Tout savoir sur le dimanche sans voiture partout en Belgique

Tout savoir sur le dimanche sans voiture partout en Belgique
Belga

Point d’orgue de la semaine européenne de la mobilité, le dimanche sans voiture aura lieu ce 22 septembre dans plusieurs villes belges, dont principalement Bruxelles. L’ensemble du territoire de la Région bruxelloise sera en effet fermé au trafic automobile de 09h30 à 19h00, permettant aux adeptes de la mobilité douce d’investir les grands boulevards de la capitale.

>10 activités à faire durant le dimanche sans voiture à Bruxelles

Les transports

Durant toute la journée, les réseaux Stib et De Lijn seront gratuits à Bruxelles et les fréquences de passage des véhicules renforcées. La SNCB proposera pour sa part un « Mobility ticket », pour 6 euros aller-retour depuis et vers n’importe quelle destination en Belgique. En outre, laisser sa voiture dans un parking payant de la SNCB ne coûtera qu’1 euro ce jour-là.

« Le dimanche sans voiture s’applique à tout le monde, excepté transports en commun, taxis, autocars, services de secours, personnes handicapées munies de la carte, corps diplomatiques et véhicules d’utilité publique », précise Bruxelles Mobilité. « La vitesse maximum est limitée partout à 30 km/h. Les automobilistes qui seraient pris en flagrant délit de circulation sans dérogation risquent une amende, voire la confiscation du véhicule, s’ils refusent d’obtempérer aux injonctions du policier. » Les vélos électriques qui peuvent atteindre la vitesse de 45 km/h (speed pedelecs) sont considérés comme des cyclomoteurs et doivent également obtenir une dérogation.

Dans la capitale

La journée sera ponctuée de nombreux événements festifs et d’actions de sensibilisation aux enjeux sociétaux que constituent la mobilité. Comme chaque année, la Stib organisera sa journée portes ouvertes. Le dépôt d’Ixelles, avenue de l’Hippodrome, sera ouvert au public de 10h00 à 16h00. A Tour et Taxis, les (futurs) cyclistes pourront visiter le salon « Bike Brussels ». Dans le parc de Bruxelles et sur la place des Palais, l’événement Bruxelles Champêtre change de nom pour sa 17e édition et devient « Bucolic Brussels » sans pour autant changer de philosophie (Animaux, foodtrucks, animations, etc.). Le « Mobilxmix Village » sera, lui, installé place De Brouckère. Les joggeurs pourront, eux, participer aux 20 km de Bruxelles à l’envers. Et onze des dix-neuf communes de la Région proposeront leur propre « village mobilité ». L’ensembe des activités est détaillé sur le site mobilmix.brussels.

En Wallonie et en Flandre

Le dimanche sans voiture ne se limite pas à Bruxelles. En Wallonie et en Flandre, les villes de Mons, d’Ath, de Libramont et même d’Ostende organisent elles aussi leur propre événement. Et jusqu’à dimanche, il est possible de voyager gratuitement sur le réseau TEC de 9h00 à 15h00 et de 19h00 à 6h00 du matin.

Dans la cité du Doudou, la journée sans voiture se prolongera dans la soirée. La fermeture au trafic automobile est prévue de 10h00 à 22h00 dans le centre-ville. Diverses activités ponctueront la journée sur la Grand-Place.

Dans la cité des Géants, où cette journée est organisée pour la première fois, l’accès à la ville sera fermé aux véhicules motorisés de 10h00 à 18h00, même si les barrages commenceront à être mis en place à partir de 8h30. Le périmètre sera identique à celui de la ducasse.

A Libramont, la place Communale, la Grand’Rue, la rue du Monument ainsi que la rue de l’Ancienne Gare seront interdites à la circulation des véhicules motorisés de 10h00 à 18h00. Des animations sont prévues dans le centre-ville.

Bien que présent dans quelques villes wallonnes, le concept de la journée sans voiture sera bien plus étendu en Flandre. Près de 50 villes et communes du nord du pays, dont les 13 grands centres urbains, organiseront leur dimanche sans voiture.

Ostende sera fermée aux voitures le 22 septembre, à l’occasion de la 4e édition de son « Oostendedag ». Les automobiles ne seront pas autorisées dans le centre-ville jusqu’à 18h.

Marquant la fin de la saison touristique, cette fête est l’occasion pour les Ostendais de se réapproprier leur ville. Un marché, un festival de poésie, une course de boîtes à savon et un parcours de châteaux gonflables seront au rendez-vous.

 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. 06670710

    Brexit: Boris Johnson menace d’élections anticipées

  2. Le 17 août 1996, sur les marches du palais de justice de Neufchâteau, apparaît, entre deux policiers, un petit homme rondouillard, aux traits creusés par des heures d’interrogatoires.

    Michel Nihoul est mort: l’affaire Dutroux perd l’une de ses figures

  3. Schwarzenegger dans le dernier «
Terminator
».

    Arnold Schwarzenegger: «La saga ‘Terminator’ a été un chapitre très important de ma vie»

La chronique
  • CD&V: Blanche-Neige et les Sept Nains

    Le CD&V est en grand désarroi. La preuve : pour succéder à Wouter Beke, l’ancien président des démocrates-chrétiens flamands, déjà sept candidats se sont présentés. La plupart d’entre eux sont bourgmestres.

    Ce n’est pas par hasard si le CD&V est toujours le plus grand parti au niveau local, avec plus de 120 bourgmestres sur 300 communes flamandes. Quelques candidats se singularisent : il y a par exemple le président des jeunes démocrates-chrétiens, Sammy Mahdi, toujours accompagné de son chien Pamuk. Ou il y a l’unique femme parmi eux, Katrien Partyka, la bourgmestre de Tirlemont, où le CD&V est devenu en 2014, pour la première fois dans l’histoire de la ville, le plus grand parti. Ou encore, il y a l’acteur bien connu parmi les sept : Walter De Donder, bourgmestre d’Affligem, qui gagne sa vie en jouant le rôle du lutin Plop dans la série pour enfants Le Lutin Plop. Et puis, il y avait les deux candidatures annoncées, celle de Pieter De Crem et celle d’Hendrik Bogaert, bien connus et plutôt à droite, mais qui in fine se sont abstenus....

    Lire la suite

  • Patients et soignants méritent mieux que cela

    Pour les uns – les patrons – il n’y a là rien d’autre qu’une espèce de paranoïa syndicale. Pour les autres – les syndicats – l’accord du non-marchand de 2017 a valeur exclusive d’avancée sociale à l’avantage du personnel. Entre les deux camps, la ministre en affaires courantes de la Santé publique compte les coups. Elle penche même, une fois n’est pas coutume, en faveur des travailleurs, assurant qu’infirmiers, sages-femmes, kinés, logopèdes, diététiciens – « tout le personnel soignant » en fait – doivent « recevoir la...

    Lire la suite