Accueil Opinions Éditos

Nethys: le chaos, la clarté et l’hystérie

Un obstacle majeur va se présenter pour régler cette affaire : l’imbrication entre le monde politique et Nethys.

Article réservé aux abonnés
Editorialiste en chef Temps de lecture: 3 min

La clarté ou le chaos ? Il y a désormais des deux dans le dossier Nethys. Et il va falloir au nouveau ministre de tutelle, Pierre-Yves Dermagne, beaucoup de méthode, de sang-froid, d’expertise et d’indépendance politique pour dénouer ce sac de nœuds.

Ces derniers mois, c’est l’opacité qui a régné sur la restructuration du groupe liégeois, confisquée par un management, un conseil d’administration, quelques hommes et femmes politiques lambda, de grosses pointures politiques et autres « mains invisibles ». Mais aujourd’hui, sous les projecteurs, c’est l’hystérie. Une foule débridée d’acteurs s’agite soudain : des bourgmestres veulent éviter de passer à côté d’un pactole, des concurrents font des surenchères et des députés retrouvent les indignations laissées au vestiaire de feu la commission Publifin.

Cet article est réservé aux abonnés
Article abonné

Découvrez la suite, 1€ pour 1 mois (sans engagement)

Avec cette offre, profitez de :
  • L’accès illimité à tous les articles, dossiers et reportages de la rédaction
  • Le journal en version numérique
  • Un confort de lecture avec publicité limitée

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

7 Commentaires

  • Posté par Poullet Albert, vendredi 20 septembre 2019, 20:02

    goed bestuur

  • Posté par INSTITUT SAINTE MARIE , vendredi 20 septembre 2019, 16:41

    Je finirai par imaginer que des dirigeants politiques liégeois de tous bords ont reçu quelques avantages personnels en échange de leur inaction face à des conflits d'intérêts évidents. Abus de biens publics à des fins personnelles ?

  • Posté par Libois Claude, vendredi 20 septembre 2019, 15:36

    En gros, Stéphane Moureau semble clairement avoir profité de la situation mais sous couvert des politiciens qui au début jouait la vierge effarouchée à coup de "on était pas au courant" mais cette posture politique se révèle être peu crédible et probablement non fondée.

  • Posté par Ballez Guy, vendredi 20 septembre 2019, 15:17

    La conclusion de tout cela est que le domaine étatique (fédéral, communal etc.) n'a rien à faire dans des activités industrielles soumises à la concurrence et ou le marché. On le voit dans le "système nethys", l'enchevêtrement du politique et du domaine concurrentiel rend impossible la surveillance neutre et objective de la gouvernance de ces sociétés. Un autre exemple, pour les citoyens, est quand le dit citoyen a un confit avec l'état, par exemple fiscal. Qu'il essaie de se défendre ! Même quand l'état est condamné par la justice parce qu'il ne respecte pas ses propres lois, il n'est pas encore prêt à récupérer son dû !

  • Posté par Rousseau Michel, vendredi 20 septembre 2019, 13:26

    on dénonce, et après ? On peut encore le dire, c'est déjà ça ! Notre "démocratie" n'est-elle pas une belle comédie où, quoi qu'il arrive, les puissants et les seigneurs font ce qu'ils veulent, avec un cynisme sans égal ? Madame Delvaux, je vous lis tous les jours, ou presque, soyez quand même prudente, un "accident" est vite arrivé. Je suis sérieux et vous parle par expérience...

Plus de commentaires

Aussi en Éditos

Voir plus d'articles

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une

références Voir les articles de références références Tous les jobs