Accueil Belgique Politique

Nicolas Martin: «Pour nous régionalistes, le Grand Baromètre, c’est un échec. Il faut un sursaut!»

Piqué au vif par le sondage Ipsos où 61 % des Wallons comme des Bruxellois souhaitaient « revenir à une Belgique unitaire », Nicolas Martin réagit. « Nous devons réexpliquer notre engagement régionaliste, reprendre notre bâton de pèlerin »

Article réservé aux abonnés
Journaliste au service Politique Temps de lecture: 4 min

Le sondage Ipsos livré mardi indiquait que 61% des Wallons comme des Bruxellois souhaitaient… « revenir à la Belgique unitaire ». Nous enchaînions, dans le journal, en nous interrogeant : où sont passés nos régionalistes wallons et bruxellois ? L’un d’eux, Nicolas Martin, bourgmestre de Mons, où il a succédé à Elio Di Rupo il y a un an, relève et réagit…

► Grand Baromètre: les francophones pour un retour à la Belgique unitaire, pas les Flamands

Cet article est réservé aux abonnés

Découvrez la suite, 1€ pour 1 mois (sans engagement)

J'en profite

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

5 Commentaires

  • Posté par Vercruysse Louis, jeudi 19 septembre 2019, 17:27

    LA DESTRUCTION des richesses belge est l oeuvre de nos policumuconbinard$ et de personnns d autre

  • Posté par Carton Vincent, jeudi 19 septembre 2019, 17:04

    En attendant Mr Nicolas Martin, la Wallonie est une des régions les plus pauvres d'Europe depuis qu'elle est gérée par des gens comme vous !

  • Posté par Carré Albin, jeudi 19 septembre 2019, 16:34

    L'historique est bien réel sauf que en son temps, si certains wallons réclamaient une régionalisation, c'était parce-que la Wallonie était la région la plus prospère. Pour ne pas avoir besoin de régionalisation, il "suffit" que l'état soit soumis à des règles claires qui évitent qu'une des parties accapare l'essentiel des moyens et ne dicte toutes les décisions. Malheureusement, le personnel politique wallon ou même francophone en général est composé de bien médiocres stratèges et négociateurs qui acceptent de tout céder aux flamands en échange de quelques babioles. L'exemple le plus récent est le dernier gouvernement où Mr Michel de sinistre mémoire n'a été qu'un médiocre pantin qui pour les francophones n'a brassé que du vent.

  • Posté par Lory Martine, jeudi 19 septembre 2019, 10:24

    Je suis d'accord avec Nicolas Martin , depuis la fin de la guerre 40 45 c était des investissements uniques au profit de la seule Flandre , le Budget des finances était partage en 80 %(voire plus) pour la Flandre et 20 % pour la Wallonie , comment la Wallonie aurait pu se relever . Nous avons été trop naïfs .

  • Posté par Coets Jean-jacques, mercredi 18 septembre 2019, 21:48

    Régionalisme=replis sur soi ; rien de plus et rien de moins. Les dérives des années 70 étaient réelles comme celles d'avant, au profit des Wallons... Un État unitaire peut être juste, mais il faut s'en donner les moyens. Ce n'est pas à la portée des régionalistes qui nient cette possibilité. Et pour les budgets "dédicacés", si déjà le français est une langue étrangère pour vous ?!

Aussi en Politique

Voir plus d'articles

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une

références Voir les articles de références références Tous les jobs