Nethys: «Il faut empêcher la privatisation d’Elicio, véritable poule aux oeufs d’or», clame le PTB

Stéphane Moreau et François Fornieri
Stéphane Moreau et François Fornieri

Il faut empêcher la privatisation d’Elicio», filiale de Nethys spécialisée dans les énergies renouvelables que l’entreprise entend céder à François Fornieri, plaide vendredi le PTB.

«Cette société est un véritable joyau. Elle ne doit pas être privatisée ni vendue à qui que ce soit. Elle doit rester dans les mains du secteur public et être intégrée à un projet global, qui permet aux pouvoirs publics d’assurer, avec ambition, la transition énergétique, sans la répercuter financièrement sur les citoyens», précise Damien Robert, administrateur PTB au sein du conseil d’administration d’Enodia.

Nethys est revenu au coeur de l’actualité en fin de semaine passée, après une fuite dans la presse faisant état de la cession du télédistributeur Voo au fonds d’investissements américain Providence. Depuis, les ventes de Win et d’Elicio ont également été annoncées.

«Pierre Meyers, le président du CA de Nethys, a justifié le rachat en présentant Elicio comme une société lourdement endettée. Mais c’est un écran de fumée qui permet à Meyers, Fornieri et Moreau de faire un véritable hold-up en mettant la main sur l’entreprise pour l’euro symbolique», ajoute Damien Robert.

Subsides importants

Or, selon ce dernier, Elicio «est une véritable poule aux œufs d’or» en raison du soutien annoncé du gouvernement au secteur éolien en mer du Nord mais aussi «parce que les parcs éoliens maritimes déjà existants d’Elicio (Northern et Rentel) ont la particularité de bénéficier, pour une durée de 19 ans, de subsides beaucoup plus importants que les parcs éoliens actuellement en construction».

«Pour les deux parcs d’Elicio, ses propriétaires bénéficient d’un subside fédéral de 124 et 129,8 EUR/MWh. C’est beaucoup plus que dans les parcs éoliens maritimes hollandais. Mais c’est aussi beaucoup plus que dans les futurs parcs éoliens en mer du Nord belge car entretemps, le mécanisme de subsides a été modifié», poursuit l’élu PTB.

«Le conflit d’intérêt est évident. On aurait pu en rire si on ne parlait pas d’une privatisation d’un joyau public par un petit groupe qui s’offre, pour son profit personnel, une société qu’ils ont d’abord administré au nom d’actionnaires publics», conclut-il.

 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. L’abaissement des cotisations sociales ne peut être suffisant pour augmenter le nombre de quinquagénaires et sexagénaires au travail.

    Pensions: et si allonger la carrière n’était pas la (bonne) solution?

  2. Gordon Sondland, l’ambassadeur des Etats-Unis auprès de l’Union européenne, a confirmé dans sa déclaration préliminaire avoir imposé un «
quiproquo (donnant donnant)
» aux autorités ukrainiennes, sur ordre exprès du président américain.

    Destitution: Gordon Sondland, un témoignage catastrophique pour Trump

  3. Un patient infecté qui suit correctement son traitement peut en effet devenir «indétectable» et ne plus représenter de danger d’infection.

    Sida: comment gagner la bataille de la bithérapie

La chronique
  • Les tweets prolétariens du Vlaams Belang

    Les médias sociaux sont de toutes les époques. C’est une des conclusions d’un livre remarquable du professeur d’histoire, Maarten Van Ginderachter, de l’université d’Anvers. Dans son ouvrage The everyday nationalism of workers (Le nationalisme quotidien des travailleurs), il explique que le quotidien socialiste gantois Vooruit avait lancé à la fin du dix-neuvième siècle un « denier de la lutte », une liste d’abonnements pour soutenir la presse socialiste. Ce qui est intéressant à propos de ces listes, c’est que les donateurs pouvaient compléter leur don par une brève déclaration, généralement des messages courts ou 1 à 5 lignes dans un langage très familier. Ces déclarations étaient publiées dans une section séparée, et dans le Vooruit. Elles représentèrent rapidement jusqu’à un quart de l’espace total de la copie, publiée au moins deux fois par semaine, contenant à chaque fois plusieurs dizaines de déclarations.

    Une propagande efficace...

    Lire la suite

  • Un pays qui part à vau-l’eau

    Ce mercredi, tous les partis siégeant en commission santé du Parlement ont approuvé l’accord sur le financement supplémentaire dans le secteur hospitalier. C’est une très bonne nouvelle car cela implique du personnel supplémentaire dans les hôpitaux, mais aussi chez les infirmiers à domicile salariés. Celui qui a récemment côtoyé un hôpital ou reçu la visite d’un infirmier à domicile, a constaté leur stress et la pression qui les fait courir d’un patient à l’autre tout en conservant le sourire, car ils et elles savent que c’est un élément...

    Lire la suite