Les victimes des attentats de Bruxelles demandent le rapatriement des enfants belges en Syrie

Le vaste camp d’Al-Hol, situé près de la frontière irakienne, où se trouvent quelques dizaines d’enfants belges avec leurs mères.
TOPSHOT-SYRIA-CONFLICT-ASTRONOMY
Des habitants de Tripoli se réjouissent le 4 juin de la défaite des troupes de Khalifa Haftar qui assiégeaient la capitale. Mais cela les rapproche-t-il de la paix
?
Un Beyrouthin clame sa colère face à la dégradation de la monnaie locale.
Khalid Bouloudo.
Un régime mafieux règne sur la Syrie de Bachar el-Assad. Mais, jusqu’à plus ample informé, le «
raïs
» se présentera aux «
élections
» présidentielles en 2021... et sera réélu.
Des combattants fidèles au gouvernement reconnu par la communauté internationale en patrouille dans les rues de Tripoli
: les interventions de puissances étrangères se multiplient dans chaque camp.
Baghouz, dernier fief de Daesh, tombait en mars 2019. Même s’il ne dispose plus de base territoriale, l’Etat islamique n’a pas perdu son pouvoir de nuisance.
d-20180228-3KV4VM 2018-02-27 13:04:03
L’idée d’un fort taux de récidive chez les détenus pour terrorisme est une croyance bien ancrée. Elle s’avère infondée.
A Idlib, hors du contrôle du régime, les mosquées ne pratiquent pas le confinement en ce début de ramadan.
HEALTH-CORONAVIRUS_BELGIUM
Des volontaires de la société civile sont descendus dans les rues, mardi à Idlib, pour conseiller à la population de ne pas sortir de chez elle face à la menace du coronavirus.
Marc Pecsteen, ambassadeur de Belgique à l’ONU
Audrey Marot (Annabel Lee): «Les gens auront plus de temps pour écouter de la musique…»
Une rue du camp de Yarmouk (Damas) peu après sa reconquête par le régime en 2018.
SYRIA-SECURITY_TURKEY-EU
L’UE et la Turquie tentent de trouver une sortie de crise et de réchauffer des relations devenues glaciales.
«
On verra ce que l’on peut faire de plus dans les jours à venir
», a indiqué vendredi le chef de la diplomatie de l’UE, Josep Borrell, à Zagreb.
Le journaliste Alex Jordanov.
Vladimir Poutine et Recep Tayyip Erdogan affichaient des mines graves, jeudi à Moscou, au moment de présenter l’accord qu’ils avaient conclu au terme de très longues discussions.