La panthère noire qui se promenait sur les toits à la frontière franco-belge appartenait à un particulier (vidéo)

La panthère noire qui se promenait sur les toits à la frontière franco-belge appartenait à un particulier (vidéo)
MAXPPP

La panthère noire qui «s’est baladée» mercredi soir sur le toit d’un immeuble d’Armentières avant d’être capturée par les pompiers venait du «domicile d’un particulier», qui la gardait illégalement chez lui, a-t-on appris jeudi auprès de la préfecture du Nord. «Une enquête est en cours pour retrouver le propriétaire, qui a fui avant l’arrivée des secours», a indiqué la préfecture à l’AFP, rappelant qu’il est «bien sûr interdit de posséder une panthère».

Les pompiers avaient été appelés mercredi soir peu après 18h dans cette ville de l’agglomération lilloise pour déloger l’animal, qui «se baladait» sur le toit d’un immeuble d’habitation, comme un banal chat de gouttière. Sur des photographies diffusées par les services de secours, on peut voir l’imposant animal déambuler tranquillement sur le rebord du toit, au troisième et dernier étage d’un immeuble en briques, se penchant dans le vide ou regardant par la fenêtre d’un appartement.

Selon La Voix du Nord, la panthère noire «s’arrêtait parfois pour regarder passer le train ou suivre de son regard clair un chat qui déguerpissait sur la chaussée». Après l’installation d’un périmètre de sécurité par la police, pour éviter que l’animal ne saute, les pompiers l’ont finalement piégé «à l’intérieur d’une habitation» dans laquelle il venait de rentrer.

Une intervention hors norme

Accompagné d’un policier et un agent de l’Office national de la chasse et de la faune sauvage (ONCFS), un vétérinaire sapeur-pompier a ensuite endormi l’animal à l’aide d’un «fusil hypodermique» équipé de fléchettes anesthésiantes, ont précisé les pompiers, évoquant une intervention «hors norme». L’opération n’a fait aucun blessé.

«Il semble que la personne qui se trouvait dans l’appartement» où la panthère a été capturée et dont elle est «probablement sortie» au départ «a quitté les lieux précipitamment par la fenêtre» avant l’arrivée des secours, ont indiqué jeudi matin les pompiers du Nord, précisant qu’ils avaient «dû obstruer une fenêtre à l’arrière de la maison en vue de la capture».

Mis en cage, le félin a finalement été confié à la Ligue protectrice des animaux (LPA) du Nord. Agé de «cinq à six mois», il «se porte bien actuellement (...) et va bientôt quitter la LPA», a indiqué l’association, ne souhaitant pas communiquer à ce stade sa future destination.

 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. d-20191203-3XK945 2019-12-03 10:58:52

    Enseignement: regarder Pisa avec les lunettes de l’optimiste

  2. d-20191008-3WJ5PV 2019-10-08 12:36:39

    Climat: le transport maritime pèse autant que nos voitures

  3. ©News

    Les bulletins des Mauves face au Sporting de Charleroi: une défense inspirée, une attaque patraque

La chronique
  • Dans la hotte de saint Nicolas :{couques}, {nicnacs} et {spéculoos}

    Pour nombre d’entre nous, le 6 décembre fait revivre des souvenirs dont l’évocation suffit à nous convaincre que les enfants sages d’antan étaient bien différents de ceux d’aujourd’hui. Pourtant, même si le contenu de la hotte du grand saint a bien changé, il recèle quelques indémodables qui suscitent chez petits et grands un même élan de gratitude vis-à-vis de ce mystérieux visiteur à qui l’on pardonne bien volontiers son intrusion d’un soir. Dans le sillage de celui-ci, cette chronique vous offre quelques friandises linguistiques qui ont bravé les décennies, tout comme les réalités qu’elles désignent.

    Une couque de Dinant, pas de Reims

    Pas de hotte de saint Nicolas sans couque, gourmandise lexicographique de solide consistance. Une couque bien différente de ces pâtisseries à base de pâte briochée que sont, en Belgique, la couque suisse et la couque au beurre (avec ses déclinaisons aux raisins et au chocolat). Il s’agit d’un pain d’épices à pâte très ferme, ce qui...

    Lire la suite

  • Question à la N-VA: pourquoi se rendre détestable?

    Stop Khattabi » en lettres capitales noires sur fond jaune, avec pour suivre « Pas d’activiste qui puisse contrecarrer les décisions de justice à la Cour constitutionnelle ». Le tout à côté du visage de l’ex-coprésidente d’Ecolo, érigée par la N-VA en ennemie publique numéro un.

    Cette campagne « ad feminam » sur Twitter est pour commencer totalement déplacée alors qu’il existe un Parlement pour...

    Lire la suite