Qui remplacera Charles Michel au MR? Réponse le 12 novembre

Qui remplacera Charles Michel au MR? Réponse le 12 novembre

Charles Michel avait promis de rendre son tablier de président après la mise en place des gouvernements francophones, voilà qui est fait. Il a remis son mandat au Bureau du parti ce vendredi.

Il conserve tout de même le titre de « président du MR » jusqu’à l’élection interne fixée au 12 novembre. Il n’y aura donc pas de président intérimaire. Le communiqué envoyé par le parti précise toutefois que la gestion quotidienne est exercée « dès à présent » par le Bureau, « en lien avec les chefs de file gouvernementaux ».

>Accords gouvernementaux: le MR aura la ministre-présidence de la Fédération Wallonie-Bruxelles

Vote par correspondance

Côté agenda, il a été décidé que ceux et celles qui souhaitent briguer la tête du MR pourront postuler à partir du 25 septembre et jusqu’au 11 octobre. Dès le 21 octobre, les membres du MR seront invités à voter par correspondance.

On connaîtra le nom de l’heureux.se élu.e le 12 novembre, jour du dépouillement effectué sous la supervision de Richard Miller, président du Bureau électoral.

Wilmès au fédéral

Dans le communiqué envoyé par le MR, on apprend que Sophie Wilmès est nommée « négociatrice fédérale » dans le cadre des négociations visant à former un gouvernement à ce niveau. C’est donc elle et plus Charles Michel qui sera l’interlocutrice officielle de Paul Magnette, Bart De Wever et compagnie. Pour peu que des rencontres soient organisées…

 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. Wouter Beke, président (sur le départ) du CD&V.

    CD&V: Blanche-Neige et les Sept Nains

  2. Krewe du Belge fait la fête sur le jazz populaire et funky de New Orleans.

    Baptême de l’art: trois raisons de s’offrir un Halloween culturel

  3. Les cinq candidats à la présidence du MR se retrouvent ce mercredi soir à Namur-Expo pour un grand débat.

    Présidence du MR: vrai débat bleu ou show superficiel?

La chronique
  • CD&V: Blanche-Neige et les Sept Nains

    Le CD&V est en grand désarroi. La preuve : pour succéder à Wouter Beke, l’ancien président des démocrates-chrétiens flamands, déjà sept candidats se sont présentés. La plupart d’entre eux sont bourgmestres.

    Ce n’est pas par hasard si le CD&V est toujours le plus grand parti au niveau local, avec plus de 120 bourgmestres sur 300 communes flamandes. Quelques candidats se singularisent : il y a par exemple le président des jeunes démocrates-chrétiens, Sammy Mahdi, toujours accompagné de son chien Pamuk. Ou il y a l’unique femme parmi eux, Katrien Partyka, la bourgmestre de Tirlemont, où le CD&V est devenu en 2014, pour la première fois dans l’histoire de la ville, le plus grand parti. Ou encore, il y a l’acteur bien connu parmi les sept : Walter De Donder, bourgmestre d’Affligem, qui gagne sa vie en jouant le rôle du lutin Plop dans la série pour enfants Le Lutin Plop. Et puis, il y avait les deux candidatures annoncées, celle de Pieter De Crem et celle d’Hendrik Bogaert, bien connus et plutôt à droite, mais qui in fine se sont abstenus....

    Lire la suite

  • Patients et soignants méritent mieux que cela

    Pour les uns – les patrons – il n’y a là rien d’autre qu’une espèce de paranoïa syndicale. Pour les autres – les syndicats – l’accord du non-marchand de 2017 a valeur exclusive d’avancée sociale à l’avantage du personnel. Entre les deux camps, la ministre en affaires courantes de la Santé publique compte les coups. Elle penche même, une fois n’est pas coutume, en faveur des travailleurs, assurant qu’infirmiers, sages-femmes, kinés, logopèdes, diététiciens – « tout le personnel soignant » en fait – doivent « recevoir la...

    Lire la suite