Simon Davies avant Bruges-Anderlecht: «On ne prendra pas de risque avec Kompany, on verra bien pour Trebel»

©Photonews
©Photonews

Le Sporting d’Anderlecht se déplace ce dimanche au FC Bruges pour un Topper très attendu. Après une victoire contre le Standard, les Mauves ont replongé en s’inclinant face à l’Antwerp. Autant dire que les Bruxellois sont dos au mur avant ce match au Jan Breydel.

« Avec Vincent Kompany, on a regardé le match de Bruges hier (face à Galatasaray en Ligue des champions, NDLR) », a déclaré Simon Davies en conférence de presse en marge de cette rencontre comptant pour la 8e journée de championnat. « J’étais très impressionné de leur performance, il aurait pu gagner cette rencontre. Mais on n’était pas surpris, on n’a rien appris de nouveau. On connaît leurs nombreuses qualités et ils ont bien entamé la saison. Ce sera un bon test. »

L’entraîneur d’Anderlecht a précisé qu’il ne compte pas vraiment adapter son équipe à son adversaire. « Honnêtement, on respecte Bruges, mais on compte bien jouer notre jeu. On y croit. On connaît leurs forces, on a travaillé pour les contrer. Nos résultats nous rendent malheureux, mais on a la possession dans nos matches. C’est ce qu’on voulait avant de débuter la saison. Maintenant, il faut marquer des buts. »

Probablement pas Kompany, mais peut-être Trebel

Davies a forcément évoqué le cas de Vincent Kompany, blessé il y a un mois. « Il est en bonne voie, il se sent de mieux en mieux. Il s’est entraîné, mais pas encore avec le groupe. » Un espoir de le voir sur le terrain pour le Topper ? Probablement pas. « Il serait forcément une plus-value pour l’équipe. Mais on ne veut pas se presser avec son retour, juste pour jouer un match important. On doit penser à ça. Il est impatient, il veut absolument jouer, mais on ne peut pas risquer le reste de la saison. »

Quant à Adrien Trebel, qui pourrait être sur la feuille de match dimanche, le coach est resté évasif. « C’est un très bon professionnel et il s’est bien entraîné. Il manque de rythme c’est certain, mais il était sur le terrain avec les U21 cette semaine. On verra si on le prendra pour le match du week-end. Physiquement, il est apte. »

Enfin, Davies s’est également exprimé sur le retour d’Anthony Vanden Borre, qui s’entraîne avec les jeunes d’Anderlecht. « C’est un joueur qui a bien joué par le passé. Actuellement, on lui donne simplement l’opportunité de retrouver sa forme. Il n’y aucune pression sur lui. On attend de voir le niveau qu’il peut atteindre avant d’évoquer son avenir. »

 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
  • Remplacé, il a filé vers les vestiaires sans s’asseoir sur le banc.

    Par Rocco Minelli

    Italie

    Serie A: on ne changera pas Cristiano Ronaldo…

  • belgaimage-158128449-full

    Par Frédéric Larsimont

    Division 1A

    Felice Mazzù en fin de course à Genk

  • ©News

    Par François Laurent

    Diables rouges

    Diables rouges: un nouveau maillot qui divise les foules

 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. d-20190906-3VY1PT 2019-11-05 21:25:44

    Coalition fédérale: le CDH n’exclut plus une participation

  2. Le Parti socialiste de Pedro Sánchez reste le premier, avec 120 sièges sur 350. Mais bien loin de la majorité... © AFP.

    Elections: l’Espagne toujours à la recherche d’une majorité

  3. Le professeur avait souvent été dénoncé pour ses violences. Contre des étudiants. Mais surtout sur des femmes dont certaines avaient déposé des plaintes.

    Le professeur russe qui se prenait pour Napoléon a tué et démembré sa compagne

La chronique
  • L’Otan doit-elle suspendre son vol?

    Il y a un côté enfantin chez Emmanuel Macron, mais au sens de l’enfant du fameux conte d’Andersen qui s’écrie « Le roi est nu ! », provoquant ainsi le rire libérateur des sujets qui n’osaient pas s’avouer à eux-mêmes que leur souverain se promenait totalement à poil.

    En l’occurrence, Macron n’a pas fait rire mais, en déclarant dans une interview au magazine britannique The Economist, que l’Otan était « en état de mort cérébrale », il a dit très exactement ce que tout le monde sait, ce que tout le monde voit, mais que seul un esprit un peu enfantin pouvait oser dire. Angela Merkel a d’ailleurs trouvé la bonne expression : elle n’a pas dit que c’était faux (personne n’a vraiment dit que c’était faux !), elle a simplement fait remarquer que c’était « intempestif ». Intempestif signifiant exactement, si l’on se réfère au dictionnaire : « C’est vrai, mais ce n’est pas le moment de le dire. »...

    Lire la suite

  • Otan: le réveil de Macron, le risque de la division

    Il faut ouvrir la bouche quand on pense pouvoir exprimer clairement une opinion : c’est peu diplomatique, mais je ne suis pas un diplomate, je suis un politique. » Non, ce n’est pas là Emmanuel Macron qui parle. C’est le président sortant du Conseil européen, le Polonais Donald Tusk, qui, peu avant de tirer sa révérence, accorde au Soir un long entretien.

    ...

    Lire la suite