15.000 personnes manifestent pour le climat à Bruxelles: «Notre maison brûle» (photos et vidéos)

Quelque 15.000 personnes, selon le comptage de la police, ont défilé vendredi dans les rues de Bruxelles dans le cadre de la troisième grève mondiale pour le climat.

Grève mondiale pour le climat: e 15.000 personnes dans les rues de Bruxelles (photos)

Les manifestants ont une nouvelle fois réclamé une politique climatique courageuse, en écho aux millions de citoyens qui se sont mobilisés à travers le monde ce vendredi pour signifier à la classe dirigeante que « notre maison brûle ».

« Nous devons continuer à parler du climat et à nous mobiliser si nous voulons placer l’urgence climatique au centre du débat », a affirmé la porte-parole francophone du mouvement Youth For Climate, Adélaïde Charlier.

Pour son alter ego néerlandophone, Anuna De Wever, « il ne s’agit que de la deuxième saison des mobilisations », a-t-elle lancé en fin de manifestation, annonçant une série de nouvelles actions, main dans la main avec « les travailleurs, les agriculteurs et les scientifiques ».

La Belgique a 100 jours pour adapter son Plan National Energlie-Climat

Présent aux côtés des manifestants, le président de la Coalition Climat Nicolas Van Nuffel a rappelé que la Belgique dispose de 100 jours, à partir de dimanche, pour adapter son Plan National Energie-Climat (PNEC), qu’elle doit remettre à la Commission européenne en fin d’année, comme chaque État membre.

À ce jour, « la Belgique n’est pas à la hauteur de l’Accord de Paris », a-t-il insisté. « Nous appelons le Premier ministre Charles Michel à être un homme d’action et emporter des engagements concrets dans ses valises pour New York ». Lundi, le secrétaire général de l’ONU y a convoqué un sommet spécial au cours duquel il va demander aux dirigeants mondiaux de réviser à la hausse leurs engagements climatiques.

Un an après les premières manifestations en Belgique, les militants gardent espoir : « Nous sommes toujours là et nous ne lâcherons pas ! », ont-ils scandé tout au long du parcours.

La marche de ce vendredi donnait le coup d’envoi d’une nouvelle semaine d’actions en faveur d’une politique climatique plus ambitieuse. Après celle-ci, « nous reviendrons encore tous les mois », ont martelé Anuna De Wever et Adélaïde Charlier face au parterre de manifestants venus les écouter au terme de la manifestation.

Plusieurs manifestations dans le monde

Des centaines de milliers de jeunes manifestaient ce vendredi à travers le monde. De Sydney à Séoul, en passant par Manille, Bali, Tokyo ou Bombay, l’Asie-Pacifique a donné le coup d’envoi de ce « Friday for Future » planétaire destiné à faire monter la pression sur les décideurs politiques et les entreprises.

Allemagne

Athènes

Suède

 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. Face au vote des députés, Boris Johnson a renvoyé la patate chaude aux Européens.

    Brexit: suite au prochain épisode…

  2. Vladimi Poutine accueillant son homologue turc, Recep Tayyip Erdogan, mardi à Sotchi
: «
La situation dans la région est très grave
» a rappelé le président russe.

    Poutine et Erdogan s’accordent pour renforcer la présence russe en Syrie

  3. FRANCE-LEONARDO-DA-VINCI-EXHIBITION

    Le Louvre met à l’honneur le vrai Léonard de Vinci

La chronique
  • Michel Barnier, missionnaire et poil à gratter: une personnalité qui contraste avec Boris Johnson

    Par Marc Roche

    Dans un coin de ma mémoire de chroniqueur du Brexit, une petite information mise de côté en sachant qu’elle sera utilisée un jour. La nouvelle Présidente de la Commission européenne, Ursula von der Leyen, a nommé Michel Barnier à la tête d’une « task force Royaume-Uni » chargée de la finalisation de l’Article 50 de sortie, de la préparation d’un no deal et de la négociation du futur accord commercial entre l’Union européenne et le Royaume-Uni.

    Dans le chaos actuel du processus du Brexit, cette nouvelle a fait l’effet d’un « vent » dans une assemblée de trappistes : déplorable mais sans importance. Le Premier ministre, Boris Johnson, a en effet d’autres chats à fouetter que de se préoccuper de la nouvelle mission qui serait attribuée, après la ratification de l’accord scellé entre Londres et Bruxelles, à celui qui est considéré par les Brexiteurs comme l’ennemi public numéro un.

    De solides inimitiés...

    Lire la suite

  • Une réforme des pensions doit être socialement acceptable

    Les hommes politiques se trompent parfois (pardonnez l’euphémisme). Après tout, ils sont faits du même bois que nous. Mais quand ils annoncent qu’il faut réformer notre système de pensions, ils ont raison.

    Tout a changé

    Notre premier pilier de pensions s’est construit au lendemain du dernier conflit mondial. La période des « Trente glorieuses » lui a donné sa solidité, en même temps que le « Baby-boom...

    Lire la suite