Tunisie: l’ancien président Ben Ali est décédé à l’âge de 83 ans

Tunisie: l’ancien président Ben Ali est décédé à l’âge de 83 ans
Reuters

L’ancien président tunisien, Zine El Abidine Ben Ali, est décédé ce jeudi 19 septembre en Arabie Saoudite, à l’âge de 83 ans, confirme l’état-major tunisien à notre correspondant. Exilé en Arabie Saoudite depuis la chute de son régime en 2011, il avait été transféré à l’hôpital, jeudi dernier, après la détérioration de son état de santé.

«Nous avons eu la confirmation de sa mort il y a 30 minutes», a ajouté le ministère, sans plus de détails. Contacté par l’AFP, Mounir Ben Salha, avocat autoproclamé de Ben Ali, avait auparavant évoqué ce décès en citant comme sources sa famille et son médecin.

Pour rappel, le président, déchu des suites de la révolution du Jasmin, avait été condamné en 2011 par contumace à 35 ans de prison pour de multiples charges, dont corruption et torture et l’année suivante à 20 ans de prison supplémentaires pour meurtre et pillage.

Maître tout-puissant de la Tunisie pendant deux décennies, symbole des régimes autoritaires arabes choyés par les Occidentaux, Zine El Abidine Ben Ali a été balayé par un soulèvement populaire à l’écho planétaire en 2011 et contraint à l’exil, avant de sombrer dans l’indifférence.

 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. Fernand Keuleneer a été contraint de se retirer du procès. © Belga.

    Euthanasie de Tine: l’avocat de l’Eglise exclu du procès

  2. Après le Brexit, le centre géographique de l’Union européenne changera à nouveau de place et se situera à Gadheim, près de Wuerzburg, en Allemagne.

    Le Brexit aura bien lieu

  3. Georges-Louis Bouchez au magazine «
Wilfried
»
: «
Je suis pour un Etat unitaire. Si ça ne tenait qu’à moi – mais je ne suis pas tout seul – on remettrait tout à un niveau central.
»

    Georges-Louis Bouchez l’unitariste: entre faux pas et cri du cœur

La chronique
  • Impeachment: ce que nous dit le «Monicagate»

    En migrant de l’aile sud à l’aile nord du Capitole, c’est-à-dire de la Chambre des représentants au Sénat, la procédure d’impeachment dont Donald Trump est l’objet est entrée dans le vif du sujet. Plus personne ne l’ignore, ce sont en effet les sénateurs américains qui, in fine, auront à statuer sur le sort du 45e président des États-Unis.

    Même si son issue ne fait guère de doute – en dehors de toute considération sur les charges qui pèsent contre l’accusé : simple rapport de forces politique – ce procès n’en est pas moins un événement. Ce n’est pas chaque année, en effet, qu’un Commander-in-Chief joue ainsi sa tête. Ça n’est même arrivé qu’à deux reprises dans l’histoire.

    La première, c’était en 1868 ; mis en accusation (en gros) pour abus de pouvoir, le président Andrew Johnson fut acquitté à une voix près.

    La seconde, en 1998-1999, lorsque Bill Clinton fut accusé de parjure et d’obstruction à la justice, après s’être empêtré dans ses mensonges lors de la scabreuse affaire Monica Lewinsky...

    Lire la suite