La panthère noire qui se promenait sur les toits à la frontière franco-belge appartenait à un particulier (vidéo)

La panthère noire qui se promenait sur les toits à la frontière franco-belge appartenait à un particulier (vidéo)
MAXPPP

La panthère noire qui «s’est baladée» mercredi soir sur le toit d’un immeuble d’Armentières avant d’être capturée par les pompiers venait du «domicile d’un particulier», qui la gardait illégalement chez lui, a-t-on appris jeudi auprès de la préfecture du Nord. «Une enquête est en cours pour retrouver le propriétaire, qui a fui avant l’arrivée des secours», a indiqué la préfecture à l’AFP, rappelant qu’il est «bien sûr interdit de posséder une panthère».

Les pompiers avaient été appelés mercredi soir peu après 18h dans cette ville de l’agglomération lilloise pour déloger l’animal, qui «se baladait» sur le toit d’un immeuble d’habitation, comme un banal chat de gouttière. Sur des photographies diffusées par les services de secours, on peut voir l’imposant animal déambuler tranquillement sur le rebord du toit, au troisième et dernier étage d’un immeuble en briques, se penchant dans le vide ou regardant par la fenêtre d’un appartement.

Selon La Voix du Nord, la panthère noire «s’arrêtait parfois pour regarder passer le train ou suivre de son regard clair un chat qui déguerpissait sur la chaussée». Après l’installation d’un périmètre de sécurité par la police, pour éviter que l’animal ne saute, les pompiers l’ont finalement piégé «à l’intérieur d’une habitation» dans laquelle il venait de rentrer.

Une intervention hors norme

Accompagné d’un policier et un agent de l’Office national de la chasse et de la faune sauvage (ONCFS), un vétérinaire sapeur-pompier a ensuite endormi l’animal à l’aide d’un «fusil hypodermique» équipé de fléchettes anesthésiantes, ont précisé les pompiers, évoquant une intervention «hors norme». L’opération n’a fait aucun blessé.

«Il semble que la personne qui se trouvait dans l’appartement» où la panthère a été capturée et dont elle est «probablement sortie» au départ «a quitté les lieux précipitamment par la fenêtre» avant l’arrivée des secours, ont indiqué jeudi matin les pompiers du Nord, précisant qu’ils avaient «dû obstruer une fenêtre à l’arrière de la maison en vue de la capture».

Mis en cage, le félin a finalement été confié à la Ligue protectrice des animaux (LPA) du Nord. Agé de «cinq à six mois», il «se porte bien actuellement (...) et va bientôt quitter la LPA», a indiqué l’association, ne souhaitant pas communiquer à ce stade sa future destination.

 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. Pour François Desquesnes (CDH), le travail n’est pas fini dans le groupe Nethys. © Belga.

    Wallonie: le CDH veut que Nethys fasse d’urgence le nettoyage des filiales

  2. Pierre-Yves Thienpont (Le Soir).

    Un CA de la RTBF profondément remanié

  3. Le groupe Vlaams Belang à la Chambre est aujourd’hui fort de dix-huit représentants. © Belga.

    Le pedigree douteux des députés Vlaams Belang

La chronique
  • Hommage à la Catalogne

    Avant d’écrire 1984 (qui terrifie par son incroyable actualité), George Orwell avait participé à la guerre d’Espagne, plus particulièrement aux batailles livrées en Catalogne en 1936-1937 face aux troupes franquistes. Ceux qui s’intéressent à l’actualité politique catalane feraient bien de se plonger dans son Hommage à la Catalogne (republié chez 10/18), qui livre encore quelques clés pour comprendre cette région singulière et ses rapports avec le reste de l’Espagne.

    Ainsi, cette phrase : « Dans cette guerre, on eût dit que c’était toujours à qui manquerait l’autre ». N’est-ce pas un résumé laconique mais implacable de l’incompréhension historique entre l’Espagne et sa région la plus remuante et de l’échec des gouvernements successifs de Madrid et de sa justice ?

    Un pouvoir central qui privilégie systématiquement à la politique de la main tendue celle de la main sur la figure.

    L’Espagne, devenue...

    Lire la suite

  • Brexit: Boris Johnson, Prime Minister quand ça l’arrange

     Je fais quand même ce que je ne veux pas faire, mais on ne pourra jamais dire que je l’ai fait puisque je ne l’ai pas fait. » C’est le résumé de la pantalonnade à laquelle on a assisté ce week-end à Londres. À nouveau, serait-on tenté de dire.

    Allez ! Un Premier ministre qui envoie une lettre à l’Union européenne sans la signer pour demander un report sans vraiment le demander, mais parce qu’il était légalement obligé de le faire : mais à quoi donc...

    Lire la suite