Le Parlement européen refuse le report du brexit sans «raisons valables»

Le Parlement européen
Le Parlement européen - AFP

Les députés européens ont, à une très large majorité, exigé mercredi « des raisons et un objectif valables » pour accepter un éventuel report de la date limite du Brexit, prévue pour l’instant le 31 octobre.

Dans un texte adopté par 544 voix (126 voix contre, 38 abstentions), le Parlement européen réuni en session plénière à Strasbourg a arrêté sa position sur le divorce entre le Royaume-Uni et l’Union européenne pour la première fois depuis le début de la nouvelle législature issue des élections européennes de mai.

Le Parlement à Londres a adopté une loi début septembre obligeant le gouvernement britannique à demander une prolongation du délai du Brexit pour éviter un divorce brutal sans accord, ce que pour l’heure le Premier ministre Boris Johnson refuse de faire.

De son côté, le Parlement européen ne compte appuyer une prolongation de ce délai que « s’il existe pour cela des raisons et un objectif valables (éviter une sortie sans accord, organiser des élections générales ou un référendum, révoquer l’article 50 ou approuver un accord de retrait) ».

Le texte voté sous les applaudissements de l’hémicycle et sur lequel s’étaient mis d’accord les principaux groupes politiques, sauf l’extrême droite, réaffirme par ailleurs vouloir tout faire pour éviter un « no deal » et juge l’accord déjà négocié avec le précédent gouvernement britannique « juste et équilibré ».

« Si le Royaume-Uni venait à se retirer de l’Union sans accord, cela relèverait entièrement de la responsabilité du gouvernement britannique », accuse aussi le Parlement européen.

Tout nouvel accord que trouveraient Londres et Bruxelles devra recevoir l’aval du Parlement européen avant de pouvoir entrer en vigueur.

 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. Face au vote des députés, Boris Johnson a renvoyé la patate chaude aux Européens.

    Brexit: suite au prochain épisode…

  2. Vladimi Poutine accueillant son homologue turc, Recep Tayyip Erdogan, mardi à Sotchi
: «
La situation dans la région est très grave
» a rappelé le président russe.

    Poutine et Erdogan s’accordent pour renforcer la présence russe en Syrie

  3. FRANCE-LEONARDO-DA-VINCI-EXHIBITION

    Le Louvre met à l’honneur le vrai Léonard de Vinci

La chronique
  • Michel Barnier, missionnaire et poil à gratter: une personnalité qui contraste avec Boris Johnson

    Par Marc Roche

    Dans un coin de ma mémoire de chroniqueur du Brexit, une petite information mise de côté en sachant qu’elle sera utilisée un jour. La nouvelle Présidente de la Commission européenne, Ursula von der Leyen, a nommé Michel Barnier à la tête d’une « task force Royaume-Uni » chargée de la finalisation de l’Article 50 de sortie, de la préparation d’un no deal et de la négociation du futur accord commercial entre l’Union européenne et le Royaume-Uni.

    Dans le chaos actuel du processus du Brexit, cette nouvelle a fait l’effet d’un « vent » dans une assemblée de trappistes : déplorable mais sans importance. Le Premier ministre, Boris Johnson, a en effet d’autres chats à fouetter que de se préoccuper de la nouvelle mission qui serait attribuée, après la ratification de l’accord scellé entre Londres et Bruxelles, à celui qui est considéré par les Brexiteurs comme l’ennemi public numéro un.

    De solides inimitiés...

    Lire la suite

  • Une réforme des pensions doit être socialement acceptable

    Les hommes politiques se trompent parfois (pardonnez l’euphémisme). Après tout, ils sont faits du même bois que nous. Mais quand ils annoncent qu’il faut réformer notre système de pensions, ils ont raison.

    Tout a changé

    Notre premier pilier de pensions s’est construit au lendemain du dernier conflit mondial. La période des « Trente glorieuses » lui a donné sa solidité, en même temps que le « Baby-boom...

    Lire la suite