Pierre-Yves Jeholet au «Soir»: «M. Maingain en agent de liaison? Je ne compte pas le voir une demi-fois»

© Pierre-Yves Thienpont.
© Pierre-Yves Thienpont.

Le gouvernement bruxellois a désigné Olivier Maingain (Défi) comme « délégué aux Solidarités Bruxelles-Wallonie ». Concrètement, il s’agit de réfléchir au bon fonctionnement de la Fédération Wallonie-Bruxelles et aux coopérations possibles, dans une série de politiques, entre la Wallonie et Bruxelles. Avec une volonté clairement affichée d’associer à ces travaux la société civile: monde académique, tissu associatif, acteurs socio-économiques.

Pierre-Yves Jeholet (MR), ministre-président de la Communauté française, ne veut pas en entendre parler.

Les responsables bruxellois du PS, d’Ecolo et de Défi ont confirmé vendredi la création d’un « Délégué aux solidarités Bruxelles-Wallonie ». Que pensez-vous de notre agent de liaison ?

Quel « agent de liaison » ?

On veut dire Olivier Maingain. La mission a été confiée au président de Défi…

Pour moi, c’est clair, il n’y a pas un mot à ce sujet dans la Déclaration de politique régionale wallonne et la Déclaration communautaire. Je m’en tiens à cela. On ne va pas créer un nouveau bidule. Mettre de la complexité dans la complexité. Je souhaite de la cohésion entre les entités, et ce sont les ministres-présidents qui seront chargés d’assurer cette cohésion. J’aurai des contacts intenses avec les homologues, Rudi Vervoort et Elio Di Rupo. C’est notre rôle.

Vous ne reconnaissez donc aucun statut à Olivier Maingain ?

Non, aucun. Je ne compte pas voir une demi-fois M. Maingain. Il n’y aura pas de réunion avec le ministre-président de la Fédération Wallonie-Bruxelles. Ce n’est pas une question personnelle, je n’ai rien contre M. Maingain. S’il veut être agent de liaison avec lui-même, pas de problème. Vous savez, créer une fonction comme celle-là, ça déforce les institutions, les ministre-présidents, or nous devons être volontaires à cet égard, prendre les choses en main, et veiller, nous, au dialogue. Bon, on s’est peut-être dit qu’il fallait donner un jouet à M. Maingain, mais voilà tout, je n’ai rien à voir avec cela.

Retrouvez la grande interview de Pierre-Yves Jeholet ce samedi sur Le Soir+

 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. Une bande de six olibrius aussi dingues qu’étranges débarquait, au soir du 5 octobre 1969, dans la petite lucarne des chaumières d’outre-Manche.

    Les Monty Python ont cinquante ans

  2. Outre le paiement de factures, le Fonds a également un objectif de prévention, en aidant les ménages précarisés à mieux gérer leur consommation.

    Le Fonds Gaz et Electricité a besoin de 30 millions de plus par an

  3. Les travailleurs étrangers sont peu représentés dans le secteur non-marchand (9,1
%) et représentent onze indépendants sur cent en Belgique.

    En cinq ans, le nombre de travailleurs étrangers a augmenté de 13,6%

La chronique
  • France: la fin programmée des Républicains

    Par Xavier Mabille d’abord, par mes lectures aussi, j’ai été vacciné contre la tentation de faire des pronostics. Comme Descartes, l’Histoire s’avance masquée, et l’on a toutes les chances d’être démenti si l’on prétend savoir de quel enfant elle accouchera. Pourtant, je ne résiste pas au plaisir de tirer une prédiction d’un livre dont j’achève la lecture, et dont l’auteur, plus rigoureux que moi, s’abstient, lui, de se projeter dans l’avenir. Je veux parler de L’archipel français, de Jérôme Fourquet, qui me conduit à faire ce pari : dans 20 ans, le parti des Républicains, en France, aura disparu, ou ne sera plus qu’une chapelle insignifiante comme l’est aujourd’hui la formation centriste UDI.

    ...

    Lire la suite

  • Dutroux: le TAP n’est pas un guichet de sortie automatique

    Les craintes ravivées d’une libération conditionnelle de Marc Dutroux, même si elles sont infondées, témoignent que le pays demeure, 23 ans après son arrestation, sous la sujétion du psychopathe de Marcinelle qui figure dans les consciences comme l’incarnation du mal.

    La demande de la désignation d’un collège de cinq experts psychiatres que porteront jeudi devant le Tribunal de l’application des peines (TAP) ses deux avocats, n’est qu’une « étape technique » à l’issue incertaine et qui ne...

    Lire la suite