La petite Pia atteinte d’une maladie rare: De Block demande au groupe pharmaceutique le don du médicament

La petite Pia atteinte d’une maladie rare: De Block demande au groupe pharmaceutique le don du médicament
D.R.

La ministre de la Santé, Maggie De Block, a demandé au groupe pharmaceutique Novartis la possibilité d’un usage compassionnel du Zolgensma, un médicament qui pourrait soigner l’amyotrophie spinale, la maladie mortelle et rare dont souffre la petite Pia, a-t-elle expliqué jeudi à la Chambre en réponse à neuf questions orales.

Ce médicament, considéré comme le plus cher au monde (1,9 million d’euros pour une injection, selon les informations disponibles), n’est pas encore enregistré auprès de l’Agence européenne des médicaments. Il est toutefois possible pour un Etat membre de recourir à la procédure d’usage compassionnel, c’est-à-dire de demander au fabricant de mettre gratuitement le médicament à la disposition du malade en urgence médicale et qui n’a pu être inscrit dans un programme d’essai clinique.

Novartis a refusé, a-t-elle indiqué. La ministre a regretté cette attitude : la recherche qui a mené à la conception du médicament a été financée en partie par des fonds publics en France.

Un élan de solidarité national

À l’entendre, la marge de manœuvre des pouvoirs publics dans ce genre de dossier est étroite. Lorsqu’un médicament est enregistré par l’Agence européenne, une procédure doit encore être suivie en Belgique pour s’assurer de la sécurité du médicament et négocier son prix. Elle peut durer de 6 mois à un an et demi.

Pour la ministre, l’intervention financière directe de l’Etat dans des cas particuliers, quand un médicament n’est pas remboursé, n’est pas souhaitable car elle donnerait « le signal » aux sociétés pharmaceutiques qu’elles peuvent oublier les procédures menant au remboursement d’un médicament.

Pour récolter la somme nécessaire, les parents ont lancé une campagne qui a reçu un large soutien public. Les députés aussi bien que la ministre se sont réjouis de cet élan de solidarité. Sur le plan politique, la ministre a reçu l’appui de plusieurs députés, y compris dans l’opposition, mais aussi son lot de critiques. Sur les bancs du PS, Eliane Tillieux a regretté son action au département de la Santé qui, selon elle, a été trop clémente à l’égard de l’industrie pharmaceutique.

 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. FILES-CRASH-HELICOPTER-KOBE-BRYANT (2)

    Décès de Kobe Bryant: le Black Mamba ne mordra plus

  2. Il y a une semaine, Georges-Louis Bouchez offrait des fleurs au Roi Philippe, pour l’anniversaire de Mathilde.

    Coalition fédérale: Magnette recale l’idée d’un duo royal avec De Wever

  3. 83090060_855752328196826_8677988821796651008_n

    Brexit: il y a 47 ans, les Britanniques rejoignaient les Européens sans fanfare

La chronique
  • Exclusion vs Réconciliation

    Le lieu n’est pas ici de commenter la décision de la commission de vigilance du Parti socialiste d’exclure Emir Kir. Tout au plus faut-il noter que le bourgmestre de Saint-Josse paie au prix fort le lien qu’il a conservé avec sa communauté d’origine alors que nul ne pourra contester qu’il est un député de qualité et un bourgmestre compétent, très apprécié par ses administrés, bien au-delà de sa communauté d’origine.

    Il apparaît aujourd’hui comme la victime collatérale et symbolique d’une problématique beaucoup plus large qui touche tous les partis. La tentation du double discours est récurrente. Côté cour, il y a le programme politique du parti. Côté jardin, il y a des murmures dissonants qui visent à capter un électorat en le brossant dans le sens du poil, quitte à contredire des...

    Lire la suite

  • Vraiment, nous vivons en de sombres temps

    Auschwitz, il y a 75 ans. Si une angoisse particulière s’ajoute cette fois, c’est que cette commémoration a des allures de paratonnerre. Comme si, en dénonçant à nouveau les horreurs innommables que des hommes ont pu faire subir à d’autres hommes, on tentait de conjurer le sort pour, si pas le présent, du moins un futur peut-être proche.

    « J’aimerais pouvoir assurer que nous, les Allemands, avons appris de l’Histoire une fois pour toutes. Mais je ne peux dire cela alors que la haine se répand....

    Lire la suite