Incidents à Paris: quelque 1.000 manifestants radicaux s’immiscent dans la marche pour le climat (photos)

Vitrines cassées, banque dégradée, barricades de fortune incendiées : des exactions ont été commises par des « individus violents » de la mouvance black bloc au début de la Marche pour le climat à Paris, où 1.000 manifestants « radicaux » ont été signalés par la préfecture de police (PP).

Incidents à Paris : des organisateurs appellent à quitter la marche pour le climat à cause des violences

Selon les autorités, un cortège de militants radicaux « black bloc » s’est très vite constitué au sein de la Marche qui a débuté vers 14H30 sur le boulevard Saint-Michel, au niveau du jardin du Luxembourg. « Exactions en cours par des individus violents. Les #FDO (forces de l’ordre) interviennent et répliquent avec des moyens lacrymogènes. Désolidarisez-vous des groupes à risques », a tweeté la préfecture.

Selon une journaliste de l’AFP, les forces de l’ordre ont fait usage sur le boulevard Saint-Michel de nombreux gaz lacrymogènes et ont également tiré avec des lanceurs de balle de défense (LBD), arme controversée responsable de nombreuses blessures lors de précédentes manifestations des gilets jaunes.

Riposte musclée des forces de l’ordre

Peu avant le croisement des boulevards Saint-Michel et Port-Royal, de petits groupes s’en sont pris à une banque, des abribus, ont tenté de démonter un chantier pour confectionner des barricades, a constaté une journaliste de l’AFP.

Des poubelles et des scooters ont été incendiés sur le boulevard, entraînant une riposte musclée des forces de l’ordre, qui ont fait reculer les manifestants, scindant en deux la marche. Un peu plus loin, la devanture du centre culturel égyptien a été saccagée.

Tracés sur les murs ou scandés, des slogans hostiles à la police sont apparus : « Police nationale milice du capital » ou « On est plus chaud, plus chaud, que la lacrymo ».

Plusieurs manifestations ont lieu ce samedi dans la capitale française. Ce matin, des centaines de personnes ont été fouillées et d’autres interpellés pendant une nouvelle manifestation des Gilets jaunes. En plus de la mobilisation des Gilets jaunes et de la marche pour le climat, une autre manifestation prend place contre la réforme des retraites.

Sur le même sujet
PoliceParis
 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. d-20161121-GC9521 2020-01-18 14:54:13

    Emir Kir exclu du PS: les conséquences au fédéral et à Saint-Josse

  2. Les CPAS des grandes villes continuent à délivrer de nombreuses aides parce que la pauvreté s’y concentre.

    Quand les CPAS wallons aggravent la précarité

  3. Aux yeux de la Reine, la seule solution possible à la crise provoquée par la décision du couple de renoncer aux obligations royales était une séparation brutale mais claire.

    Epilogue Harry-Meghan: la Reine, William et Kate sont les grands gagnants

La chronique
  • Harry et Meghan, les papes et Vincent Kompany: les gagnants et les perdants de la semaine

    Les gagnants

    Harry et Meghan

    Une grand-mère comme Elizabeth, tout le monde en rêve ! Le conseil de famille convoqué en urgence et à huis clos dans un château de la famille royale devait tourner à la curée pour Harry et Meghan, les princes rebelles. Eh bien, nenni, comme on ne dit pas au Royaume-Uni : la Reine s’est montrée très large d’esprit et en définitive bien de son temps. De ce que l’on en sait en tout cas, et on ne sait pas forcément tout.

    Les congrès politiques

    Avez-vous vu ça ? Samedi dernier à Namur, les petites mains du CDH ont ajouté des chaises dans tous les coins disponibles pour permettre aux militants d’écouter Maxime Prévot à l’aise. Et le lendemain à Wavre, il aurait fallu un chausse-pied pour faire rentrer les fidèles du MR dans la salle où Georges-Louis...

    Lire la suite

  • Exclusion de Kir: au PS, fini de biaiser

    Emir Kir exclu du PS ! Le parti socialiste n’a pas esquivé cette fois, ni biaisé. Après six heures de discussion, la décision a été prise de sanctionner et non plus de comprendre ou d’excuser des comportements des élus en contradiction avec ses valeurs. Et cela quel que soit le poids de l’élu qui a dérapé. Emir Kir – qui rappelons-le peut faire appel d’une décision qu’il trouve totalement injuste –, ne bénéficie donc plus de la protection dont il a pu jouir dans le passé.

    Son bouclier de...

    Lire la suite