Accueil Société

Mobilité: l’appel à l’entente cordiale de Elke Van den Brandt

La nouvelle ministre bruxelloise de la Mobilité s’adresse aux Bruxellois et aux navetteurs. Elle plaide la réconciliation. Et promet d’accompagner ceux qui veulent changer.

Article réservé aux abonnés
Journaliste au service Société Temps de lecture: 3 min

Démarche inhabituelle que celle de la nouvelle ministre bruxelloise de la Mobilité Elke Van den Brandt (Groen). Au beau milieu de la semaine de la mobilité, elle adresse, via Twitter et Facebook et publication dans « Le Soir », une lettre ouverte aux habitants de sa Région et à ceux qui – régulièrement ou non – la rejoignent pour y travailler.

Dans ce dossier qui soulève les passions, le ton est différent, une approche positive, plus optimiste, moins conflictuelle. Il y a un moment qu’on n’avait plus abordé la question de la mobilité de cette manière. La lettre qui se veut positive, optimiste et réconciliatrice ne masque cependant aucun des enjeux de la mobilité à Bruxelles.

Cet article est réservé aux abonnés

Découvrez la suite, 1€ pour 1 mois (sans engagement)

J'en profite

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

1 Commentaire

  • Posté par WEISSENBERG ANDRE, vendredi 20 septembre 2019, 12:36

    "Les études montrent qu’avec 20 % d’automobilistes en moins, on n’a plus d’embouteillages du tout. " C'est grotesque. Des mesures linéaires, comme ce "- 20% d'automobilistes", n'ont aucun effet dès lors qu'elles se diluent dans la panoplie des besoins non rencontrés pcq les transports publics ne prennent pas en compte pas les besoins de transport réels. Sinon pourquoi venir embouteiller la ville avec encore plus de bus, alors que c'et le moyen de transport qui fait perdre le plus de temps et qui engendre le plus d'embouteillages au lieu de les résoudre?

Aussi en Société

Voir plus d'articles

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une

références Voir les articles de références références Tous les jobs