Qui remplacera Charles Michel au MR? Réponse le 12 novembre

Qui remplacera Charles Michel au MR? Réponse le 12 novembre

Charles Michel avait promis de rendre son tablier de président après la mise en place des gouvernements francophones, voilà qui est fait. Il a remis son mandat au Bureau du parti ce vendredi.

Il conserve tout de même le titre de « président du MR » jusqu’à l’élection interne fixée au 12 novembre. Il n’y aura donc pas de président intérimaire. Le communiqué envoyé par le parti précise toutefois que la gestion quotidienne est exercée « dès à présent » par le Bureau, « en lien avec les chefs de file gouvernementaux ».

>Accords gouvernementaux: le MR aura la ministre-présidence de la Fédération Wallonie-Bruxelles

Vote par correspondance

Côté agenda, il a été décidé que ceux et celles qui souhaitent briguer la tête du MR pourront postuler à partir du 25 septembre et jusqu’au 11 octobre. Dès le 21 octobre, les membres du MR seront invités à voter par correspondance.

On connaîtra le nom de l’heureux.se élu.e le 12 novembre, jour du dépouillement effectué sous la supervision de Richard Miller, président du Bureau électoral.

Wilmès au fédéral

Dans le communiqué envoyé par le MR, on apprend que Sophie Wilmès est nommée « négociatrice fédérale » dans le cadre des négociations visant à former un gouvernement à ce niveau. C’est donc elle et plus Charles Michel qui sera l’interlocutrice officielle de Paul Magnette, Bart De Wever et compagnie. Pour peu que des rencontres soient organisées…

 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. delalb

    Le roi Albert II reconnaît être le père de Delphine Boël, quel nom portera-t-elle?

  2. La technologie ADN permettrait d’étendre ce vaccin à d’autres souches de virus.

    Vaccin anticoronavirus: la course contre-la-montre

  3. POLITICS PARTY MEETING PS

    Coalition fédérale: le PS dévoile les propositions «imbuvables» de la N-VA

La chronique
  • Brux-ils Brux-elles : une priorité, la lutte contre les discriminations

    En filigrane de l’affaire Kir ne pouvait-on lire un peu de communautarisme ? Et faire le procès de l’un n’équivalait-il pas à ouvrir celui de l’autre ? La question s’est posée lors de chacune des (nombreuses) discussions avec des élus, socialistes mais pas que, des experts, de la communauté turque mais pas que… Avec, à plusieurs reprises, cette réponse, cinglée : « c’est le procès de la diversité que vous faites, et ça, c’est hors de question ». Non, il n’était, évidemment pas question de faire le procès de la diversité. C’est donc que le terme était mal choisi…

    Apparu dans la langue française au cours des années nonante, le mot « communautarisme » se hisse régulièrement dans les statistiques hautes d’occurrence sur le web et fait l’objet de nombreuses recherches académiques. Fabrice Dhume, sociologue, chercheur à Paris Diderot, s’est livré à une véritable enquête sur ce qu’il qualifie « de...

    Lire la suite

  • La leçon des «Sardines»: le populisme n’est pas une fatalité

    On dit souvent que l’Italie constitue le laboratoire politique de l’Europe. Et en Italie, Bologne apparaît comme le laboratoire du laboratoire. C’est dans la capitale émilienne, en effet, que le Parti communiste avait pris, à l’époque, ses distances avec Moscou. C’est là aussi que Romano Prodi avait inventé « l’Olivier », l’union de la gauche copiée un peu partout sur le continent. C’est là, encore, sur la place centrale, que Beppe Grillo avait lancé...

    Lire la suite