Métiers en pénurie cherchent candidats à la pelle

Dans cet article
Avec l’allongement des études d’infirmière, la source de jeunes recrues s’est tarie pendant un an. La pénurie est d’autant plus intense plus intense.
Avec l’allongement des études d’infirmière, la source de jeunes recrues s’est tarie pendant un an. La pénurie est d’autant plus intense plus intense. - le soir

Deux semaines après son édition namuroise, le Talentum qui se déroulera à Liège le 26 septembre prochain sera l’occasion pour de nombreuses entreprises concernées par la pénurie de main-d’œuvre de recruter de potentiels candidats. « Nous nous trouvons dans une situation inversée du marché de l’emploi. Les employeurs n’ont plus le luxe de choisir leurs candidats. Il y en a tellement peu pour les places disponibles que c’est eux qui choisissent leur employeur. Les salons tels que Talentum représentent une opportunité à ne pas manquer », estime Rudy Goossens, responsable du recrutement chez Engie. Et si peu de secteurs sont épargnés, certains sont plus fortement touchés par cette pénurie, à commencer par le secteur de la construction. « On ne cesse de répéter que notre secteur est face à une pénurie importante de main-d’œuvre. On manque pour ainsi dire de tout en termes de main-d’œuvre qualifiée : des maçons, des couvreurs, des chauffagistes aussi », martèle Charline Vandeput, coordinatrice RH pour Thomas & Piron (T&P).

Des profils qui se font rares

Des profils que Charline Vandeput a déjà eu la chance de croiser lors des salons Talentum : « A Namur, le 12 septembre dernier, nous avons par exemple rencontré une équipe de maçons qui avaient pris connaissance du salon via Facebook. C’est une rencontre qui a de très fortes chances d’aboutir à un emploi. Donc on voit qu’on ne participe pas à ces salons pour rien ». Un autre profil serait également particulièrement prisé chez T&P, celui de conducteur de chantiers. « Toutes les sociétés sont confrontées à ce problème. Il y en a très peu sur le marché, ils sont donc contactés et sollicités tous les jours par des sociétés comme la nôtre. Ce n’est en général pas sur les salons qu’on les trouve puisqu’ils n’ont pas besoin de faire cette démarche pour trouver un poste. Du coup, on doit faire preuve de créativité », reconnaît Charline Vandeput.

Outre les aspects techniques, les compétences recherchées varient en fonction de l’entité à laquelle est assigné le conducteur de chantier. « Par exemple, on attend d’un conducteur de chantiers qui fait le suivi d’une maison unifamiliale d’avoir une orientation client assez développée puisqu’il suit un client qui construit le projet d’une vie. Il doit aussi être organisé, pouvoir planifier le travail en fonction de l’avancement, pouvoir jongler avec les différents chantiers (entre 20 et 30 par conducteur de chantiers) ainsi qu’avoir une bonne résistance au stress », développe Charline Vandeput.

Avec la réforme des études d’infirmier (ayant fait passé le nombre d’années d’études de trois à quatre ans), le secteur de la santé est, lui aussi, concerné par cette pénurie de main-d’œuvre. L’intercommunale de soins de santé Vivalia espère donc bien attirer des candidats lors du Talentum liégeois. « C’est un impératif pour nous, car avec l’année blanche au niveau de la sortie des étudiants que nous venons de vivre, nous nous trouvons dans une situation critique. D’autant que beaucoup d’étudiants privilégient le fait d’exercer dans les grandes villes et délaissent parfois la province de Luxembourg où nous sommes pourtant à la pointe dans de nombreux domaines. A l’heure actuelle, on parle quand même en ce qui nous concerne de 70 à 80 postes d’infirmiers vacants », affirme Bénédicte Leroy, directrice des soins infirmiers pour Vivalia. Les besoins concerneraient l’ensemble de la profession mais certains profils seraient toutefois particulièrement recherchés. « Le besoin le plus criant se situe au niveau des infirmiers et infirmières titulaires d’un bachelier en soins généraux ou d’un brevet. Deux spécialités posent également de gros problèmes : les infirmiers et infirmières spécialisés en gériatrie et en oncologie », développe Bénédicte Leroy.

