Proximus: Dominique Leroy confirme les perquisitions à son domicile et dans son bureau

Proximus: Dominique Leroy confirme les perquisitions à son domicile et dans son bureau
Belga

La CEO de Proximus en partance Dominique Leroy a confirmé jeudi soir, à l’agence Belga, que des perquisitions ont été menées à son domicile et dans son bureau de Proximus dans le cadre de la vente d’actions de l’entreprise.

Proximus : KPN, le nouvel employeur de Dominique Leroy, prêt à coopérer à l’enquête suite aux perquisitions

« Je confirme qu’aujourd’hui, à la demande de la justice bruxelloise, une perquisition a eu lieu à mon domicile et à mon bureau », confirme Dominique Leroy. « Cela concerne un ordre de vente d’un certain nombre d’actions Proximus le 25 juillet 2019, effectué le 1er août, pour lequel la FSMA (le gendarme boursier, ndlr) a déjà demandé des informations. Ces informations ont été transmises à la FSMA. »

Jeudi en fin de journée, le parquet de Bruxelles a confirmé ces perquisitions en lien avec une instruction judiciaire ciblant la CEO de Proximus en partance. Le 1er août, elle avait vendu 10.840 actions Proximus au prix de 26,32 euros l’action, pour un montant total de 285.342,40 euros. La FSMA s’était alors penchée sur cette transaction pour déterminer s’il n’était pas question d’un éventuel délit d’initié.

Dominique Leroy a annoncé son départ de l’opérateur Proximus voici deux semaines pour KPN. Initialement, elle devait rester chez Proximus jusqu’au 1er décembre mais quittera finalement ses fonctions vendredi/demain. La CEO avait assuré que son départ n’était lié à cette suspicion de délit d’initié.

 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. C’est Stéphane Moreau qui a obtenu le bonus et les indemnités de rétention les plus importants.

    Nethys: les managers devaient réduire leur salaire… ils ont touché 18 millions

  2. Pour Maxime Prévot, « il est J – 1 pour la Belgique ». Donc le CDH veut se mouiller, « pour un Etat juste et efficace ».

    Maxime Prévot au «Soir»: «Le CDH veut être un acteur de la solution et pas de la dissolution de ce pays»

  3. En matière d’emploi, Bernard Clerfayt (Défi) entend privilégier les mesures dont le rapport coût-efficacité est le meilleur.

    Bernard Clerfayt: «Actiris doit faire mieux»

La chronique
  • Voilà ce qui me rend triste, M. Jambon

    Mon premier souvenir ? Isabella’s room, définitivement. Un choc, une plongée en « flamanditude » dont je ne me suis jamais remise. Comme si chaque autre spectacle ou livre, ensuite, servait le besoin d’en reprendre, de me « refaire une ligne » de cette culture et de cette langue âpre qui soudain m’avait transpercée, comme trouvée. Des objets partout sur la scène, des langues mélangées, c’était baroque, c’était émouvant, c’était déjanté. Et puis il y avait Viviane De Muynck, d’une élégance folle sur ses hauts talons improbables, les seins généreux offerts au public et avec sa voix de basse pour achever le travail. C’était au Kaaitheater, et ce sera 15 ans plus tard, au Théâtre National : j’ai adoré alors l’idée que cette pièce culte pour les Flamands le devienne aussi pour les francophones.

    Le deuxième souvenir ? Toernee Generale assurément. Le journaliste culturel du Soir de l’époque, Laurent Ancion, nous avait amené deux directeurs de théâtre à Bruxelles qui faisaient, nous avait-il dit, « un truc formidable »...

    Lire la suite

  • Nethys: l’argent du mensonge et de la honte

    11,6 millions d’euros. On répète : 11,6 millions d’euros. Voilà donc le pactole de Stéphane Moreau. L’argent du mensonge et de la honte.

    Le mensonge ? Pas une fois, pas deux fois, mais un nombre incalculable de fois, le manager de Nethys, ses adjoints, des administrateurs du groupe, de son actionnaire Enodia et des hommes politiques se sont portés en faux contre les rumeurs qui disaient que les managers de Nethys avaient accepté in fine la baisse de leur salaire imposée par la...

    Lire la suite