Ligue 1: Strasbourg crée la surprise face à Nantes (2-1)

Ligue 1: Strasbourg crée la surprise face à Nantes (2-1)
AFP

Mené à la pause, Strasbourg a arraché sa première victoire de la saison en championnat (2-1) face à Nantes, qui a manqué l’opportunité de s’emparer de la tête de la L1, vendredi en ouverture de la 6e journée.

Les Canaris, qui ont ouvert le score par Kalifa Coulibaly peu avant la demi-heure de jeu (28e), n’ont pas réussi à conserver cet avantage face à des Alsaciens qui se sont réveillés en seconde période.

Les joueurs de Thierry Laurey ont d’abord logiquement égalisé par Dimitri Liénard (65e), avant de renverser les Canaris en toute fin de match sur un penalty inscrit par Ludovic Ajorque (89e).

Nantes, qui restait sur trois victoires et un nul, a concédé son deuxième revers de la saison après celui enregistrée à Lille lors de la première journée. Les +Gourcuff Boys+ occupent la quatrième place (10 points), en attendant les autres matches du weekend.

Le RCSA quitte, lui, la place de barragiste pour remonter au 13e rang en doublant son capital, qui se monte désormais à six points.

Le début de match est peu animé, si ce n’est ennuyeux, entre deux équipes soucieuses de ne pas se découvrir et qui verrouillent les espaces.

Les Canaris font preuve d’une efficacité redoutable et aussi de réussite en ouvrant le score sur leur première réelle situation dangereuse : Moses Simon laisse passer un centre dévissé de Charles Traoré, et au lieu de dégager, Kenny Lala se baisse, offrant la possibilité à Coulibaly de placer une frappe puissante sous la barre (0-1, 28e).

Assommés, les Alsaciens essaient de réagir mais ne parviennent pas à inquiéter Alban Lafont jusqu’à la mi-temps.

Liénard change tout

Dès la reprise, le Racing montre un tout autre visage et impose un pressing tout terrain à Nantes, sous l’impulsion de Liénard, lancé par Laurey à la pause en remplacement du défenseur Alexander Djiku.

Ce repositionnement tactique change radicalement le visage de la formation strasbourgeoise, bien plus présente offensivement, tandis que les Nantais peinent à mettre le pied sur le ballon et ne procèdent plus que par contre.

Après deux débordements ponctués de centres de Ludovic Ajorque sans conséquences pour les Canaris, le RCSA finit par obtenir une égalisation méritée : sur un centre d’Adrien Thomasson pour Nuno Da Costa, Andrei Girotto manque son dégagement et Liénard en profite pour décocher une frappe puissante à ras de terre qui délivre la Meinau (1-1, 65e).

Les Canaris multiplient alors les longs ballons pour Coulibaly, mais sans succès, tandis que Strasbourg enchaîne les offensives sans plus de réussite.

Jusqu’à un corner joué à deux entre Liénard et Jean-Ricner Bellegarde, qui se joue d’Imran Louza et se fait déséquilibrer dans la surface. Ajorque ne flanche pas et convertit le penalty, enflammant un public alsacien encore une fois exemplaire (2-1, 89e).

 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. Une bande de six olibrius aussi dingues qu’étranges débarquait, au soir du 5 octobre 1969, dans la petite lucarne des chaumières d’outre-Manche.

    Les Monty Python ont cinquante ans

  2. Outre le paiement de factures, le Fonds a également un objectif de prévention, en aidant les ménages précarisés à mieux gérer leur consommation.

    Le Fonds Gaz et Electricité a besoin de 30 millions de plus par an

  3. Les travailleurs étrangers sont peu représentés dans le secteur non-marchand (9,1
%) et représentent onze indépendants sur cent en Belgique.

    En cinq ans, le nombre de travailleurs étrangers a augmenté de 13,6%

  • Dutroux: le TAP n’est pas un guichet de sortie automatique

    Les craintes ravivées d’une libération conditionnelle de Marc Dutroux, même si elles sont infondées, témoignent que le pays demeure, 23 ans après son arrestation, sous la sujétion du psychopathe de Marcinelle qui figure dans les consciences comme l’incarnation du mal.

    La demande de la désignation d’un collège de cinq experts psychiatres que porteront jeudi devant le Tribunal de l’application des peines (TAP) ses deux avocats, n’est qu’une « étape technique » à l’issue incertaine et qui ne...

    Lire la suite