The Best FIFA Football Awards: Eden Hazard et Kevin De Bruyne visent une place dans le Onze de l’année

The Best FIFA Football Awards: Eden Hazard et Kevin De Bruyne visent une place dans le Onze de l’année
Photo News

La soirée de gala des Best FIFA Football Awards se tiendra lundi soir à la Scala de Milan. Les Diables Rouges Eden Hazard et Kevin De Bruyne sont nommés pour intégrer le Onze de l’année 2019.

La FIFA a dévoilé le 5 septembre une liste de 55 candidats au FIFA FIFPro World 11. Cette équipe de l’année est composée suite aux votes des footballeurs professionnels du monde entier. Chaque joueur a choisi un gardien, quatre défenseurs, trois milieux de terrain et trois attaquants. La période prise en compte pour les prestations va du 16 juillet 2018 au 19 juillet 2019.

L’an passé, Hazard avait intégré le Onze de l’année pour ses performances au Mondial 2018. De Bruyne, Thibaut Courtois et Romelu Lukaku figuraient également parmi les nommés.

D’autres prix seront remis au cours de cette soirée. Le plus attendu est celui de Joueur FIFA de l’année. Les trois finalistes sont l’Argentin Lionel Messi (FC Barcelone), le Portugais Cristiano Ronaldo (Juventus) et le Néerlandais Virgil van Dijk (Liverpool). Ce dernier a récemment été élu Joueur UEFA de la saison 2018/2019. L’an passé, le Croate Luka Modric avait été sacré.

Pour le prix de Joueuse FIFA, la lutte est entre l’Anglaise Lucy Bronze et les Américaines Alex Morgan et Megan Rapinoe. L’Entraîneur de l’année chez les messieurs sera issu de Premier League puisque les candidats sont l’Espagnol Pep Guardiola (Manchester City), l’Allemand Jurgen Klopp (Liverpool) et l’Argentin Mauricio Pochettino (Tottenham). En ce qui concerne le football féminin, les entraîneurs finalistes dirigent des équipes nationales : Jill Ellis (États-Unis), Phil Neville (Angleterre) et Sarina Wiegman (Pays-Bas).

L’an passé, Thibaut Courtois avait été désigné Gardien de l’année. Le Diable Rouge n’est pas nommé cette année. Son successeur figure dans une short-list comprenant les Brésiliens Alisson (Liverpool) et Ederson ainsi que l’Allemand Marc-André ter Stegen. La Chilienne Christiane Endler, la Suédoise Hedvig Lindahl et la Néerlandaise Sari van Veenendaal sont nommées chez les dames.

Enfin, le Prix Puskas du plus beau but récompensera soit Lionel Messi pour son lob contre Betis, soit le coup franc du Colombien Juan Fernando Quintero (River Plate) soit le retourné du Hongrois Daniel Zsori (Debrecen).

 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. Pierre-Yves Thienpont (Le Soir).

    Un CA de la RTBF profondément remanié

  2. Le groupe Vlaams Belang à la Chambre est aujourd’hui fort de dix-huit représentants. © Belga.

    Le pedigree douteux des députés Vlaams Belang

  3. 93% des répondants se sont trouvés en danger dans leur trajet vers l’Europe, la moitié ne s’y attendant pas au moment du départ. Pour autant, ils ne sont que 2% à déclarer qu’ils n’auraient pas migré sachant ce qui les attendait.

    Un rapport de l’ONU favorable aux régularisations de migrants

La chronique
  • Hommage à la Catalogne

    Avant d’écrire 1984 (qui terrifie par son incroyable actualité), George Orwell avait participé à la guerre d’Espagne, plus particulièrement aux batailles livrées en Catalogne en 1936-1937 face aux troupes franquistes. Ceux qui s’intéressent à l’actualité politique catalane feraient bien de se plonger dans son Hommage à la Catalogne (republié chez 10/18), qui livre encore quelques clés pour comprendre cette région singulière et ses rapports avec le reste de l’Espagne.

    Ainsi, cette phrase : « Dans cette guerre, on eût dit que c’était toujours à qui manquerait l’autre ». N’est-ce pas un résumé laconique mais implacable de l’incompréhension historique entre l’Espagne et sa région la plus remuante et de l’échec des gouvernements successifs de Madrid et de sa justice ?

    Un pouvoir central qui privilégie systématiquement à la politique de la main tendue celle de la main sur la figure.

    L’Espagne, devenue...

    Lire la suite

  • Brexit: Boris Johnson, Prime Minister quand ça l’arrange

     Je fais quand même ce que je ne veux pas faire, mais on ne pourra jamais dire que je l’ai fait puisque je ne l’ai pas fait. » C’est le résumé de la pantalonnade à laquelle on a assisté ce week-end à Londres. À nouveau, serait-on tenté de dire.

    Allez ! Un Premier ministre qui envoie une lettre à l’Union européenne sans la signer pour demander un report sans vraiment le demander, mais parce qu’il était légalement obligé de le faire : mais à quoi donc...

    Lire la suite