Macron se confie: «D’une certaine façon, les gilets jaunes ont été très bons pour moi»

Macron se confie: «D’une certaine façon, les gilets jaunes ont été très bons pour moi»
AFP

Le président Emmanuel Macron a reconnu, dans un entretien à l’hebdomadaire américain Time, que, « d’une certaine façon » la crise des « gilets jaunes » a été « très bonne » pour lui parce qu’elle l’a obligé à changer d’attitude face aux Français.

Le mouvement, virulent et inédit, des « gilets jaunes », en fronde depuis des mois contre la politique sociale et fiscale du gouvernement, a fait descendre dans la rue des centaines de milliers de Français depuis la mi-novembre 2018.

Parvenu à la moitié de son mandat de cinq ans, Emmanuel Macron juge être « dans la Vallée de la Mort », entre la mise en œuvre des réformes et l’apparition de leurs résultats. « La fin de la Vallée de la Mort est le jour où vous avez des résultats », a-t-il estimé.

« Dans notre pays, nous aimons être dirigés mais nous voulons tuer les dirigeants », a-t-il ajouté, en référence à l’exécution du roi Louis XVI par les révolutionnaires en 1793.

« Mon défi est d’écouter les gens bien mieux que je ne l’ai fait au début » de son mandat, a déclaré le chef de l’Etat au cours de ce long entretien filmé il y a dix jours au palais de l’Elysée.

« Je dois prendre le temps »

Interrogé sur la crise sociale qui a ébranlé sa présidence, il souligne : « d’une certaine façon, les gilets jaunes ont été très bons pour moi (…), parce que cela m’a rappelé comment je devais être ».

« J’ai probablement donné l’impression que je voulais réformer contre le peuple. Et parfois mon impatience a été ressentie comme une impatience vis-à-vis des Français. Ce n’est pas le cas », ajoute Emmanuel Macron, qui a placé « l’Acte II » de son quinquennat sous les mots d’ordre d’« écoute » et de « proximité ».

« Maintenant, je pense que je dois prendre plus de temps à expliquer où nous sommes et ce que nous voulons faire exactement », a-t-il estimé, alors que l’annonce d’un nouveau projet de réforme des retraites a suscité vendredi dernier une perturbation massive dans les transports à Paris et dans sa région.

L’édition européenne de Time consacre sa couverture à Emmanuel Macron pour la deuxième fois depuis sa prise de fonction, après une première « une » le présentant en novembre 2017 comme « le prochain leader de l’Europe »… « si seulement il peut diriger la France ».

 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. Avec 44,6
% des voix, Georges-Louis Bouchez devance nettement Denis Ducarme, 25,1
%. Mais un duel les attend désormais.

    Présidence du MR: Bouchez a convaincu le sommet, pas assez la base

  2. «
Dans ma carrière de journaliste, j’ai essayé de raconter la vérité. Au cinéma, je m’amuse en jouant avec la réalité.
»

    Michel Denisot au «Soir»: «La télé doit rester la télé et pas devenir les réseaux sociaux»

  3. Origi et Praet jouent peu avec les Diables rouges. Ils pourraient profiter des deux matchs à venir pour accumuler un peu de temps de jeu.

    Plusieurs Diables rouges lancent leur sprint final pour l’Euro

La chronique
  • La radicalité ordinaire, on commence à s’y habituer au lieu de s’en étonner

    Dans mes dernières chroniques, j’ai évoqué à plusieurs reprises une montée en puissance des revendications citoyennes dans le champ politique. Elle se traduit notamment par des bras de fer avec le pouvoir, par des tentatives de faire plier les autorités, de les contraindre à abandonner un projet ou une décision ou, à l’inverse, de les forcer à légiférer dans un sens précis, à exécuter un ordre venu de la rue ou d’un collectif de citoyens.

    Les stratégies utilisées pour atteindre de tels objectifs sont multiples, et plus ou moins légales selon les cas ; les sujets concernés sont infiniment variés ; les citoyens impliqués, enfin, s’organisent de différentes manières, plus ou moins structurées, plus ou moins dépendantes des réseaux sociaux. Mais ce qui frappe, surtout dans un pays habitué à voir la société civile s’exprimer, c’est la radicalité accrue de nombreuses revendications, la jeunesse, souvent, de celles et ceux qui les portent, et la détermination avec laquelle les citoyens tentent d’obtenir gain...

    Lire la suite

  • Augmenter le salaire minimum, en se montrant visionnaire

    Travailler, juste pour survivre. C’est ce que dénoncent les défenseurs d’une hausse du salaire minimum. Et à la lecture des portraits que nous publions ce matin, on peut difficilement leur donner tort. Les salariés dont la rémunération se situe au niveau du plancher interprofessionnel, ainsi que tous ceux dont le revenu mensuel s’en approche, vivent une existence où le début du mois est un répit et où les maigres marges précieusement épargnées servent à prévenir le prochain coup dur, la prochaine grosse facture. C’est un salaire de la peur...

    Lire la suite