Gilets jaunes en France: les autorités se préparent à un samedi à hauts risques

Gilets jaunes en France: les autorités se préparent à un samedi à hauts risques

Les autorités redoutent un samedi à hauts risques à Paris samedi à l’occasion de l’acte 45 des «gilets jaunes» dans la capitale, qui coïncide avec les Journées du patrimoine et la marche pour le climat, a-t-on appris vendredi de sources concordantes.

>Macron se confie: «D’une certaine façon, les gilets jaunes ont été très bons pour moi»

Le ministère de l’Intérieur et la Préfecture de police craignent un retour des violences dans les rues de Paris, épargnées par les débordements depuis le 16 mars et le saccage de magasins sur les Champs-Elysées.

Des sources à Beauvau comme au sein de la «PP» annoncent un dispositif sécuritaire «conséquent» et comparable à ceux mis en oeuvre en mars ou en décembre 2018, au plus fort des violences qui avaient surgi dans le sillage du mouvement.

Ce samedi, les voyants sont au rouge dans la capitale avec l’organisation concomitante des Journées du patrimoine, qui drainent des dizaines de milliers de personnes dans des lieux de pouvoir et les institutions, la marche pour le climat, une manifestation contre la réforme des retraites à l’appel de FO et le retour annoncé des «gilets jaunes».

Une source sécuritaire fait valoir les risques de «convergence» entre «gilets jaunes» et «Black Blocs qui veulent tout casser» et d’«infiltration» de la marche climat avec également à la clef des actions de désobéissance civile.

Les dégradations et les heurts avec la police survenus samedi dernier à Nantes à l’occasion de l’acte 44, invitent également à la plus grande vigilance, remarque cette source.

Les journées du patrimoine impactées

Comme à son habitude le préfet de police de Paris a pris un arrêté d’interdiction de manifester. Mis en oeuvre dès vendredi 17H, il concerne de larges secteurs de la capitale dont des zones inédites: Champs-Elysées et avenue de la Grande Armée ; Assemblée Nationale ; Hôtel Matignon ; Trocadéro et Tour Eiffel ; Sénat ; cathédrale Notre-Dame de Paris ; et --pour la première fois-- Bois de Vincennes et Bois de Boulogne.

Si depuis le printemps, les cortèges se sont dépeuplés, les appels sur les réseaux sociaux à rallier la marche climat et à «marcher contre le système» à Paris attirent un nombre de personnes largement supérieur à ce qui a été observé les dernières semaines.

Pour Jérôme Rodrigues, une des figures du mouvement blessé à l’oeil en janvier, «ce sera une manifestation révélatrice car beaucoup de gens vont monter à Paris».

Plusieurs institutions et musées ont renoncé à ouvrir samedi à l’occasion des Journées européennes du patrimoine, et parfois même dimanche, selon le ministère de la Culture.

 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. d-20190906-3VY1PT 2019-11-05 21:25:44

    Coalition fédérale: le CDH n’exclut plus une participation

  2. Le Parti socialiste de Pedro Sánchez reste le premier, avec 120 sièges sur 350. Mais bien loin de la majorité... © AFP.

    Elections: l’Espagne toujours à la recherche d’une majorité

  3. Le professeur avait souvent été dénoncé pour ses violences. Contre des étudiants. Mais surtout sur des femmes dont certaines avaient déposé des plaintes.

    Le professeur russe qui se prenait pour Napoléon a tué et démembré sa compagne

La chronique
  • L’Otan doit-elle suspendre son vol?

    Il y a un côté enfantin chez Emmanuel Macron, mais au sens de l’enfant du fameux conte d’Andersen qui s’écrie « Le roi est nu ! », provoquant ainsi le rire libérateur des sujets qui n’osaient pas s’avouer à eux-mêmes que leur souverain se promenait totalement à poil.

    En l’occurrence, Macron n’a pas fait rire mais, en déclarant dans une interview au magazine britannique The Economist, que l’Otan était « en état de mort cérébrale », il a dit très exactement ce que tout le monde sait, ce que tout le monde voit, mais que seul un esprit un peu enfantin pouvait oser dire. Angela Merkel a d’ailleurs trouvé la bonne expression : elle n’a pas dit que c’était faux (personne n’a vraiment dit que c’était faux !), elle a simplement fait remarquer que c’était « intempestif ». Intempestif signifiant exactement, si l’on se réfère au dictionnaire : « C’est vrai, mais ce n’est pas le moment de le dire. »...

    Lire la suite

  • Otan: le réveil de Macron, le risque de la division

    Il faut ouvrir la bouche quand on pense pouvoir exprimer clairement une opinion : c’est peu diplomatique, mais je ne suis pas un diplomate, je suis un politique. » Non, ce n’est pas là Emmanuel Macron qui parle. C’est le président sortant du Conseil européen, le Polonais Donald Tusk, qui, peu avant de tirer sa révérence, accorde au Soir un long entretien.

    ...

    Lire la suite