Thomas Cook ne trouve pas d’investisseur privé pour éviter la faillite: une dernière option est possible

Thomas Cook ne trouve pas d’investisseur privé pour éviter la faillite: une dernière option est possible
Reuters

Les options se réduisaient samedi pour le voyagiste britannique en difficulté Thomas Cook, qui cherche à trouver des financements supplémentaires ce week-end pour éviter une retentissante faillite et le rapatriement de ses 600.000 touristes à travers le monde.

Une source proche du dossier a expliqué à l’AFP que les 200 millions de livres supplémentaires (227 millions d’euros), qui ont été jugés nécessaires pour un plan de sauvetage viable de manière durable, ne viendraient pas de nouveaux investisseurs privés.

La dernière chance d’éviter une faillite au voyagiste est donc que le gouvernement accepte d’injecter ces fonds. D’après cette même source, les discussions entre Thomas Cook et le gouvernement continuent, même si le quotidien The Times a affirmé samedi qu’il était improbable que le gouvernement intervienne.

Le conseil d’administration de Thomas Cook se réunit dimanche. « Nous saurons d’ici demain si un accord est trouvé » et si le pionnier des tours-opérateurs va survivre, a conclu cette source.

Une « réunion urgente »

Le syndicat TSSA, qui représente les salariés du voyagiste, a écrit samedi à la Ministre des Entreprises et de l’Industrie, Andrea Leadsom, pour lui réclamer une « réunion urgente » et l’exhorter à « se tenir prête à aider Thomas Cook avec un réel soutien financier ».

« La société doit être sauvée quoi qu’il en soit. Aucun gouvernement britannique sérieux n’entérinerait la perte de tant d’emplois », a dit dans sa lettre le secrétaire général du TSSA, Manuel Cortes, selon un communiqué. Thomas Cook compte environ 22.000 salariés, dont 9.000 pour le Royaume-Uni.

Le département des Transports et Thomas Cook, ainsi que plusieurs créditeurs du voyagiste dont RBS, se sont refusés à tout commentaire dans l’immédiat.

La possible faillite du plus ancien voyagiste au monde serait un coup de tonnerre pour le tourisme européen. Thomas Cook devrait organiser immédiatement le rapatriement de 600.000 touristes à travers le monde, dont 150.000 Britanniques, ce qui en ferait l’opération la plus importante depuis la Seconde guerre mondiale dans le pays.

 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. Pierre-Yves Thienpont (Le Soir).

    Un CA de la RTBF profondément remanié

  2. Le groupe Vlaams Belang à la Chambre est aujourd’hui fort de dix-huit représentants. © Belga.

    Le pedigree douteux des députés Vlaams Belang

  3. 93% des répondants se sont trouvés en danger dans leur trajet vers l’Europe, la moitié ne s’y attendant pas au moment du départ. Pour autant, ils ne sont que 2% à déclarer qu’ils n’auraient pas migré sachant ce qui les attendait.

    Un rapport de l’ONU favorable aux régularisations de migrants

La chronique
  • Hommage à la Catalogne

    Avant d’écrire 1984 (qui terrifie par son incroyable actualité), George Orwell avait participé à la guerre d’Espagne, plus particulièrement aux batailles livrées en Catalogne en 1936-1937 face aux troupes franquistes. Ceux qui s’intéressent à l’actualité politique catalane feraient bien de se plonger dans son Hommage à la Catalogne (republié chez 10/18), qui livre encore quelques clés pour comprendre cette région singulière et ses rapports avec le reste de l’Espagne.

    Ainsi, cette phrase : « Dans cette guerre, on eût dit que c’était toujours à qui manquerait l’autre ». N’est-ce pas un résumé laconique mais implacable de l’incompréhension historique entre l’Espagne et sa région la plus remuante et de l’échec des gouvernements successifs de Madrid et de sa justice ?

    Un pouvoir central qui privilégie systématiquement à la politique de la main tendue celle de la main sur la figure.

    L’Espagne, devenue...

    Lire la suite

  • Brexit: Boris Johnson, Prime Minister quand ça l’arrange

     Je fais quand même ce que je ne veux pas faire, mais on ne pourra jamais dire que je l’ai fait puisque je ne l’ai pas fait. » C’est le résumé de la pantalonnade à laquelle on a assisté ce week-end à Londres. À nouveau, serait-on tenté de dire.

    Allez ! Un Premier ministre qui envoie une lettre à l’Union européenne sans la signer pour demander un report sans vraiment le demander, mais parce qu’il était légalement obligé de le faire : mais à quoi donc...

    Lire la suite