La ministre Désir veut briser le tabou des rythmes scolaires

Caroline Desir
Caroline Desir - Dominique Duchesnes

Elle n’a pas encore meublé son nouveau bureau où elle a reçu Le Soir, mais elle est déjà plongée dans ses dossiers. La nouvelle ministre de l’Education de la Fédération Wallonie-Bruxelles, Caroline Désir (PS) sait qu’elle hérite d’un maroquin particulier, important et exposé, mais elle s’estime « chanceuse » de récupérer des matières qu’elle connaît, comme députée active en commission de l’Enseignement et échevine de l’Instruction publique à Ixelles.

Avant tout, et c’est à souligner dans un monde politique de plus en plus souvent dans l’invective et l’anathème, elle rend hommage à celles qui l’ont précédée – Marie-Martine Schyns et Joëlle Milquet, toutes deux membres du CDH. « Elles ont réussi à fédérer les principaux acteurs du monde de l’enseignement autour d’un plan de travail à long terme. Et elles ont mis en place les conditions de la réforme. J’en hérite au moment où les difficiles arbitrages sont faits. »

Le Pacte d’Excellence, la nouvelle ministre y croit et s’inscrit donc dans la continuité. « Il serait ridicule de changer de trajectoire parce qu’on change de ministre ». Dès lors, quelle sera la « patte » de Caroline Désir ? « Pour moi, l’enjeu majeur, c’est de réduire les inégalités car on sait que les différences sociales se muent en inégalités scolaires. Je n’ai pas de recette miracle mais je veux inverser cette tendance en privilégiant l’accompagnement des élèves. »

En outre, dans le dossier délicat et toujours en friche des rythmes scolaires, Caroline Désir veut briser le tabou. « Tout le monde le sait, l’année scolaire est mal balancée entre les périodes de cours et de congés. Il y a certainement moyen de faire mieux sur l’année. Et aussi sur la journée où la capacité de concentration n’est pas uniforme. Dans d’autres systèmes scolaires, on fait du sport ou du théâtre l’après-midi. Je suis prête à donner un peu d’air à ces questions. Il faut cesser de vouloir faire ce qu’on a toujours fait. »

Retrouvez l’intégralité de son interview dans Le Soir+

 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. Les talents de démarcheur du Premier ministre britannique sont mis à l’épreuve avant le vote de samedi.

    Vote serré en vue sur l’accord Brexit

  2. «
Essayer de réparer les problèmes climatiques, je vois bien d’où ça vient, chez moi.»

    Les racines élémentaires de Cyril Dion: «Je me suis promis de ne jamais devenir un vieux con»

  3. En 2004, Elio Di Rupo et Joëlle Milquet scellent une alliance qui écarte les libéraux du pouvoir au sud du pays. © Belga.

    Après 20 ans, Elio Di Rupo restitue un Parti socialiste debout et éreinté

La chronique
  • Hommage à la Catalogne

    Avant d’écrire 1984 (qui terrifie par son incroyable actualité), George Orwell avait participé à la guerre d’Espagne, plus particulièrement aux batailles livrées en Catalogne en 1936-1937 face aux troupes franquistes. Ceux qui s’intéressent à l’actualité politique catalane feraient bien de se plonger dans son Hommage à la Catalogne (republié chez 10/18), qui livre encore quelques clés pour comprendre cette région singulière et ses rapports avec le reste de l’Espagne.

    Ainsi, cette phrase : « Dans cette guerre, on eût dit que c’était toujours à qui manquerait l’autre ». N’est-ce pas un résumé laconique mais implacable de l’incompréhension historique entre l’Espagne et sa région la plus remuante et de l’échec des gouvernements successifs de Madrid et de sa justice ?

    Un pouvoir central qui privilégie systématiquement à la politique de la main tendue celle de la main sur la figure.

    L’Espagne, devenue...

    Lire la suite

  • Accord sur le Brexit: let it be…

    Lorsqu’est apparu jeudi matin « Accord sur le Brexit » sur nos écrans, c’est l’émotion d’abord qui s’est emparée de nous. Nous y voilà donc. Soudain, ce départ qui s’était transformé en un vaudeville avec de piètres acteurs et des portes de parlements qui claquent, devenait réalité. Et cela provoquait durant un court instant la stupéfaction, la tristesse, comme un sentiment de défaite mais surtout de perte. Comme si nous avions stupidement espéré que ces négociations allaient durer toujours, permettant de conserver « par...

    Lire la suite