France: plus d’une trentaine d’interpellations alors que des centaines de «gilets jaunes» manifestent (photos)

Plusieurs centaines de personnes se revendiquant des «gilets jaunes» étaient rassemblées à Paris samedi matin dans différents points de la capitale française, sous haute surveillance des forces de l’ordre qui cherchent à prévenir les attroupements, ont constaté des journalistes de l’AFP.

Peu avant 11H, les forces de l’ordre avaient interpellé 39 personnes, selon la préfecture de police parisienne (PP). Parmi elles, certaines étaient en possession de marteaux ou de jerrycans. A 11H00, elles avaient contrôlé 1.249 personnes et en avaient verbalisé treize.

Les forces de l’ordre françaises, au dispositif musclé, ont dispersé environ 300 personnes qui tentaient de se rassembler place de la Madeleine à l’appel d’Attac et Solidaires, malgré l’interdiction formulée vendredi par la préfecture de police.

Les manifestants, la plupart sans gilets jaunes mais se revendiquant de ce mouvement social né le 17 novembre 2018, ont été bloqués par les forces de l’ordre. Elles ont tiré une fois du gaz lacrymogène pour disperser la foule.

«Nous sommes traités comme des criminels», s’est énervée Brigitte, militante écologiste. Parmi les slogans entendus: «la rue, elle est à nous».

«Nous nous sommes rassemblés ce matin car c’était non déclaré et nous voulions montrer que c’est impossible de nous interdire de manifester», a pour sa part déclaré Martine, 62 ans, militante d’Action Non-violente COP21, qui ira également marcher pour le climat, une autre marche aillant lieu ce samedi à Paris.

Des patrouilles de policiers en uniforme et en civil contrôlent et fouillent massivement les personnes présentes.

«J’ai été contrôlé cinq fois depuis le bas des Champs. C’est normal, ils font leur taf, on commence à avoir l’habitude mais c’est quand même dingue. Du coup, on va voir où on peut se réunir», a déclaré à l’AFP Steve, 37 ans, «gilet jaune».

A Paris, qui a été le théâtre de violences et saccages lors de précédentes manifestations des «gilets jaunes», les «cassez-vous» répondaient aux «dispersez-vous», de la police.

>Macron se confie: «D’une certaine façon, les gilets jaunes ont été très bons pour moi»

Un lanceur d’eau était stationné sur le haut des Champs Elysées tandis que le restaurant Fouquet’s, saccagé le 16 mars, était barricadé et gardé par deux policiers.

Pour cette journée de manifestations multiples à Paris, les autorités disent craindre un retour des violences, comme au plus fort du mouvement des «gilets jaunes». Une source sécuritaire évoque ainsi des risques de «convergence» entre «gilets jaunes» et «black blocs qui veulent tout casser» mais aussi d’«infiltration» de la marche pour le climat.

Le préfet de police de Paris a annoncé un dispositif de sécurité important, avec notamment 7.500 membres des forces de l’ordre.

 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. Pierre-Yves Thienpont (Le Soir).

    Un CA de la RTBF profondément remanié

  2. Le groupe Vlaams Belang à la Chambre est aujourd’hui fort de dix-huit représentants. © Belga.

    Le pedigree douteux des députés Vlaams Belang

  3. 93% des répondants se sont trouvés en danger dans leur trajet vers l’Europe, la moitié ne s’y attendant pas au moment du départ. Pour autant, ils ne sont que 2% à déclarer qu’ils n’auraient pas migré sachant ce qui les attendait.

    Un rapport de l’ONU favorable aux régularisations de migrants

La chronique
  • Hommage à la Catalogne

    Avant d’écrire 1984 (qui terrifie par son incroyable actualité), George Orwell avait participé à la guerre d’Espagne, plus particulièrement aux batailles livrées en Catalogne en 1936-1937 face aux troupes franquistes. Ceux qui s’intéressent à l’actualité politique catalane feraient bien de se plonger dans son Hommage à la Catalogne (republié chez 10/18), qui livre encore quelques clés pour comprendre cette région singulière et ses rapports avec le reste de l’Espagne.

    Ainsi, cette phrase : « Dans cette guerre, on eût dit que c’était toujours à qui manquerait l’autre ». N’est-ce pas un résumé laconique mais implacable de l’incompréhension historique entre l’Espagne et sa région la plus remuante et de l’échec des gouvernements successifs de Madrid et de sa justice ?

    Un pouvoir central qui privilégie systématiquement à la politique de la main tendue celle de la main sur la figure.

    L’Espagne, devenue...

    Lire la suite

  • Brexit: Boris Johnson, Prime Minister quand ça l’arrange

     Je fais quand même ce que je ne veux pas faire, mais on ne pourra jamais dire que je l’ai fait puisque je ne l’ai pas fait. » C’est le résumé de la pantalonnade à laquelle on a assisté ce week-end à Londres. À nouveau, serait-on tenté de dire.

    Allez ! Un Premier ministre qui envoie une lettre à l’Union européenne sans la signer pour demander un report sans vraiment le demander, mais parce qu’il était légalement obligé de le faire : mais à quoi donc...

    Lire la suite