Antonio Conte, coach de l’Inter et de Lukaku, sur le racisme en Italie: «Les gens vont au stade pour insulter l’adversaire»

©Photonews
©Photonews

C’est l’heure du derby milanais en Serie A ce samedi. Une rencontre au sommet dans une ambiance qui sera forcément bouillante à San Siro. En marge de ce match, Antonio Conte, entraîneur de l’Inter Milan, s’est exprimé au sujet du comportement des supporters italiens, et notamment des cris racistes dont a été victime Romelu Lukaku face à Cagliari.

« Toute insulte envers l’adversaire est un problème, pas seulement le racisme », explique Conte. « J’étais en Angleterre pendant trois ans. Si quelque chose de la sorte se passait, alors le supporter ne pourrait plus mettre les pieds dans un stade. » « En Italie, il y a tant de haine, de rancœur. Et ça s’aggrave », déplore l’entraîneur de l’Inter. « Ici, les gens vont au stade pour insulter les joueurs, les adversaires et les autres clubs. Ils devraient plutôt venir pour soutenir leur équipe. »

En début de semaine, la Fédération italienne de football a décidé de ne pas punir Cagliari après les cris de singes de certains supporters à l’encontre de Romelu Lukaku lors de la 2e journée de Serie A. L’enquête avait conclu que ces cris n’étaient pas discriminatoires car noyés dans d’autres chants et sifflets entendus au même moment.

 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. ©News

    Anderlecht: lettre aux aveugles selon l’évangile de Saint-Vincent

  2. d-20181122-3PU9H0 2018-11-22 20:26:06

    Benoît Lutgen: «Les commémorations, ça rappelle ce qui s’est passé dans les années 30, et ce qui se passe aujourd’hui»

  3. Les arrestations ne sont pas indicatrices du nombre de migrants en transit
: certains migrants ont pu être interpellés dix fois sur l’année, d’autres jamais.

    Le nombre d’arrestation de migrants en transit en hausse de 37% en 2018

La chronique
  • Champagne ou Kidibul?

    Chez Elio D., on se frotte les mains. Le fils prodige a jeté l’éponge. C’est pas demain la veille qu’on effacera des tablettes le joli nom du dernier premier ministre socialiste wallon. Le dernier et peut-être l’ultime comme le lui a promis Père Noël – dont les promesses n’engagent que ceux qui y croient.

    Chez Paul M., on débouche aussi le Kidibul. Pendant un mois de mission royale, le fiston a prouvé, à défaut de mettre sur pied un gouvernement, qu’il était désormais le seul chef rouge et même qu’il occupait tout l’espace francophone.

    Rue de Naples, avec l’arrivée du fils prodigue, on se prépare à tuer le veau gras. Grâce à lui, les Bleus ont retrouvé leurs couleurs. Président, informateur, tout s’emballe. Dans la foulée, il a déjà promis au roi de glisser sous son sapin, un gouvernement pesé, emballé (cadeau) et ficelé. Georges L.B. en sera à la fois le Premier, comme son papa Charles M., et le vice-Premier et ministre des Affaires étrangères, comme son oncle Didier....

    Lire la suite

  • Allez, allez, une seule issue à la crise fédérale: oser le schwung!

    On ne peut pas dire que les planètes sont bien alignées pour la petite Belgique. Cela fait un an que nous sommes sans gouvernement, six mois qu’on a voté, avec deux nouveaux informateurs qui tentent de trouver une sortie de crise – le Graal, on n’y croit plus – et le sondage que nous publiions ce week-end donnait pour la première fois de notre histoire une domination des partis nationalistes séparatistes dans le groupe linguistique néerlandophone qui pèse désormais près du tiers du Parlement fédéral.

    ...

    Lire la suite