dont acte », conclut Barbara Trachte. Évacuant l’idée ? Gaëtan Van Goidsenhoven résume : « Nous venons d’assister à un enterrement institutionnel ». La ministre-présidente n’a rien répliqué…

La nouvelle fonction d’Olivier Maingain contrarie la Flandre : les partis flamands se sentent mis à l’écart

 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. d-20191203-3XK945 2019-12-03 10:58:52

    Enseignement: regarder Pisa avec les lunettes de l’optimiste

  2. ©News

    Les bulletins des Mauves face au Sporting de Charleroi: une défense inspirée, une attaque patraque

  3. «
J’ai beaucoup d’imagination et de spontanéité dans ma manière d’écrire et d’inventer de la musique.
»

    Ibrahim Maalouf: «Ma musique est métissée parce que j’écoute le monde»

La chronique
  • Dans la hotte de saint Nicolas :{couques}, {nicnacs} et {spéculoos}

    Pour nombre d’entre nous, le 6 décembre fait revivre des souvenirs dont l’évocation suffit à nous convaincre que les enfants sages d’antan étaient bien différents de ceux d’aujourd’hui. Pourtant, même si le contenu de la hotte du grand saint a bien changé, il recèle quelques indémodables qui suscitent chez petits et grands un même élan de gratitude vis-à-vis de ce mystérieux visiteur à qui l’on pardonne bien volontiers son intrusion d’un soir. Dans le sillage de celui-ci, cette chronique vous offre quelques friandises linguistiques qui ont bravé les décennies, tout comme les réalités qu’elles désignent.

    Une couque de Dinant, pas de Reims

    Pas de hotte de saint Nicolas sans couque, gourmandise lexicographique de solide consistance. Une couque bien différente de ces pâtisseries à base de pâte briochée que sont, en Belgique, la couque suisse et la couque au beurre (avec ses déclinaisons aux raisins et au chocolat). Il s’agit d’un pain d’épices à pâte très ferme, ce qui...

    Lire la suite

  • Question à la N-VA: pourquoi se rendre détestable?

    Stop Khattabi » en lettres capitales noires sur fond jaune, avec pour suivre « Pas d’activiste qui puisse contrecarrer les décisions de justice à la Cour constitutionnelle ». Le tout à côté du visage de l’ex-coprésidente d’Ecolo, érigée par la N-VA en ennemie publique numéro un.

    Cette campagne « ad feminam » sur Twitter est pour commencer totalement déplacée alors qu’il existe un Parlement pour...

    Lire la suite