Ebola en RD Congo: MSF accuse l’OMS de «rationner» le vaccin des laboratoires Merck

Ebola en RD Congo: MSF accuse l’OMS de «rationner» le vaccin des laboratoires Merck
AFP

L’ONG Médecins sans frontières (MSF) a accusé lundi l’Organisation mondiale de la santé (OMS) de «rationner» le vaccin des laboratoires Merck, le seul utilisé à ce jour pour lutter contre la propagation du virus Ebola dans l’est de la République démocratique du Congo.

«Un des problèmes majeurs réside aujourd’hui dans le fait qu’en pratique, le vaccin est rationné par l’Organisation mondiale de la santé, et que trop peu de personnes à risques sont aujourd’hui protégées», a écrit MSF dans un communiqué.

Dénonçant «l’opacité» de l’OMS, MSF demande «la création d’un comité de coordination international indépendant», pour «améliorer la coordination de la vaccination», et «garantir la transparence sur la gestion des stocks et le partage des données».

Interrogée par l’AFP, l’OMS a démenti toute limitation de l’accès au vaccin.

«Nous collaborons étroitement avec le gouvernement de la RDC pour atteindre le plus de communautés et d’individus possibles dans la zone de l’épidémie. Nous ne limitons pas l’accès au vaccin, mais mettons plutôt en place une stratégie recommandée par un comité d’experts indépendants, comme convenu avec le gouvernement de la RDC», a déclaré le Dr Mike Ryan, directeur des programmes d’urgence de l’OMS.

Déclarée le 1er août 2018, la 10e épidémie de fièvre hémorragique Ebola sur le sol congolais a tué plus de 2.100 personnes.

En juillet dernier, l’OMS a élevé la menace Ebola au rang «d’urgence de santé publique de portée internationale».

Au total 225.000 personnes ont été vaccinées, «mais ce nombre reste largement insuffisant», selon MSF.

«Jusqu’à 2.000-2.500 personnes pourraient être vaccinées chaque jour, contre un rythme actuel de 500 à 1.000 personnes», affirme dans le communiqué la directrice des opérations de MSF, Isabelle Defourny.

«Les efforts de MSF pour étendre l’accès à la vaccination en collaboration avec le ministère de la Santé (...) se sont heurtés au contrôle extrême imposé par l’OMS sur l’approvisionnement en vaccins».

«Les raisons derrière ces restrictions restent obscures», poursuit l’ONG, pour qui l’actuel vaccin rVSV-ZEBOV «a démontré son innocuité et son efficacité».

L’ONG balaie l’argument d’une crise d’approvisionnement : «Merck vient de déclarer qu’en plus des 245.000 doses déjà délivrées à l’OMS, ils étaient prêts à envoyer 190.000 autres doses si nécessaire, et que 650.000 autres seraient mises à disposition dans les six à 18 prochains mois».

Le communiqué de MSF a été publié sur fond de polémiques sur l’introduction d’un deuxième vaccin anti-Ebola.

«Le deuxième vaccin est en cours d’examen», a déclaré en fin de semaine dernière le coordonnateur de la riposte anti-Ebola du ministère congolais de la Santé, le Dr Jean-Jacques Muyembe. «Nous continuons avec le premier vaccin dans les endroits où il y a l’épidémie. Le deuxième vaccin sera utilisé sans doute en dehors des zones épidémiques pour protéger la population», a-t-il ajouté dans des propos rapportés par le site actualité.cd.

L’ex-ministre de la Santé, Oly Ilunga, avait démissionné le 22 juillet, en dénonçant des tentatives d’introduction d’un deuxième vaccin «par des acteurs qui ont fait preuve d’un manque d’éthique manifeste».

En mai, le laboratoire belge Janssen Pharmaceuticals, filiale de l’Américain Johnson&Johnson, avait déclaré à la presse belge qu’il était prêt à envoyer des doses d’un vaccin expérimental anti-Ebola en RDC, en très grande quantité (jusqu’à 1,5 million).

 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. Face au vote des députés, Boris Johnson a renvoyé la patate chaude aux Européens.

    Brexit: suite au prochain épisode…

  2. Vladimi Poutine accueillant son homologue turc, Recep Tayyip Erdogan, mardi à Sotchi
: «
La situation dans la région est très grave
» a rappelé le président russe.

    Poutine et Erdogan s’accordent pour renforcer la présence russe en Syrie

  3. FRANCE-LEONARDO-DA-VINCI-EXHIBITION

    Le Louvre met à l’honneur le vrai Léonard de Vinci

La chronique
  • Michel Barnier, missionnaire et poil à gratter: une personnalité qui contraste avec Boris Johnson

    Par Marc Roche

    Dans un coin de ma mémoire de chroniqueur du Brexit, une petite information mise de côté en sachant qu’elle sera utilisée un jour. La nouvelle Présidente de la Commission européenne, Ursula von der Leyen, a nommé Michel Barnier à la tête d’une « task force Royaume-Uni » chargée de la finalisation de l’Article 50 de sortie, de la préparation d’un no deal et de la négociation du futur accord commercial entre l’Union européenne et le Royaume-Uni.

    Dans le chaos actuel du processus du Brexit, cette nouvelle a fait l’effet d’un « vent » dans une assemblée de trappistes : déplorable mais sans importance. Le Premier ministre, Boris Johnson, a en effet d’autres chats à fouetter que de se préoccuper de la nouvelle mission qui serait attribuée, après la ratification de l’accord scellé entre Londres et Bruxelles, à celui qui est considéré par les Brexiteurs comme l’ennemi public numéro un.

    De solides inimitiés...

    Lire la suite

  • Une réforme des pensions doit être socialement acceptable

    Les hommes politiques se trompent parfois (pardonnez l’euphémisme). Après tout, ils sont faits du même bois que nous. Mais quand ils annoncent qu’il faut réformer notre système de pensions, ils ont raison.

    Tout a changé

    Notre premier pilier de pensions s’est construit au lendemain du dernier conflit mondial. La période des « Trente glorieuses » lui a donné sa solidité, en même temps que le « Baby-boom...

    Lire la suite