Politique: Paul Magnette entonne «Le chant du pain»

Politique: Paul Magnette entonne «Le chant du pain»
MICHEL TONNEAU

Fin octobre, dans le même temps qu’il deviendra président du PS, Paul Magnette publiera Le chant du pain, et ce n’est pas l’Internationale, mais un Petit traité de l’art boulanger, édité par La Renaissance du livre. A part le PS, le Carolo est souvent où on ne l’attend pas. On se souvient de son Pasolini ou la raison poétique, maintenant le pain. D’une passion l’autre. Paul Magnette écrit : « Les premières victimes de mes expériences boulangères furent mes enfants Jean, Pauline, Victoire et Louis, et ma compagne Maude. Leurs commentaires critiques et leurs encouragements m’ont été d’une aide dont je ne leur serai jamais assez reconnaissant. Si j’ai entrepris de mettre ces réflexions par écrit, c’est d’abord pour les leur transmettre. » Car Le chant du pain n’a rien d’une fantaisie, c’est du sérieux, du bel ouvrage. Préfacé par Roland Feuillas, paysan-boulanger à Cucugnan, illustré par Jean-Pierre Gabriel, photographe, auteur d’opus gastronomiques, Le chant du pain édicte « dix commandements » pour réussir : « Une farine fraîche et naturelle, moulue sur meules de pierre, tu choisiras ; un bon levain bien vif tu élèveras, et la levure très parcimonieusement tu utiliseras ; le sel avec modération tu doseras ; tout additif tu banniras ; le pain de pure céréale tu vénéreras », etc. Un peu sa recette codée du PS ?

 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous