KBC: les négociations sur la nouvelle CCT butent sur le travail dominical

KBC: les négociations sur la nouvelle CCT butent sur le travail dominical
Belga

La banque KBC souhaite que ses clients puissent la joindre le dimanche, mais la proposition - rejetée par le syndicat libéral - a eu pour effet de geler les négociations en cours sur la nouvelle convention collective de travail, dans le contexte de la suppression de 1.400 emplois annoncée en début du mois, rapporte samedi Het Laatste Nieuws.

La première banque du pays souhaite introduire une flexibilité accrue en faisant travailler des dizaines de collaborateurs le dimanche. La direction a greffé la proposition aux négociations sur la nouvelle convention collective de travail (CCT), attendue pour le 2 janvier 2020.

Cette nouvelle convention relève d’une importance particulière pour les syndicats dans la mesure où KBC entend supprimer 1.400 emplois «traditionnels» via des départs naturels et une réduction des recrutements au cours des trois prochaines années.

Les discussions butent toutefois sur le travail dominical que la CGSLB refuse, alors que les syndicats chrétien et socialiste se montrent moins catégoriques.

La banque dit avoir proposé aux partenaires sociaux de mettre en place un essai limité à titre expérimental pour l’ouverture du dimanche dans lequel un nombre limité d’employés servira les clients. «Cet essai se déroulerait pendant toute la durée de la convention collective de travail, sur une base entièrement volontaire pour les employés et avec une compensation supplémentaire», indique-t-elle samedi dans un communiqué, précisant qu’il s’agit d’une «étape logique» dans son évolution. Le système pourra ensuite être évalué avec les partenaires sociaux afin de déterminer s’il sera poursuivi ou non.

Mais comme l’introduction d’une flexibilité accrue nécessite l’accord de tous les partenaires sociaux, les négociations sont actuellement suspendues. Dans l’intervalle, la convention collective de travail actuelle et toutes ses dispositions resteront en vigueur jusqu’à la fin de l’année.

 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. Pierre-Yves Thienpont (Le Soir).

    Un CA de la RTBF profondément remanié

  2. Le groupe Vlaams Belang à la Chambre est aujourd’hui fort de dix-huit représentants. © Belga.

    Le pedigree douteux des députés Vlaams Belang

  3. 93% des répondants se sont trouvés en danger dans leur trajet vers l’Europe, la moitié ne s’y attendant pas au moment du départ. Pour autant, ils ne sont que 2% à déclarer qu’ils n’auraient pas migré sachant ce qui les attendait.

    Un rapport de l’ONU favorable aux régularisations de migrants

La chronique
  • Hommage à la Catalogne

    Avant d’écrire 1984 (qui terrifie par son incroyable actualité), George Orwell avait participé à la guerre d’Espagne, plus particulièrement aux batailles livrées en Catalogne en 1936-1937 face aux troupes franquistes. Ceux qui s’intéressent à l’actualité politique catalane feraient bien de se plonger dans son Hommage à la Catalogne (republié chez 10/18), qui livre encore quelques clés pour comprendre cette région singulière et ses rapports avec le reste de l’Espagne.

    Ainsi, cette phrase : « Dans cette guerre, on eût dit que c’était toujours à qui manquerait l’autre ». N’est-ce pas un résumé laconique mais implacable de l’incompréhension historique entre l’Espagne et sa région la plus remuante et de l’échec des gouvernements successifs de Madrid et de sa justice ?

    Un pouvoir central qui privilégie systématiquement à la politique de la main tendue celle de la main sur la figure.

    L’Espagne, devenue...

    Lire la suite

  • Brexit: Boris Johnson, Prime Minister quand ça l’arrange

     Je fais quand même ce que je ne veux pas faire, mais on ne pourra jamais dire que je l’ai fait puisque je ne l’ai pas fait. » C’est le résumé de la pantalonnade à laquelle on a assisté ce week-end à Londres. À nouveau, serait-on tenté de dire.

    Allez ! Un Premier ministre qui envoie une lettre à l’Union européenne sans la signer pour demander un report sans vraiment le demander, mais parce qu’il était légalement obligé de le faire : mais à quoi donc...

    Lire la suite