Les visites domiciliaires, toujours d’actualité ? Maggie De Block et Marc Bossuyt priés de s’expliquer en commission

Maggie De Block
Maggie De Block - Bruno D’Alimonte

Le CDH et le PS, rejoints par Ecolo-Groen, ont demandé mercredi que la ministre en charge de l’Asile et de la migration, Maggie De Block, vienne s’expliquer en commission de l’Intérieur de la Chambre à la suite des informations récentes sur les visites domiciliaires. Le président de la Commission temporaire chargée d’évaluer la politique de retour volontaire et d’éloignement forcé des étrangers, Marc Bossuyt, est également prié de s’y présenter.

Le quotidien « La Libre » a révélé mardi que l’association des juges d’instruction avait été invitée devant la Commission Bossuyt pour exposer ses préoccupations à propos du projet de loi avorté des visites domiciliaires.

Sous la législature précédente, ce texte avait suscité un tollé dans une partie de la classe politique, les associations de soutien aux étrangers ainsi que parmi les citoyens hébergeurs de migrants. Il permettait à la police d’entrer chez des particuliers pour y interpeller des étrangers en séjour irrégulier et de fouiller le lieu pour trouver des éléments établissant leur identité, soit à la fois un mandat d’amener et un mandat de perquisition, selon les juges d’instruction. Le Premier ministre, Charles Michel, avait fini par geler le projet de loi avant qu’il ne puisse être approuvé au parlement.

Inquiétude

Le retour discret de ce dispositif a suscité l’inquiétude du CDH et du PS.

« Nous lisons dans la presse que ce projet revient de nulle part. La ministre elle-même dit ignorer qu’un sujet aussi controversé soit mis à l’ordre du jour de cette commission. Au nom de quoi, cette commission décide de le déterrer ? » a demandé la députée Vanessa Matz rejointe par Emir Kir (PS) : « Ce projet est-il abandonné, oui ou non ? Ou est-il toujours soutenu par le gouvernement ? »

Le gouvernement fédéral avait décidé au début de 2018, dans la foulée de la crise politique autour de l’expulsion de ressortissants soudanais, de mettre en place une commission d’experts sur la politique de refoulement dont la présidence a été confiée à l’ancien Commissaire général aux Réfugiés et Apatrides et ex-président de la Cour constitutionnelle, Marc Bossuyt. Celle-ci a rendu un rapport intermédiaire au mois de février.

Interrogée dans la presse, Mme De Block a rappelé qu’il n’y avait pas d’accord au gouvernement sur les suites à réserver à ce dossier des visites domiciliaires et qu’aucune initiative ne serait prise, vu les affaires courantes. Son cabinet n’a d’ailleurs fait aucune démarche, a-t-elle précisé. L’invitation litigieuse est une initiative de la Commission Bossuyt.

L’audition de Mme De Block et de M. Bossuyt pourrait avoir lieu la semaine prochaine.

 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. Wouter Beke, président (sur le départ) du CD&V.

    CD&V: Blanche-Neige et les Sept Nains

  2. Krewe du Belge fait la fête sur le jazz populaire et funky de New Orleans.

    Baptême de l’art: trois raisons de s’offrir un Halloween culturel

  3. Les cinq candidats à la présidence du MR se retrouvent ce mercredi soir à Namur-Expo pour un grand débat.

    Présidence du MR: vrai débat bleu ou show superficiel?

La chronique
  • CD&V: Blanche-Neige et les Sept Nains

    Le CD&V est en grand désarroi. La preuve : pour succéder à Wouter Beke, l’ancien président des démocrates-chrétiens flamands, déjà sept candidats se sont présentés. La plupart d’entre eux sont bourgmestres.

    Ce n’est pas par hasard si le CD&V est toujours le plus grand parti au niveau local, avec plus de 120 bourgmestres sur 300 communes flamandes. Quelques candidats se singularisent : il y a par exemple le président des jeunes démocrates-chrétiens, Sammy Mahdi, toujours accompagné de son chien Pamuk. Ou il y a l’unique femme parmi eux, Katrien Partyka, la bourgmestre de Tirlemont, où le CD&V est devenu en 2014, pour la première fois dans l’histoire de la ville, le plus grand parti. Ou encore, il y a l’acteur bien connu parmi les sept : Walter De Donder, bourgmestre d’Affligem, qui gagne sa vie en jouant le rôle du lutin Plop dans la série pour enfants Le Lutin Plop. Et puis, il y avait les deux candidatures annoncées, celle de Pieter De Crem et celle d’Hendrik Bogaert, bien connus et plutôt à droite, mais qui in fine se sont abstenus....

    Lire la suite

  • Patients et soignants méritent mieux que cela

    Pour les uns – les patrons – il n’y a là rien d’autre qu’une espèce de paranoïa syndicale. Pour les autres – les syndicats – l’accord du non-marchand de 2017 a valeur exclusive d’avancée sociale à l’avantage du personnel. Entre les deux camps, la ministre en affaires courantes de la Santé publique compte les coups. Elle penche même, une fois n’est pas coutume, en faveur des travailleurs, assurant qu’infirmiers, sages-femmes, kinés, logopèdes, diététiciens – « tout le personnel soignant » en fait – doivent « recevoir la...

    Lire la suite