Migration: sans solution politique, la Porte d’Ulysse à Haren fermera dimanche matin

Migration: sans solution politique, la Porte d’Ulysse à Haren fermera dimanche matin
D.R

Sans solution politique, la Plateforme citoyenne de soutien aux réfugiés sera contrainte de fermer la Porte d’Ulysse à Haren dimanche matin. « On doit rendre le bâtiment le 30 septembre. Mais il nous faut une dizaine de jours pour déménager. On espère encore qu’on nous permettra de rester quelques jours de plus, jusqu’à ce qu’un autre bâtiment soit trouvé », indique jeudi le porte-parole de la Plateforme, Mehdi Kassou. Plus de 350 migrants risquent de rejoindre les centaines d’autres qui dorment dehors chaque nuit.

« On a des échéances logistiques, notamment pour le démontage des douches qui sont installées dans des conteneurs. C’est du convoi exceptionnel, on ne peut pas improviser », rappelle Mehdi Kassou. « Les citoyens hébergeurs accueillent déjà 200 personnes chaque nuit. Je sais que certains se mobiliseront encore plus si la Porte d’Ulysse est fermée. Mais nous ne lancerons pas d’appel pour les relancer. La responsabilité est politique », poursuit-il.

Interrogé lundi au Parlement bruxellois, Alain Maron (Ecolo), l’un des ministres en charge de la Santé et de l’Action sociale, a reconnu qu’aucune solution n’avait encore été trouvée. Mais « nous n’imaginons pas ne pas en trouver », a-t-il ajouté. Selon le ministre, son cabinet et celui du ministre-président bruxellois Rudi Vervoort « ne ménagent pas leurs efforts pour essayer de trouver des solutions. Je ne peux que constater que ces dernières n’ont pas été trouvées antérieurement et que c’est maintenant, juste avant l’échéance, qu’il faut le faire. Des contacts ont été pris avec tous les opérateurs régionaux, les autorités locales – directement ou indirectement –, des opérateurs privés et d’autres opérateurs publics – y compris fédéraux – pour essayer de trouver des bâtiments pour les semaines qui viennent ou plus structurellement. »

Depuis plus d’un an, le centre d’hébergement pour migrants géré par la Plateforme citoyenne avec Médecins du Monde et la Ville de Bruxelles est installé sur le site « Blue Star » à Haren, grâce à une convention d’occupation précaire. Mais citydev.brussels, à qui appartiennent les lieux, doit y aménager la future école régionale des métiers de la sécurité.

Le nouveau gouvernement bruxellois s’est accordé pour pérenniser le financement de la Porte d’Ulysse et veut pousser le gouvernement fédéral à ériger un véritable centre d’accueil et d’orientation pour les migrants qui n’ont pas, ou pas encore, demandé de protection internationale à la Belgique.

 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. Gaëtan Servais, patron de Meusinvest, fera partie des nouveaux administrateurs.

    Un CA de la RTBF profondément remanié

  2. Le groupe Vlaams Belang à la Chambre est aujourd’hui fort de dix-huit représentants. © Belga.

    Le pedigree douteux des députés Vlaams Belang

  3. 93% des répondants se sont trouvés en danger dans leur trajet vers l’Europe, la moitié ne s’y attendant pas au moment du départ. Pour autant, ils ne sont que 2% à déclarer qu’ils n’auraient pas migré sachant ce qui les attendait.

    Un rapport de l’ONU favorable aux régularisations de migrants

La chronique
  • Hommage à la Catalogne

    Avant d’écrire 1984 (qui terrifie par son incroyable actualité), George Orwell avait participé à la guerre d’Espagne, plus particulièrement aux batailles livrées en Catalogne en 1936-1937 face aux troupes franquistes. Ceux qui s’intéressent à l’actualité politique catalane feraient bien de se plonger dans son Hommage à la Catalogne (republié chez 10/18), qui livre encore quelques clés pour comprendre cette région singulière et ses rapports avec le reste de l’Espagne.

    Ainsi, cette phrase : « Dans cette guerre, on eût dit que c’était toujours à qui manquerait l’autre ». N’est-ce pas un résumé laconique mais implacable de l’incompréhension historique entre l’Espagne et sa région la plus remuante et de l’échec des gouvernements successifs de Madrid et de sa justice ?

    Un pouvoir central qui privilégie systématiquement à la politique de la main tendue celle de la main sur la figure.

    L’Espagne, devenue...

    Lire la suite

  • Brexit: Boris Johnson, Prime Minister quand ça l’arrange

     Je fais quand même ce que je ne veux pas faire, mais on ne pourra jamais dire que je l’ai fait puisque je ne l’ai pas fait. » C’est le résumé de la pantalonnade à laquelle on a assisté ce week-end à Londres. À nouveau, serait-on tenté de dire.

    Allez ! Un Premier ministre qui envoie une lettre à l’Union européenne sans la signer pour demander un report sans vraiment le demander, mais parce qu’il était légalement obligé de le faire : mais à quoi donc...

    Lire la suite