Deux semaines de contrôles accrus aux abords des passages à niveau

Deux semaines de contrôles accrus aux abords des passages à niveau

A la demande d’Infrabel, des agents de police en civil vont effectuer une série de contrôles aux abords des passages à niveau pendant deux semaines, rapportent samedi De Standaard, Het Nieuwsblad, Gazet van Antwerpen et Het Belang van Limburg. Les personnes qui risqueraient une traversée interdite s’exposent à une lourde amende, voire à une peine de prison.

Près de 90 contrôles sont prévus lors des deux prochaines semaines dans tout le pays. Les agents de sécurité de Securail, la police des chemins de fer et la police locale agiront aux abords des passages à niveau les plus dangereux.

Toute personne prise en flagrant délit d’infraction risque une lourde amende, voire une peine de prison. Franchir un passage à niveau alors que la signalisation ne le permet plus est une infraction du premier degré qui peut coûter 80 euros au contrevenant et, selon les termes d’une nouvelle loi, jusqu’à 300 euros d’amende administrative ou mener à une peine de prison.

En cas de récidive, le tribunal de police peut infliger jusqu’à cinq ans de prison.

 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. Gaëtan Servais, patron de Meusinvest, fera partie des nouveaux administrateurs.

    Un CA de la RTBF profondément remanié

  2. Le groupe Vlaams Belang à la Chambre est aujourd’hui fort de dix-huit représentants. © Belga.

    Le pedigree douteux des députés Vlaams Belang

  3. 93% des répondants se sont trouvés en danger dans leur trajet vers l’Europe, la moitié ne s’y attendant pas au moment du départ. Pour autant, ils ne sont que 2% à déclarer qu’ils n’auraient pas migré sachant ce qui les attendait.

    Un rapport de l’ONU favorable aux régularisations de migrants

La chronique
  • Hommage à la Catalogne

    Avant d’écrire 1984 (qui terrifie par son incroyable actualité), George Orwell avait participé à la guerre d’Espagne, plus particulièrement aux batailles livrées en Catalogne en 1936-1937 face aux troupes franquistes. Ceux qui s’intéressent à l’actualité politique catalane feraient bien de se plonger dans son Hommage à la Catalogne (republié chez 10/18), qui livre encore quelques clés pour comprendre cette région singulière et ses rapports avec le reste de l’Espagne.

    Ainsi, cette phrase : « Dans cette guerre, on eût dit que c’était toujours à qui manquerait l’autre ». N’est-ce pas un résumé laconique mais implacable de l’incompréhension historique entre l’Espagne et sa région la plus remuante et de l’échec des gouvernements successifs de Madrid et de sa justice ?

    Un pouvoir central qui privilégie systématiquement à la politique de la main tendue celle de la main sur la figure.

    L’Espagne, devenue...

    Lire la suite

  • Brexit: Boris Johnson, Prime Minister quand ça l’arrange

     Je fais quand même ce que je ne veux pas faire, mais on ne pourra jamais dire que je l’ai fait puisque je ne l’ai pas fait. » C’est le résumé de la pantalonnade à laquelle on a assisté ce week-end à Londres. À nouveau, serait-on tenté de dire.

    Allez ! Un Premier ministre qui envoie une lettre à l’Union européenne sans la signer pour demander un report sans vraiment le demander, mais parce qu’il était légalement obligé de le faire : mais à quoi donc...

    Lire la suite