Michel Preud’homme avant Standard-Vitoria en Europa League: «C’est une équipe très complète»

©Belga
©Belga

Michel Preud’homme ne sous-estime pas le Vitoria SC, loin de là. « C’est une équipe complète, capable de s’organiser mais aussi de rapidement se projeter vers l’avant grâce à des joueurs techniques et des latéraux offensifs », a déclaré le coach liégeois mercredi en conférence de presse. Jeudi à Sclessin (18h55), les Rouches lanceront leur campagne européenne contre le club portugais dans ce premier match du groupe F de l’Europa League.

« Cette équipe possède de réelles qualités de reconversion et d’organisation. Quand on analyse cette formation du pot 4, c’est déjà d’un très bon niveau », a ajouté ’MPH’ au sujet de l’actuel 10e de Primeira Liga.

Passé in extremis à la trappe la saison dernière à l’issue de la phase de groupes malgré 10 unités au compteur, le Standard ne s’est pas fixé de réel objectif à l’aube de son entrée en lice. « Nous avons la volonté de faire le meilleur résultat possible. Nous allons prendre match par match, on fera les calculs après. Mais nous partons avec cette volonté de tirer le maximum de chacune de nos rencontres. »

Amallah « pas à 100 % »

À l’instar de l’année dernière quand il avait dû défier le FC Séville et Krasnodar, le Standard a une nouvelle fois hérité d’un groupe relevé avec, outre le Vitoria, Francfort et Arsenal. « L’année passée, nous seuls savions que notre groupe était compliqué car beaucoup sous-estimaient Krasnodar. Cette fois, tout le monde a conscience de la qualité de l’opposition », a assuré le technicien. « Mais nous sommes passés du pot 4 au pot 3 et c’est une évolution qu’un club doit connaître pour continuer à grandir. »

Leader du championnat avec un bilan de 15 points sur 21, le Standard devra se passer de Selim Amallah. « Il s’est entraîné avec le groupe mais il a eu l’honnêteté d’avouer qu’il n’était pas encore à 100 %. Il y a d’autres solutions dans le groupe, il vaut mieux ne pas risquer d’aller trop loin et de se blesser », a précisé Preud’homme au sujet de son milieu de terrain.

Le Vitoria Sport Clube, aussi appelé Vitoria Guimaraes, reste une large victoire à domicile contre Aves (5-1) samedi en championnat.

L’autre match du groupe verra Francfort accueillir simultanément Arsenal. Les Allemands sont neuvièmes en Bundesliga, les Londoniens septièmes de Premier League.

 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
  • David Elleray s’est exprimé devant la presse à Tubize.

    Par Jonas Bernard

    Division 1A

    David Elleray, patron de l’arbitrage belge: «Nos arbitres sont désormais des athlètes»

  • belgaimage-155853530-full

    Par Etienne Pairoux

    Standard

    Standard: huit jours sous pression pour les Rouches

  • Karim Belhocine a insisté sur l’efficacité avant le déplacement au Cercle.

    Par Benjamin Helson

    Charleroi

    Le Sporting de Charleroi encore face à l’inconnu

 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. Les talents de démarcheur du Premier ministre britannique sont mis à l’épreuve avant le vote de samedi.

    Vote serré en vue sur l’accord Brexit

  2. «
Essayer de réparer les problèmes climatiques, je vois bien d’où ça vient, chez moi.»

    Les racines élémentaires de Cyril Dion: «Je me suis promis de ne jamais devenir un vieux con»

  3. En 2004, Elio Di Rupo et Joëlle Milquet scellent une alliance qui écarte les libéraux du pouvoir au sud du pays. © Belga.

    Après 20 ans, Elio Di Rupo restitue un Parti socialiste debout et éreinté

La chronique
  • Hommage à la Catalogne

    Avant d’écrire 1984 (qui terrifie par son incroyable actualité), George Orwell avait participé à la guerre d’Espagne, plus particulièrement aux batailles livrées en Catalogne en 1936-1937 face aux troupes franquistes. Ceux qui s’intéressent à l’actualité politique catalane feraient bien de se plonger dans son Hommage à la Catalogne (republié chez 10/18), qui livre encore quelques clés pour comprendre cette région singulière et ses rapports avec le reste de l’Espagne.

    Ainsi, cette phrase : « Dans cette guerre, on eût dit que c’était toujours à qui manquerait l’autre ». N’est-ce pas un résumé laconique mais implacable de l’incompréhension historique entre l’Espagne et sa région la plus remuante et de l’échec des gouvernements successifs de Madrid et de sa justice ?

    Un pouvoir central qui privilégie systématiquement à la politique de la main tendue celle de la main sur la figure.

    L’Espagne, devenue...

    Lire la suite

  • Accord sur le Brexit: let it be…

    Lorsqu’est apparu jeudi matin « Accord sur le Brexit » sur nos écrans, c’est l’émotion d’abord qui s’est emparée de nous. Nous y voilà donc. Soudain, ce départ qui s’était transformé en un vaudeville avec de piètres acteurs et des portes de parlements qui claquent, devenait réalité. Et cela provoquait durant un court instant la stupéfaction, la tristesse, comme un sentiment de défaite mais surtout de perte. Comme si nous avions stupidement espéré que ces négociations allaient durer toujours, permettant de conserver « par...

    Lire la suite