Rio Ferdinand émet des doutes sur l’avenir d’Eden Hazard au Real Madrid: «J’ai bien peur qu’il soit arrivé au mauvais moment»

Rio Ferdinand émet des doutes sur l’avenir d’Eden Hazard au Real Madrid: «J’ai bien peur qu’il soit arrivé au mauvais moment»
Photo News

Transféré cet été de Chelsea au Real Madrid pour un montant supérieur à 100 millions d’euros, Eden Hazard est déjà sous le feu des critiques. Le capitaine des Diables rouges a tout d’abord été jugé en surpoids par les supporters de la Casa Blanca lors de son retour de vacances. Après une présaison en deçà des attentes, l’ancien Lillois s’est blessé à la cuisse à la veille du premier match de championnat.

Après un mois à l’écart des terrains, il a enfin pu faire sa première apparition sous la tunique madrilène en montant au jeu face à Levante le week-end dernier. Dans la foulée, il obtenait sa première titularisation face au Paris Saint-Germain, en Ligue des Champions, mercredi dernier.

Résultat, une défaite 3-0 au Parc des Princes et un Hazard très peu en vue. Au point d’être déjà victime de premières critiques, notamment de la part de Rio Ferdinand. « Quand vous allez dans un nouveau club, et particulièrement de la trempe du Real Madrid, vous devez gagner le droit d’être le leader qui a le ballon. Il doit montrer plus à l’entraînement et dans les matchs », a déclaré l’ancien international anglais au micro de BT Sport.

« J’ai bien peur pour lui qu’il soit arrivé au mauvais moment. C’est une équipe qui est en train de vieillir, ils ne sont pas sur une pente ascendante, ils n’ont pas retrouvé leur étincelle actuellement. Cela va l’affecter et lui nuire sur la durée », a ensuite poursuivi l’ancien défenseur emblématique de Manchester United.

 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
  • David Elleray s’est exprimé devant la presse à Tubize.

    Par Jonas Bernard

    Division 1A

    David Elleray, patron de l’arbitrage belge: «Nos arbitres sont désormais des athlètes»

  • belgaimage-155853530-full

    Par Etienne Pairoux

    Standard

    Standard: huit jours sous pression pour les Rouches

  • Karim Belhocine a insisté sur l’efficacité avant le déplacement au Cercle.

    Par Benjamin Helson

    Charleroi

    Le Sporting de Charleroi encore face à l’inconnu

 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. Les talents de démarcheur du Premier ministre britannique sont mis à l’épreuve avant le vote de samedi.

    Vote serré en vue sur l’accord Brexit

  2. «
Essayer de réparer les problèmes climatiques, je vois bien d’où ça vient, chez moi.»

    Les racines élémentaires de Cyril Dion: «Je me suis promis de ne jamais devenir un vieux con»

  3. En 2004, Elio Di Rupo et Joëlle Milquet scellent une alliance qui écarte les libéraux du pouvoir au sud du pays. © Belga.

    Après 20 ans, Elio Di Rupo restitue un Parti socialiste debout et éreinté

La chronique
  • Hommage à la Catalogne

    Avant d’écrire 1984 (qui terrifie par son incroyable actualité), George Orwell avait participé à la guerre d’Espagne, plus particulièrement aux batailles livrées en Catalogne en 1936-1937 face aux troupes franquistes. Ceux qui s’intéressent à l’actualité politique catalane feraient bien de se plonger dans son Hommage à la Catalogne (republié chez 10/18), qui livre encore quelques clés pour comprendre cette région singulière et ses rapports avec le reste de l’Espagne.

    Ainsi, cette phrase : « Dans cette guerre, on eût dit que c’était toujours à qui manquerait l’autre ». N’est-ce pas un résumé laconique mais implacable de l’incompréhension historique entre l’Espagne et sa région la plus remuante et de l’échec des gouvernements successifs de Madrid et de sa justice ?

    Un pouvoir central qui privilégie systématiquement à la politique de la main tendue celle de la main sur la figure.

    L’Espagne, devenue...

    Lire la suite

  • Accord sur le Brexit: let it be…

    Lorsqu’est apparu jeudi matin « Accord sur le Brexit » sur nos écrans, c’est l’émotion d’abord qui s’est emparée de nous. Nous y voilà donc. Soudain, ce départ qui s’était transformé en un vaudeville avec de piètres acteurs et des portes de parlements qui claquent, devenait réalité. Et cela provoquait durant un court instant la stupéfaction, la tristesse, comme un sentiment de défaite mais surtout de perte. Comme si nous avions stupidement espéré que ces négociations allaient durer toujours, permettant de conserver « par...

    Lire la suite