Pouvoir s’adapter

Même son de cloche du côté d’Engie : « C’est difficile de nommer un poste qu’on ne cherche pas. On cherche de tout et on ne trouve rien en suffisance », confie Rudy Goossens, « Les profils les plus demandés en ce qui nous concerne sont des profils techniques : des électriciens industriels, des chauffagistes, des ingénieurs civils et industriels ou encore des personnes formées aux métiers de l’IT et du digital ». Outre les compétences purement techniques exigées par ces différentes fonctions, Engie attend également de ses talents une grande capacité d’adaptation. « Nous travaillons dans un secteur novateur qui, contrairement à ce que certains pourraient penser, évolue très vite. Nous sommes à la recherche de talents dont les compétences allient à la fois la technique et la capacité à suivre la vitesse de note évolution », précise Rudy Goossens. A noter également que le groupe de service énergétique engage également des profils non expérimentés. « On cherche aussi des gens motivés qui en veulent et à qui nous pouvons aussi offrir un parcours de formation adapté à nos besoins. Le but n’est ici évidemment pas de transformer un juriste en ingénieur civil, mais on peut, dans certains cas, former les candidats au niveau que nous attendons », conclut Rudy Goossens.

Des profils pointuspour un secteur de niche

Par Pauline Martial

Pour la société Trasis, active dans le secteur de la radiopharmacie, la participation à des salons de l’emploi tels que le Talentum revêt également une importance non négligeable. « Notre secteur d’activité, la radiopharmacie, est un secteur de niche. Concrètement, on prépare des substances radiomarquées, on assure également le contrôle de leur qualité et leur administration. On recherche pour cela des profils tellement pointus qu’il est souvent très difficile pour nous de trouver des candidats qui correspondent à nos attentes », confie Loïc Devigne.

La société Trasis voit dans le salon Talentum un moyen de se faire connaître et visiblement cela fonctionne. « Lors de nos premières participations au Talentum, de nombreux participants n’avaient jamais entendu parler de nous. On nous prenait d’ailleurs souvent pour une agence d’intérim. Mais au fil des années, on a vu des candidats arriver avec des CV qui nous étaient spécialement destinés. Cela prouve bien que ce type de salon contribue à accroître notre notoriété », constate Loïc Devigne.

Plusieurs postes sont à pourvoir au sein de la société Trasis parmi lesquels figurent par exemple un responsable de production, un responsable qualité, un technicien en électromécanique, des chimistes ou encore des développeurs IT. Un poste semble cependant particulièrement poser problème, celui d’ingénieur de conception. « C’est un profil particulièrement touché par la pénurie, c’est donc très difficile de trouver un candidat. L’ingénieur de conception en question devra travailler sur un nouveau produit que l’on développe. On cherche un ingénieur civil ou un électromécanicien qui dispose des compétences en matière de conception et dessins techniques. Le candidat idéal doit pouvoir maîtriser le logiciel SolidWorks qu’on utilise pour tous nos dessins techniques, avoir une bonne connaissance de l’anglais, être autonome et avoir une curiosité pour notre domaine d’activités », précise Loïc Devigne.

 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. Les talents de démarcheur du Premier ministre britannique sont mis à l’épreuve avant le vote de samedi.

    Vote serré en vue sur l’accord Brexit

  2. «
Essayer de réparer les problèmes climatiques, je vois bien d’où ça vient, chez moi.»

    Les racines élémentaires de Cyril Dion: «Je me suis promis de ne jamais devenir un vieux con»

  3. En 2004, Elio Di Rupo et Joëlle Milquet scellent une alliance qui écarte les libéraux du pouvoir au sud du pays. © Belga.

    Après 20 ans, Elio Di Rupo restitue un Parti socialiste debout et éreinté

La chronique
  • Hommage à la Catalogne

    Avant d’écrire 1984 (qui terrifie par son incroyable actualité), George Orwell avait participé à la guerre d’Espagne, plus particulièrement aux batailles livrées en Catalogne en 1936-1937 face aux troupes franquistes. Ceux qui s’intéressent à l’actualité politique catalane feraient bien de se plonger dans son Hommage à la Catalogne (republié chez 10/18), qui livre encore quelques clés pour comprendre cette région singulière et ses rapports avec le reste de l’Espagne.

    Ainsi, cette phrase : « Dans cette guerre, on eût dit que c’était toujours à qui manquerait l’autre ». N’est-ce pas un résumé laconique mais implacable de l’incompréhension historique entre l’Espagne et sa région la plus remuante et de l’échec des gouvernements successifs de Madrid et de sa justice ?

    Un pouvoir central qui privilégie systématiquement à la politique de la main tendue celle de la main sur la figure.

    L’Espagne, devenue...

    Lire la suite

  • Accord sur le Brexit: let it be…

    Lorsqu’est apparu jeudi matin « Accord sur le Brexit » sur nos écrans, c’est l’émotion d’abord qui s’est emparée de nous. Nous y voilà donc. Soudain, ce départ qui s’était transformé en un vaudeville avec de piètres acteurs et des portes de parlements qui claquent, devenait réalité. Et cela provoquait durant un court instant la stupéfaction, la tristesse, comme un sentiment de défaite mais surtout de perte. Comme si nous avions stupidement espéré que ces négociations allaient durer toujours, permettant de conserver « par...

    Lire la suite