Incidents à Paris: quelque 1.000 manifestants radicaux s’immiscent dans la marche pour le climat (photos)

Vitrines cassées, banque dégradée, barricades de fortune incendiées : des exactions ont été commises par des « individus violents » de la mouvance black bloc au début de la Marche pour le climat à Paris, où 1.000 manifestants « radicaux » ont été signalés par la préfecture de police (PP).

Incidents à Paris : des organisateurs appellent à quitter la marche pour le climat à cause des violences

Selon les autorités, un cortège de militants radicaux « black bloc » s’est très vite constitué au sein de la Marche qui a débuté vers 14H30 sur le boulevard Saint-Michel, au niveau du jardin du Luxembourg. « Exactions en cours par des individus violents. Les #FDO (forces de l’ordre) interviennent et répliquent avec des moyens lacrymogènes. Désolidarisez-vous des groupes à risques », a tweeté la préfecture.

Selon une journaliste de l’AFP, les forces de l’ordre ont fait usage sur le boulevard Saint-Michel de nombreux gaz lacrymogènes et ont également tiré avec des lanceurs de balle de défense (LBD), arme controversée responsable de nombreuses blessures lors de précédentes manifestations des gilets jaunes.

Riposte musclée des forces de l’ordre

Peu avant le croisement des boulevards Saint-Michel et Port-Royal, de petits groupes s’en sont pris à une banque, des abribus, ont tenté de démonter un chantier pour confectionner des barricades, a constaté une journaliste de l’AFP.

Des poubelles et des scooters ont été incendiés sur le boulevard, entraînant une riposte musclée des forces de l’ordre, qui ont fait reculer les manifestants, scindant en deux la marche. Un peu plus loin, la devanture du centre culturel égyptien a été saccagée.

Tracés sur les murs ou scandés, des slogans hostiles à la police sont apparus : « Police nationale milice du capital » ou « On est plus chaud, plus chaud, que la lacrymo ».

Plusieurs manifestations ont lieu ce samedi dans la capitale française. Ce matin, des centaines de personnes ont été fouillées et d’autres interpellés pendant une nouvelle manifestation des Gilets jaunes. En plus de la mobilisation des Gilets jaunes et de la marche pour le climat, une autre manifestation prend place contre la réforme des retraites.

Sur le même sujet
PoliceParis
 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. Gaëtan Servais, patron de Meusinvest, fera partie des nouveaux administrateurs.

    Un CA de la RTBF profondément remanié

  2. Le groupe Vlaams Belang à la Chambre est aujourd’hui fort de dix-huit représentants. © Belga.

    Le pedigree douteux des députés Vlaams Belang

  3. 93% des répondants se sont trouvés en danger dans leur trajet vers l’Europe, la moitié ne s’y attendant pas au moment du départ. Pour autant, ils ne sont que 2% à déclarer qu’ils n’auraient pas migré sachant ce qui les attendait.

    Un rapport de l’ONU favorable aux régularisations de migrants

La chronique
  • Hommage à la Catalogne

    Avant d’écrire 1984 (qui terrifie par son incroyable actualité), George Orwell avait participé à la guerre d’Espagne, plus particulièrement aux batailles livrées en Catalogne en 1936-1937 face aux troupes franquistes. Ceux qui s’intéressent à l’actualité politique catalane feraient bien de se plonger dans son Hommage à la Catalogne (republié chez 10/18), qui livre encore quelques clés pour comprendre cette région singulière et ses rapports avec le reste de l’Espagne.

    Ainsi, cette phrase : « Dans cette guerre, on eût dit que c’était toujours à qui manquerait l’autre ». N’est-ce pas un résumé laconique mais implacable de l’incompréhension historique entre l’Espagne et sa région la plus remuante et de l’échec des gouvernements successifs de Madrid et de sa justice ?

    Un pouvoir central qui privilégie systématiquement à la politique de la main tendue celle de la main sur la figure.

    L’Espagne, devenue...

    Lire la suite

  • Brexit: Boris Johnson, Prime Minister quand ça l’arrange

     Je fais quand même ce que je ne veux pas faire, mais on ne pourra jamais dire que je l’ai fait puisque je ne l’ai pas fait. » C’est le résumé de la pantalonnade à laquelle on a assisté ce week-end à Londres. À nouveau, serait-on tenté de dire.

    Allez ! Un Premier ministre qui envoie une lettre à l’Union européenne sans la signer pour demander un report sans vraiment le demander, mais parce qu’il était légalement obligé de le faire : mais à quoi donc...

    Lire la suite