Frais de déplacement: la Fédération Wallonie-Bruxelles doit des millions aux écoles

Frais de déplacement: la Fédération Wallonie-Bruxelles doit des millions aux écoles
D.R.

La Fédération Wallonie-Bruxelles a deux ans de retard dans le remboursement aux écoles des frais de déplacement des professeurs, si bien que la facture s’élève à des millions d’euros, rapportent La Libre Belgique et La Dernière Heure lundi.

Depuis des années, les membres du personnel des écoles et les chefs d’établissement ont droit à plusieurs interventions en matière de déplacement entre leur domicile et leur lieu de travail. Les écoles se tournent vers les services du gouvernement pour récupérer l’argent avancé. La démarche est lourde et stricte, mais dans les trois mois de la réception d’une déclaration de créance «les services du gouvernement remboursent le pouvoir organisateur de l’intervention payée», stipule une circulaire.

Seulement dans la réalité, les trois mois se sont transformés en deux ans et demi d’attente. Et la facture de l’Administration s’élève aujourd’hui à plusieurs millions d’euros.

Bernard Lahaye président de la CSC-Enseignement tire la sonnette d’alarme: «Sans un refinancement de la Fédération Wallonie-Bruxelles, on court à la catastrophe». Face à la facture des frais de déplacement des enseignants, il déclare que «de coût supplémentaire en coût supplémentaire, il va arriver un moment où l’on ne pourra plus agir. Il est plus que temps de réfléchir à tout cela de façon prospective».

 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. d-20191203-3XK945 2019-12-03 10:58:52

    Enseignement: regarder Pisa avec les lunettes de l’optimiste

  2. ©News

    Les bulletins des Mauves face au Sporting de Charleroi: une défense inspirée, une attaque patraque

  3. «
J’ai beaucoup d’imagination et de spontanéité dans ma manière d’écrire et d’inventer de la musique.
»

    Ibrahim Maalouf: «Ma musique est métissée parce que j’écoute le monde»

La chronique
  • Dans la hotte de saint Nicolas :{couques}, {nicnacs} et {spéculoos}

    Pour nombre d’entre nous, le 6 décembre fait revivre des souvenirs dont l’évocation suffit à nous convaincre que les enfants sages d’antan étaient bien différents de ceux d’aujourd’hui. Pourtant, même si le contenu de la hotte du grand saint a bien changé, il recèle quelques indémodables qui suscitent chez petits et grands un même élan de gratitude vis-à-vis de ce mystérieux visiteur à qui l’on pardonne bien volontiers son intrusion d’un soir. Dans le sillage de celui-ci, cette chronique vous offre quelques friandises linguistiques qui ont bravé les décennies, tout comme les réalités qu’elles désignent.

    Une couque de Dinant, pas de Reims

    Pas de hotte de saint Nicolas sans couque, gourmandise lexicographique de solide consistance. Une couque bien différente de ces pâtisseries à base de pâte briochée que sont, en Belgique, la couque suisse et la couque au beurre (avec ses déclinaisons aux raisins et au chocolat). Il s’agit d’un pain d’épices à pâte très ferme, ce qui...

    Lire la suite

  • Question à la N-VA: pourquoi se rendre détestable?

    Stop Khattabi » en lettres capitales noires sur fond jaune, avec pour suivre « Pas d’activiste qui puisse contrecarrer les décisions de justice à la Cour constitutionnelle ». Le tout à côté du visage de l’ex-coprésidente d’Ecolo, érigée par la N-VA en ennemie publique numéro un.

    Cette campagne « ad feminam » sur Twitter est pour commencer totalement déplacée alors qu’il existe un Parlement pour...

    Lire la suite