Vente de Win par Nethys: un document montre que Marcourt et Bacquelaine étaient informés

Vente de Win par Nethys: un document montre que Marcourt et Bacquelaine étaient informés

Win a-t-il été vendu en mai dernier à Ardentia Tech, la société de François Fornieri, sans que des concurrents intéressés, parmi lesquels NRB et Telenet, aient eu la moindre chance de faire acte de candidature ? Nethys dément avec force, comme nous l’avons écrit dans notre édition de jeudi, avoir reçu des marques d’intérêt de quelque candidat que ce soit. Pourtant, ces dénégations très fermes ont de quoi surprendre.

Une note confidentielle, dont Le Soir a pu prendre connaissance, a été envoyée début mai par le groupe NRB à deux personnalités politiques liégeoises, Jean-Claude Marcourt (PS) et Daniel Bacquelaine (MR). Il s’agissait, selon nos sources, d’un dernier recours, tant Nethys restait sourd aux demandes répétées de NRB. Cette note détaille les grandes lignes d’un projet de rapprochement entre Win et NRB, soulignant les synergies industrielles entre les deux groupes, marquant l’intérêt de NRB pour une reprise de Win et évaluant cette dernière à un montant de 25 à 30 millions d’euros.

Interrogé par Le Soir, Daniel Bacquelaine (MR) a confirmé avoir reçu « début mai » le courrier avec la note confidentielle, rappelant par ailleurs que l’intérêt de NRB pour Win n’est pas neuf. « Cependant », note Daniel Bacquelaine, « je n’interviens jamais dans le dossier Nethys et je ne leur ai pas transmis la note. J’ai échangé sur le sujet avec des administrateurs d’Enodia, qui étaient d’ailleurs déjà au courant de l’intérêt de NRB ». De son côté, Jean-Claude Marcourt (PS) indique que « lorsque l’on a voulu me transmettre cette note de NRB, j’ai suggéré de s’adresser directement à Nethys. Je ne m’occupe pas de l’évolution de ce dossier et lorsque l’on me contacte, je renvoie systématiquement vers les acteurs concernés, qui sont Enodia, Nethys et le gouvernement wallon. C’est Enodia qui, en décembre 2018, a fixé la feuille de route de Nethys avec le suivi du gouvernement wallon ».

Tous les détails des coulisses de la vente de Win

 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. d-20190524-3U3PUF 2019-05-24 17:33:25

    Vie privée: les internautes ne sont pas prêts à se rebeller

  2. Le gouvernement Michel (la suédoise MR, N-VA, VLD, CD&V) était lourdement déséquilibré entre nord et sud
: les francophones, avec le seul MR, ne disposait que de 20 sièges sur 63.

    Un gouvernement minoritaire au Nord? Ce n’est pas une première

  3. A la veille du match entre l’AS Roma et l’Inter Milan, le journal italien Corriere dello Sport est au cœur d’une polémique avec cette « une ».

    Discriminations: «On ne peut parler de racisme sans parler des blancs»

La chronique
  • Dans la hotte de saint Nicolas :{couques}, {nicnacs} et {spéculoos}

    Pour nombre d’entre nous, le 6 décembre fait revivre des souvenirs dont l’évocation suffit à nous convaincre que les enfants sages d’antan étaient bien différents de ceux d’aujourd’hui. Pourtant, même si le contenu de la hotte du grand saint a bien changé, il recèle quelques indémodables qui suscitent chez petits et grands un même élan de gratitude vis-à-vis de ce mystérieux visiteur à qui l’on pardonne bien volontiers son intrusion d’un soir. Dans le sillage de celui-ci, cette chronique vous offre quelques friandises linguistiques qui ont bravé les décennies, tout comme les réalités qu’elles désignent.

    Une couque de Dinant, pas de Reims

    Pas de hotte de saint Nicolas sans couque, gourmandise lexicographique de solide consistance. Une couque bien différente de ces pâtisseries à base de pâte briochée que sont, en Belgique, la couque suisse et la couque au beurre (avec ses déclinaisons aux raisins et au chocolat). Il s’agit d’un pain d’épices à pâte très ferme, ce qui...

    Lire la suite

  • Manifestations monstres contre Macron en France: ce qu’il faut oser dire

    Il n’y aura pas eu de chaos. La plupart des trains étaient à l’arrêt ce jeudi et la majorité des écoles, fermées. Mais les Français avaient anticipé ce « black thursday ». Si bien que le « mur du 5 décembre » n’a pas été érigé aussi haut que prévu.

    Emmanuel Macron aurait pourtant tort de considérer la partie gagnée. La mobilisation était très importante dans les manifestations. Et ce n’est que dans les...

    Lire la suite