Sur les chaînes Telegram de Daesh, les appels répétés à «libérer les sœurs»

Captures d’écran des chaînes Telegram de propagande. «Le Soir» a volontairement effacé les noms de chaîne et hashtags présents sur ces images.
Proche-Orient
Analyse
Mohamed Amri, Mohamed Abrini et Salah Abdeslam lors du procès ce 14 septembre.
Fatima Ezzarhouni et Sophie Pirson, amies, confidentes, soutiens l’une pour l’autre. Elles publient leur livre de conversations.
Voilà dix-huit ans qu’Isabelle Panou est juge d’instruction et quatorze ans qu’elle travaille sur l’anti-terrorisme.
PHOTONEWS_10941216-011
Thomas Renard s’apprête à prendre la tête du Centre international pour l’antiterrorisme, à La Haye.
Pierre-Jean Luizard.
«L’Etat islamique», ou Daesh, a agi tel un aimant mobilisateur auprès d’une petite frange de la jeunesse musulmane.
«Est-ce que les victimes qu’il y a eu en Syrie, elles pourront prendre la parole?», s’est insurgé d’une voix puissante Salah Abdeslam.
D’une voix ferme, sans émotion, le seul survivant des commandos qui ont ensanglanté Paris le 13 novembre 2015 se définit comme un «combattant de l’Etat islamique».
Près de six ans après les attaques au Stade de France, sur les terrasses parisiennes et au Bataclan, un procès historique s’ouvre.
belgaimage-87680820-full(1)
Le portrait de Salah Abdeslam que l’on avait d’abord connu au travers de ce regard fier et soutenu – celui de la photo de son avis de recherche – s’est changé en celui du détenu de Fleury-Mérogis dont des poches ne cessent de se creuser sous les yeux.
Des Syriens transportent leurs affaires alors qu'ils rentrent en Syrie au poste frontière syro-turc de Bab al-Hawa dans la province d'Idlib, en Syrie, le 23 septembre 2015.
L’évolution de la criminalité dans la commune inquiète.
Le procureur de Paris François Molins et le procureur fédéral Frédéric Van Leeuw ont très tôt collaboré ensemble.
Samia Maktouf. © Alfred Yaghobzadeh.
h_56998492
Le 30 novembre 2015, François Hollande et Barack Obama se recueillent devant le Bataclan. © AFP.
«J’ai eu sous les yeux le schéma des attentats de Zaventem, qui provient d’un carnet de notes des terroristes.»
Près de six ans après les faits, le procès des attentats du 13 novembre démarre. Les images, elles, restent tragiquement gravées dans toutes les mémoires.