Pierre-Yves Jeholet au «Soir»: «La vérité sur Nethys, quitte à ce que le deal capote»

Pierre-Yves Jeholet
Pierre-Yves Jeholet - Photo News

Dans un entretien accordé au Soir, Pierre-Yves Jeholet reconnaît que son parti, le MR, souhaitait la vente rapide des actifs de Nethys. Mais le libéral ajoute : « Ce qui inquiète, c’est la valorisation, la manière dont elle a été faite et qui a piloté les opérations. »

Il approuve la démarche du ministre des Pouvoirs locaux Pierre-Yves Dermagne (PS), qui exige de Nethys des réponses claires sur la vente de Voo et de Win. A la question de savoir s’il craint que la fermeté désormais affichée par la Région wallonne dans ce dossier ne mette l’affaire en péril, il répond : « C’est pour cela que je dis que c’est délicat. Mais on ne va pas non plus fermer les yeux sur la manière dont cela s’est passé sous prétexte qu’on veut éviter de faire capoter le deal. Le risque est bien que le deal capote. Mais quand on viendra dire que la valorisation n’a pas été suffisante, les communes auront l’impression d’avoir été volées. »

Mais à ceux qui tenteraient d’exploiter politiquement l’affaire Nethys, Pierre-Yves Jeholet dit : « L’heure est grave : il faut penser aux actionnaires, aux montants en jeu aussi, au projet industriel, à l’emploi. »

Retrouvez l’entretien complet de Pierre-Yves Jeholet sur Le Soir+

 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. 06670710

    Brexit: Boris Johnson menace d’élections anticipées

  2. Le 17 août 1996, sur les marches du palais de justice de Neufchâteau, apparaît, entre deux policiers, un petit homme rondouillard, aux traits creusés par des heures d’interrogatoires.

    Michel Nihoul est mort: l’affaire Dutroux perd l’une de ses figures

  3. Schwarzenegger dans le dernier «
Terminator
».

    Arnold Schwarzenegger: «La saga ‘Terminator’ a été un chapitre très important de ma vie»

La chronique
  • CD&V: Blanche-Neige et les Sept Nains

    Le CD&V est en grand désarroi. La preuve : pour succéder à Wouter Beke, l’ancien président des démocrates-chrétiens flamands, déjà sept candidats se sont présentés. La plupart d’entre eux sont bourgmestres.

    Ce n’est pas par hasard si le CD&V est toujours le plus grand parti au niveau local, avec plus de 120 bourgmestres sur 300 communes flamandes. Quelques candidats se singularisent : il y a par exemple le président des jeunes démocrates-chrétiens, Sammy Mahdi, toujours accompagné de son chien Pamuk. Ou il y a l’unique femme parmi eux, Katrien Partyka, la bourgmestre de Tirlemont, où le CD&V est devenu en 2014, pour la première fois dans l’histoire de la ville, le plus grand parti. Ou encore, il y a l’acteur bien connu parmi les sept : Walter De Donder, bourgmestre d’Affligem, qui gagne sa vie en jouant le rôle du lutin Plop dans la série pour enfants Le Lutin Plop. Et puis, il y avait les deux candidatures annoncées, celle de Pieter De Crem et celle d’Hendrik Bogaert, bien connus et plutôt à droite, mais qui in fine se sont abstenus....

    Lire la suite

  • Patients et soignants méritent mieux que cela

    Pour les uns – les patrons – il n’y a là rien d’autre qu’une espèce de paranoïa syndicale. Pour les autres – les syndicats – l’accord du non-marchand de 2017 a valeur exclusive d’avancée sociale à l’avantage du personnel. Entre les deux camps, la ministre en affaires courantes de la Santé publique compte les coups. Elle penche même, une fois n’est pas coutume, en faveur des travailleurs, assurant qu’infirmiers, sages-femmes, kinés, logopèdes, diététiciens – « tout le personnel soignant » en fait – doivent « recevoir la...

    Lire la suite