Accueil Belgique Politique

L’accusateur de Reynders sort de l’ombre

Nicolas Ullens de Schooten, ex-agent de la Sûreté de l’Etat, accuse Didier Reynders, sur P.-V. de police, de corruption et blanchiment. Aujourd’hui, il assume publiquement ses dires. Mais n’apporte pas de preuve.

Article réservé aux abonnés
Journaliste au service Société Temps de lecture: 4 min

Il est loin, le temps de la discrétion d’agent de renseignement. Nicolas Ullens de Schooten, 54 ans, a quitté la Sûreté de l’Etat le 1er mars 2018. Environ un an plus tard, comme révélé par De Tijd

Cet article est réservé aux abonnés
Article abonné

Découvrez la suite, 1€ pour 1 mois (sans engagement)

Avec cette offre, profitez de :
  • L’accès illimité à tous les articles, dossiers et reportages de la rédaction
  • Le journal en version numérique
  • Un confort de lecture avec publicité limitée

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

3 Commentaires

  • Posté par Delpierre Bernard, jeudi 19 septembre 2019, 10:58

    Il est déjà étonnant de quitter cette institution à 54 ans de son plein gré pour on ne sait quelles raisons...Dés lors, comment de l'extérieur être en possession d'éléments graves et concordants susceptibles d'incriminer un tiers de faits de corruption et de blanchiment...Wait and see

  • Posté par Biagini Benoît, jeudi 19 septembre 2019, 10:39

    Difficile de comprendre que ce Monsieur qui, par sa vie professionnelle passée, "connait la musique" d'une enquête, c'est à dire preuve écrite, témoignages recoupés ou autre élément matériel probant ne dispose de rien pour étayer ses dires et vient s'épancher auprès de la justice et de la presse. Ou il ne dit pas tout, ou on va le prendre pour un affabulateur surtout face à un rusé Reynders.

  • Posté par Monsieur Alain, mercredi 18 septembre 2019, 23:11

    "On ne nous dit pas tout" (Anne Romanoff).

Aussi en Politique

Ypres: l’extrême droite privée de «Frontnacht» après des semaines d’hésitation

Le conseil communal d’Ypres a tranché : le festival de musique Frontnacht, présenté comme simplement « identitaire » par ses organisateurs, ne pourra pas avoir lieu en marge de l’IJzerwake, dissidence « ultra » du pèlerinage de l’Yser. Les liens entre plusieurs groupes invités et la mouvance néonazie sont désormais trop manifestes pour être ignorés.

Voir plus d'articles

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une

références Voir les articles de références références Tous les jobs