Formule 2: Juan Manuel Correa, accidenté à Spa, est sorti du coma, mais son état reste préoccupant

Formule 2: Juan Manuel Correa, accidenté à Spa, est sorti du coma, mais son état reste préoccupant
Photo News

L’Américain Juan Manuel Correa, impliqué dans l’accident qui a coûté la vie au Français Anthoine Hubert lors du Grand Prix de Spa-Francorchamps de Formule 2 il y a trois semaines, est sorti du coma, ont annoncé les organisateurs de la F2 dans un communiqué. Son état reste cependant préoccupant.

Le jeune pilote ne doit en outre plus recourir à l’assistance respiratoire qui utilise la technique d’oxygénation par membrane extra-corporelle (ECMO). «  C’est une grande nouvelle et un pas important dans la bonne direction, mais il reste toujours dans une course contre la montre », explique le communiqué. Le pilote est conscient, mais pas encore tout à fait réveillé. Les médecins de l’hôpital britannique dans lequel il est pris en charge depuis son transfert du CHU de Liège, ont expliqué qu’il aura encore besoin de quelques jours en raison d’un coma provoqué de plus de deux semaines.

Juan Manuel Correa, 20 ans, est dans un état fragile et vulnérable médicalement parlant. Il reste toujours aux soins intensifs. Son état est passé de « critique » à « sérieux ».

Course contre la montre

Correa avait été opéré de fractures aux jambes et d’une blessure moins grave à la colonne vertébrale le jour de l’accident le 1er septembre, mais il a souffert ensuite d’un syndrome de détresse respiratoire aiguë.

Les priorités des médecins se concentrent à présent sur ses blessures aux jambes après deux semaines sans bouger et qui n’ont pu être traitées depuis les premières interventions après l’accident. Les médecins sont engagés dans une course contre la montre pour minimiser les risques de séquelles irréversibles à l’extrémité de sa jambe droite. Ils ne peuvent pas opérer tant que les poumons ne sont pas suffisamment solides pour supporter une longue opération.

 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. Pour François Desquesnes (CDH), le travail n’est pas fini dans le groupe Nethys. © Belga.

    Wallonie: le CDH veut que Nethys fasse d’urgence le nettoyage des filiales

  2. Pierre-Yves Thienpont (Le Soir).

    Un CA de la RTBF profondément remanié

  3. Le groupe Vlaams Belang à la Chambre est aujourd’hui fort de dix-huit représentants. © Belga.

    Le pedigree douteux des députés Vlaams Belang

La chronique
  • Hommage à la Catalogne

    Avant d’écrire 1984 (qui terrifie par son incroyable actualité), George Orwell avait participé à la guerre d’Espagne, plus particulièrement aux batailles livrées en Catalogne en 1936-1937 face aux troupes franquistes. Ceux qui s’intéressent à l’actualité politique catalane feraient bien de se plonger dans son Hommage à la Catalogne (republié chez 10/18), qui livre encore quelques clés pour comprendre cette région singulière et ses rapports avec le reste de l’Espagne.

    Ainsi, cette phrase : « Dans cette guerre, on eût dit que c’était toujours à qui manquerait l’autre ». N’est-ce pas un résumé laconique mais implacable de l’incompréhension historique entre l’Espagne et sa région la plus remuante et de l’échec des gouvernements successifs de Madrid et de sa justice ?

    Un pouvoir central qui privilégie systématiquement à la politique de la main tendue celle de la main sur la figure.

    L’Espagne, devenue...

    Lire la suite

  • Brexit: Boris Johnson, Prime Minister quand ça l’arrange

     Je fais quand même ce que je ne veux pas faire, mais on ne pourra jamais dire que je l’ai fait puisque je ne l’ai pas fait. » C’est le résumé de la pantalonnade à laquelle on a assisté ce week-end à Londres. À nouveau, serait-on tenté de dire.

    Allez ! Un Premier ministre qui envoie une lettre à l’Union européenne sans la signer pour demander un report sans vraiment le demander, mais parce qu’il était légalement obligé de le faire : mais à quoi donc...

    Lire la suite