KBC: les négociations sur la nouvelle CCT butent sur le travail dominical

KBC: les négociations sur la nouvelle CCT butent sur le travail dominical
Belga

La banque KBC souhaite que ses clients puissent la joindre le dimanche, mais la proposition - rejetée par le syndicat libéral - a eu pour effet de geler les négociations en cours sur la nouvelle convention collective de travail, dans le contexte de la suppression de 1.400 emplois annoncée en début du mois, rapporte samedi Het Laatste Nieuws.

La première banque du pays souhaite introduire une flexibilité accrue en faisant travailler des dizaines de collaborateurs le dimanche. La direction a greffé la proposition aux négociations sur la nouvelle convention collective de travail (CCT), attendue pour le 2 janvier 2020.

Cette nouvelle convention relève d’une importance particulière pour les syndicats dans la mesure où KBC entend supprimer 1.400 emplois «traditionnels» via des départs naturels et une réduction des recrutements au cours des trois prochaines années.

Les discussions butent toutefois sur le travail dominical que la CGSLB refuse, alors que les syndicats chrétien et socialiste se montrent moins catégoriques.

La banque dit avoir proposé aux partenaires sociaux de mettre en place un essai limité à titre expérimental pour l’ouverture du dimanche dans lequel un nombre limité d’employés servira les clients. «Cet essai se déroulerait pendant toute la durée de la convention collective de travail, sur une base entièrement volontaire pour les employés et avec une compensation supplémentaire», indique-t-elle samedi dans un communiqué, précisant qu’il s’agit d’une «étape logique» dans son évolution. Le système pourra ensuite être évalué avec les partenaires sociaux afin de déterminer s’il sera poursuivi ou non.

Mais comme l’introduction d’une flexibilité accrue nécessite l’accord de tous les partenaires sociaux, les négociations sont actuellement suspendues. Dans l’intervalle, la convention collective de travail actuelle et toutes ses dispositions resteront en vigueur jusqu’à la fin de l’année.

 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. Les implications de l’affaire Nethys sur les pratiques politiques resteront selon les historiens.

    L’affaire Nethys va-t-elle intégrer les livres d’histoire?

  2. Pour les étudiants, la réussite partielle est progressivement entrée dans les mœurs.

    Universités: le taux de réussite est en baisse structurelle

  3. d-20160728-G95KNK 2018-05-02 10:05:11

    Les avortements jusqu’à 18 semaines reposent la question de la formation

La chronique
  • Des tweets prolétariens

    Les médias sociaux sont de toutes les époques. C’est une des conclusions d’un livre remarquable du professeur d’histoire, Maarten Van Ginderachter, de l’université d’Anvers. Dans son ouvrage The everyday nationalism of workers (Le nationalisme quotidien des travailleurs), il explique que le quotidien socialiste gantois Vooruit avait lancé à la fin du dix-neuvième siècle un « denier de la lutte », une liste d’abonnements pour soutenir la presse socialiste. Ce qui est intéressant à propos de ces listes, c’est que les donateurs pouvaient compléter leur don par une brève déclaration, généralement des messages courts ou 1 à 5 lignes dans un langage très familier. Ces déclarations étaient publiées dans une section séparée, et dans le Vooruit. Elles représentèrent rapidement jusqu’à un quart de l’espace total de la copie, publiée au moins deux fois par semaine, contenant à chaque fois plusieurs dizaines de déclarations.

    Une propagande efficace...

    Lire la suite

  • Colonies israéliennes: Trump s’assied sur le droit international

    Donald Trump aime créer la surprise. Lundi soir, il a cependant laissé à son fidèle secrétaire d’État Mike Pompeo le soin d’annoncer urbi et orbi que les États-Unis, soudain, changeaient d’avis sur la question des colonies israéliennes en territoires palestiniens occupés. Désormais, l’administration américaine estime que ces colonies ne sont pas, ou plus, contraires au droit international. Le tableau pourrait presque faire sourire : un milliardaire devenu président de la plus grande puissance au monde se lève un beau matin, et décide...

    Lire la suite