NBA: Vince Carter prolonge avec Atlanta, pour une 22e saison record

NBA: Vince Carter prolonge avec Atlanta, pour une 22e saison record
Photo News

L’inoxydable Vince Carter, 42 ans, a resigné pour un an avec les Atlanta Hawks et s’apprête ainsi à jouer sa 22e saison en NBA, un record de longévité dans la Ligue qui pourrait en appeler d’autres.

Jusqu’à présent Carter, faisait partie du « club des 21 » avec les anciennes gloires Robert Parish, Kevin Garnett, Kevin Willis et l’Allemand Dirk Nowitzki. Quand il foulera le parquet des Detroit Pistons, le 24 octobre, pour le premier match de saison régulière des Hawks, Carter deviendra donc le premier à faire mieux.

Et dès 2020, il deviendra aussi le premier à avoir mené une carrière professionnelle de joueur sur quatre décennies.

L’arrière, qui a débuté sa carrière en 1999 chez les Raptors, est le joueur en activité qui compte le plus de matches joués en NBA avec 1.481 apparitions. Il est à 130 matches du record de tous les temps établi par Parish.

S’il ne pourra pas battre la marque de l’ancien pivot des Boston Celtics, la saison régulière comptant 82 matches, il pourrait en revanche déloger le dauphin Kareem Abdul-Jabbar qui compte 79 rencontres de plus que lui.

Surnommé « Air Canada » durant ses primes années à Toronto, en raison de son jeu explosif et de ses dunks acrobatiques, Carter a été sélectionné huit fois au All-Star Game.

En 2000, il a remporté l’Or olympique avec les Etats-Unis à Sydney. Durant ce tournoi, son dunk féroce au-dessus du pivot français Frédéric Weis avait fait le tour du monde.

En 21 saisons à Toronto, New Jersey, Orlando, Phoenix, Dallas, Memphis, Sacramento et Atlanta, il a compilé 17,2 points, 4,4 rebonds, 3,2 passes décisives et 1 interception de moyenne.

Carter, qui aura 43 ans en janvier, reste un remplaçant efficace, comme en témoigne son bilan de la saison passée où il a réussi, en 76 apparences pour les Hawks, 7,4 points, 2,6 rebonds et 1,1 passe par match.

 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. Les talents de démarcheur du Premier ministre britannique sont mis à l’épreuve avant le vote de samedi.

    Vote serré en vue sur l’accord Brexit

  2. «
Essayer de réparer les problèmes climatiques, je vois bien d’où ça vient, chez moi.»

    Les racines élémentaires de Cyril Dion: «Je me suis promis de ne jamais devenir un vieux con»

  3. En 2004, Elio Di Rupo et Joëlle Milquet scellent une alliance qui écarte les libéraux du pouvoir au sud du pays. © Belga.

    Après 20 ans, Elio Di Rupo restitue un Parti socialiste debout et éreinté

La chronique
  • Hommage à la Catalogne

    Avant d’écrire 1984 (qui terrifie par son incroyable actualité), George Orwell avait participé à la guerre d’Espagne, plus particulièrement aux batailles livrées en Catalogne en 1936-1937 face aux troupes franquistes. Ceux qui s’intéressent à l’actualité politique catalane feraient bien de se plonger dans son Hommage à la Catalogne (republié chez 10/18), qui livre encore quelques clés pour comprendre cette région singulière et ses rapports avec le reste de l’Espagne.

    Ainsi, cette phrase : « Dans cette guerre, on eût dit que c’était toujours à qui manquerait l’autre ». N’est-ce pas un résumé laconique mais implacable de l’incompréhension historique entre l’Espagne et sa région la plus remuante et de l’échec des gouvernements successifs de Madrid et de sa justice ?

    Un pouvoir central qui privilégie systématiquement à la politique de la main tendue celle de la main sur la figure.

    L’Espagne, devenue...

    Lire la suite

  • Accord sur le Brexit: let it be…

    Lorsqu’est apparu jeudi matin « Accord sur le Brexit » sur nos écrans, c’est l’émotion d’abord qui s’est emparée de nous. Nous y voilà donc. Soudain, ce départ qui s’était transformé en un vaudeville avec de piètres acteurs et des portes de parlements qui claquent, devenait réalité. Et cela provoquait durant un court instant la stupéfaction, la tristesse, comme un sentiment de défaite mais surtout de perte. Comme si nous avions stupidement espéré que ces négociations allaient durer toujours, permettant de conserver « par...

    Lire la suite