IPTV: les polices européennes démantèlent un vaste réseau de télévision pirate

IPTV: les polices européennes démantèlent un vaste réseau de télévision pirate

Les polices d’une demi-douzaine de pays européens ont annoncé mercredi avoir démantelé un vaste réseau, qualifié de plus important au monde, de piratage de plateformes de télévision payante en ligne représentant quelque cinq millions d’utilisateurs seulement pour l’Italie.

Les forces de l’ordre d’Italie, de Bulgarie, de France, d’Allemagne, de Grèce et des Pays-Bas ont procédé à des perquisitions, coordonnées par l’agence de coopération judiciaire européenne Eurojust, basée à La Haye (Pays-Bas).

Les polices de ces pays ont arrêté au moins 23 suspects dans le cadre d’une opération contre la plateforme illégale désactivée, baptisée Xtream Codes, qui, selon Eurojust, aurait causé environ 6,5 millions d’euros de pertes au marché légal.

« Les dommages causés aux sociétés de télévision, au secteur privé et aux institutions publiques sont immenses », a déclaré le représentant de l’Italie à Eurojust, Filippo Spiezia, lors d’une conférence de presse à La Haye.

« Les effets de cette activité illégale incluent une concurrence déloyale, des pertes financières (…) et des milliers d’emplois en danger », a-t-il ajouté.

L’Allemagne, la France et les Pays-Bas ont fermé environ 200 serveurs informatiques dans le cadre de l’opération.

La plate-forme IPTV visée

Celle-ci a permis la mise au jour et la désactivation « de la plateforme illégale de télévision en ligne (IPTV, de l’anglais Internet Protocol Television) la plus répandue parmi les pirates informatiques », selon la police financière italienne.

La plateforme permettait la revente illégale, via un unique abonnement et au prix de 12 euros, des contenus de plusieurs bouquets de programmes (dont ceux produits par les groupes audiovisuels Sky, DAZN, Mediaset, Netflix et Infinity) au client final.

Représentant plus de cinq millions d’utilisateurs en Italie seule, pour un chiffre d’affaires estimé à environ 60 millions d’euros, Xtream Codes avait été mise au point par deux citoyens grecs, précise la police financière dans un communiqué.

Des opérations illégales « permettaient des prélèvements sur des comptes courants ou via Paypal équivalents à 100.000 euros par mois », a expliqué mercredi le représentant du parquet de Naples (Italie) lors d’une conférence de presse.

La plateforme pirate permettait de convertir en données numériques des flux audiovisuels protégés par des droits de reproduction (copyright).

Selon la police financière, les membres de l’organisation, dont 25 ont été identifiés, géraient leurs affaires depuis des locaux informatiques installés à l’étranger d’où étaient retransmis des signaux numériques à grande échelle, y compris en Italie.

Les enquêtes européennes, qui visaient trois sociétés et cinq personnes physiques, ont abouti à la mise sous séquestre de l’ensemble de la plateforme Xtream Codes ainsi que de 800 sites internet et de 183 serveurs informatiques affectés à la reproduction et à la diffusion de flux audiovisuels.

Les responsables de l’organisation sont poursuivis pour association de malfaiteurs aux fins de reproduction et de commercialisation illégale de télévision en ligne, avec la circonstance aggravante de délit transnational.

Ils encourent une peine de six mois à trois ans de prison et jusqu’à 25.822 euros d’amende.

Sur le même sujet
Télévision
 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. Face au vote des députés, Boris Johnson a renvoyé la patate chaude aux Européens.

    Brexit: suite au prochain épisode…

  2. Pour l’heure, entre syndicats et patrons du secteur, la confiance est au plus bas. En attendant le personnel continue de trinquer.

    Pourquoi les blouses blanches arrêtent le travail ce jeudi

  3. Vladimi Poutine accueillant son homologue turc, Recep Tayyip Erdogan, mardi à Sotchi
: «
La situation dans la région est très grave
» a rappelé le président russe.

    Poutine et Erdogan s’accordent pour renforcer la présence russe en Syrie

La chronique
  • CD&V: Blanche-Neige et les Sept Nains

    Le CD&V est en grand désarroi. La preuve : pour succéder à Wouter Beke, l’ancien président des démocrates-chrétiens flamands, déjà sept candidats se sont présentés. La plupart d’entre eux sont bourgmestres.

    Ce n’est pas par hasard si le CD&V est toujours le plus grand parti au niveau local, avec plus de 120 bourgmestres sur 300 communes flamandes. Quelques candidats se singularisent : il y a par exemple le président des jeunes démocrates-chrétiens, Sammy Mahdi, toujours accompagné de son chien Pamuk. Ou il y a l’unique femme parmi eux, Katrien Partyka, la bourgmestre de Tirlemont, où le CD&V est devenu en 2014, pour la première fois dans l’histoire de la ville, le plus grand parti. Ou encore, il y a l’acteur bien connu parmi les sept : Walter De Donder, bourgmestre d’Affligem, qui gagne sa vie en jouant le rôle du lutin Plop dans la série pour enfants Le Lutin Plop. Et puis, il y avait les deux candidatures annoncées, celle de Pieter De Crem et celle d’Hendrik Bogaert, bien connus et plutôt à droite, mais qui in fine se sont abstenus....

    Lire la suite

  • Patients et soignants méritent mieux que cela

    Pour les uns – les patrons – il n’y a là rien d’autre qu’une espèce de paranoïa syndicale. Pour les autres – les syndicats – l’accord du non-marchand de 2017 a valeur exclusive d’avancée sociale à l’avantage du personnel. Entre les deux camps, la ministre en affaires courantes de la Santé publique compte les coups. Elle penche même, une fois n’est pas coutume, en faveur des travailleurs, assurant qu’infirmiers, sages-femmes, kinés, logopèdes, diététiciens – « tout le personnel soignant » en fait – doivent « recevoir la...

    Lire la suite