Formule 2: Juan Manuel Correa, accidenté à Spa, est sorti du coma, mais son état reste préoccupant

Formule 2: Juan Manuel Correa, accidenté à Spa, est sorti du coma, mais son état reste préoccupant
Photo News

L’Américain Juan Manuel Correa, impliqué dans l’accident qui a coûté la vie au Français Anthoine Hubert lors du Grand Prix de Spa-Francorchamps de Formule 2 il y a trois semaines, est sorti du coma, ont annoncé les organisateurs de la F2 dans un communiqué. Son état reste cependant préoccupant.

Le jeune pilote ne doit en outre plus recourir à l’assistance respiratoire qui utilise la technique d’oxygénation par membrane extra-corporelle (ECMO). «  C’est une grande nouvelle et un pas important dans la bonne direction, mais il reste toujours dans une course contre la montre », explique le communiqué. Le pilote est conscient, mais pas encore tout à fait réveillé. Les médecins de l’hôpital britannique dans lequel il est pris en charge depuis son transfert du CHU de Liège, ont expliqué qu’il aura encore besoin de quelques jours en raison d’un coma provoqué de plus de deux semaines.

Juan Manuel Correa, 20 ans, est dans un état fragile et vulnérable médicalement parlant. Il reste toujours aux soins intensifs. Son état est passé de « critique » à « sérieux ».

Course contre la montre

Correa avait été opéré de fractures aux jambes et d’une blessure moins grave à la colonne vertébrale le jour de l’accident le 1er septembre, mais il a souffert ensuite d’un syndrome de détresse respiratoire aiguë.

Les priorités des médecins se concentrent à présent sur ses blessures aux jambes après deux semaines sans bouger et qui n’ont pu être traitées depuis les premières interventions après l’accident. Les médecins sont engagés dans une course contre la montre pour minimiser les risques de séquelles irréversibles à l’extrémité de sa jambe droite. Ils ne peuvent pas opérer tant que les poumons ne sont pas suffisamment solides pour supporter une longue opération.

 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
  • Deux champions de frères. @News

    Par DDR

    MotoGP

    Alex, l’autre Marquez champion

  • @News

    Par Dominique Dricot

    Formule 1

    Hamilton et Marquez tuent-ils leur sport?

  • @AFP

    Par Dominique Dricot

    Formule 1

    F1: Hamilton n’est plus qu’à un titre de Schumacher

 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. d-20190906-3VY1PT 2019-11-05 21:25:44

    Coalition fédérale: le CDH n’exclut plus une participation

  2. Le Parti socialiste de Pedro Sánchez reste le premier, avec 120 sièges sur 350. Mais bien loin de la majorité... © AFP.

    Elections: l’Espagne toujours à la recherche d’une majorité

  3. Le professeur avait souvent été dénoncé pour ses violences. Contre des étudiants. Mais surtout sur des femmes dont certaines avaient déposé des plaintes.

    Le professeur russe qui se prenait pour Napoléon a tué et démembré sa compagne

La chronique
  • L’Otan doit-elle suspendre son vol?

    Il y a un côté enfantin chez Emmanuel Macron, mais au sens de l’enfant du fameux conte d’Andersen qui s’écrie « Le roi est nu ! », provoquant ainsi le rire libérateur des sujets qui n’osaient pas s’avouer à eux-mêmes que leur souverain se promenait totalement à poil.

    En l’occurrence, Macron n’a pas fait rire mais, en déclarant dans une interview au magazine britannique The Economist, que l’Otan était « en état de mort cérébrale », il a dit très exactement ce que tout le monde sait, ce que tout le monde voit, mais que seul un esprit un peu enfantin pouvait oser dire. Angela Merkel a d’ailleurs trouvé la bonne expression : elle n’a pas dit que c’était faux (personne n’a vraiment dit que c’était faux !), elle a simplement fait remarquer que c’était « intempestif ». Intempestif signifiant exactement, si l’on se réfère au dictionnaire : « C’est vrai, mais ce n’est pas le moment de le dire. »...

    Lire la suite

  • Otan: le réveil de Macron, le risque de la division

    Il faut ouvrir la bouche quand on pense pouvoir exprimer clairement une opinion : c’est peu diplomatique, mais je ne suis pas un diplomate, je suis un politique. » Non, ce n’est pas là Emmanuel Macron qui parle. C’est le président sortant du Conseil européen, le Polonais Donald Tusk, qui, peu avant de tirer sa révérence, accorde au Soir un long entretien.

    ...

    Lire la suite