Incidents à Paris: quelque 1.000 manifestants radicaux s’immiscent dans la marche pour le climat (photos)

Vitrines cassées, banque dégradée, barricades de fortune incendiées : des exactions ont été commises par des « individus violents » de la mouvance black bloc au début de la Marche pour le climat à Paris, où 1.000 manifestants « radicaux » ont été signalés par la préfecture de police (PP).

Incidents à Paris : des organisateurs appellent à quitter la marche pour le climat à cause des violences

Selon les autorités, un cortège de militants radicaux « black bloc » s’est très vite constitué au sein de la Marche qui a débuté vers 14H30 sur le boulevard Saint-Michel, au niveau du jardin du Luxembourg. « Exactions en cours par des individus violents. Les #FDO (forces de l’ordre) interviennent et répliquent avec des moyens lacrymogènes. Désolidarisez-vous des groupes à risques », a tweeté la préfecture.

Selon une journaliste de l’AFP, les forces de l’ordre ont fait usage sur le boulevard Saint-Michel de nombreux gaz lacrymogènes et ont également tiré avec des lanceurs de balle de défense (LBD), arme controversée responsable de nombreuses blessures lors de précédentes manifestations des gilets jaunes.

Riposte musclée des forces de l’ordre

Peu avant le croisement des boulevards Saint-Michel et Port-Royal, de petits groupes s’en sont pris à une banque, des abribus, ont tenté de démonter un chantier pour confectionner des barricades, a constaté une journaliste de l’AFP.

Des poubelles et des scooters ont été incendiés sur le boulevard, entraînant une riposte musclée des forces de l’ordre, qui ont fait reculer les manifestants, scindant en deux la marche. Un peu plus loin, la devanture du centre culturel égyptien a été saccagée.

Tracés sur les murs ou scandés, des slogans hostiles à la police sont apparus : « Police nationale milice du capital » ou « On est plus chaud, plus chaud, que la lacrymo ».

Plusieurs manifestations ont lieu ce samedi dans la capitale française. Ce matin, des centaines de personnes ont été fouillées et d’autres interpellés pendant une nouvelle manifestation des Gilets jaunes. En plus de la mobilisation des Gilets jaunes et de la marche pour le climat, une autre manifestation prend place contre la réforme des retraites.

Sur le même sujet
PoliceParis
 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. Face au vote des députés, Boris Johnson a renvoyé la patate chaude aux Européens.

    Brexit: suite au prochain épisode…

  2. Vladimi Poutine accueillant son homologue turc, Recep Tayyip Erdogan, mardi à Sotchi
: «
La situation dans la région est très grave
» a rappelé le président russe.

    Poutine et Erdogan s’accordent pour renforcer la présence russe en Syrie

  3. FRANCE-LEONARDO-DA-VINCI-EXHIBITION

    Le Louvre met à l’honneur le vrai Léonard de Vinci

La chronique
  • Michel Barnier, missionnaire et poil à gratter: une personnalité qui contraste avec Boris Johnson

    Par Marc Roche

    Dans un coin de ma mémoire de chroniqueur du Brexit, une petite information mise de côté en sachant qu’elle sera utilisée un jour. La nouvelle Présidente de la Commission européenne, Ursula von der Leyen, a nommé Michel Barnier à la tête d’une « task force Royaume-Uni » chargée de la finalisation de l’Article 50 de sortie, de la préparation d’un no deal et de la négociation du futur accord commercial entre l’Union européenne et le Royaume-Uni.

    Dans le chaos actuel du processus du Brexit, cette nouvelle a fait l’effet d’un « vent » dans une assemblée de trappistes : déplorable mais sans importance. Le Premier ministre, Boris Johnson, a en effet d’autres chats à fouetter que de se préoccuper de la nouvelle mission qui serait attribuée, après la ratification de l’accord scellé entre Londres et Bruxelles, à celui qui est considéré par les Brexiteurs comme l’ennemi public numéro un.

    De solides inimitiés...

    Lire la suite

  • Une réforme des pensions doit être socialement acceptable

    Les hommes politiques se trompent parfois (pardonnez l’euphémisme). Après tout, ils sont faits du même bois que nous. Mais quand ils annoncent qu’il faut réformer notre système de pensions, ils ont raison.

    Tout a changé

    Notre premier pilier de pensions s’est construit au lendemain du dernier conflit mondial. La période des « Trente glorieuses » lui a donné sa solidité, en même temps que le « Baby-boom...

    Lire la suite