Meurtre d’Alfred Gadenne: «La meilleure chose que j’avais à faire était de rendre justice à mon père», déclare l’accusé

Le procès de Nathan Duponcheel, 20 ans, devant la cour d’assises du Hainaut a débuté lundi à Mons. Le jeune Mouscronnois est accusé d’avoir assassiné le bourgmestre de Mouscron, Alfred Gadenne, dans le cimetière de Luingne, le 11 septembre 2017.

Nathan Duponcheel a déclaré à la cour que, le matin des faits, il avait fait le point sur sa vie. Il a pensé à son père décédé, à son rêve brisé d’entrer à l’armée et à son échec sentimental. Il était décidé à venger son père, une idée qui lui trottait dans la tête depuis quelque temps déjà.

Il ressort de l’enquête que Nathan Duponcheel a fait des recherches sur internet (peine en cas de crime, vie carcérale en Belgique, Alfred Gadenne) quelques jours avant le crime. L’accusé met cela sur le compte de ses échecs, professionnel (il a été recalé de l’armée en raison d’un problème à l’oreille) et sentimental (celle qu’il aimait fréquentait son meilleur ami).

Le 11 septembre 2017, il dit avoir fait le point sur son existence. «Dans ma vie, il n’y avait rien. La meilleure chose que j’avais à faire était de rendre justice à mon père. Tout le monde l’avait oublié, ils étaient passés à autre chose. Je voulais me venger et le responsable était Alfred Gadenne.»

Il raconte que l’armée était son rêve car il voulait se mettre au service de son pays. Mais ce rêve s’est brisé en raison d’un problème d’audition, en raison d’une maladie durant son enfance. Il avait entrepris des démarches pour devenir garde de sécurité.

Mort d’Alfred Gadenne: la reconstitution a eu lieu au cimetière de Luingne (photos)

«Je dormais de moins en moins, je faisais des cauchemars, je ruminais... Rien n’allait. Le 11 septembre, j’ai fait un point sur ma vie et rien n’allait. Je n’espérais rien de la vie. L’armée, c’était fini. Cette fille, c’était fini aussi.»

 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. Maxim Toller et Renaud Molders-Pierre, les avocats du prévenu, n’ont pas pu plaider.

    Il tue sa mère aimante et ne souhaite pas se défendre

  2. Le producteur bruxellois Sébastien Delloye, l’un des deux associés d’Entre chien et loup.

    Une première série belge sur Netflix: «C’est une opportunité en or»

  3. TENNIS DAVIS CUP COLOMBIA VS BELGIUM SUNDAY PRESS CONFERENCE

    Coupe Davis: la Belgique doit d’emblée… écraser la Colombie

La chronique
  • Le mauvais {œil du cyclone}

    La VRT est dans l’œil du cyclone » titrait récemment la rubrique Info de la RTBF à propos des critiques essuyées par son homologue flamande de la part de certaines personnalités politiques du Nord du pays. « Encore une expression mal utilisée, réagit un copywriter sur Twitter. L’œil du cyclone est l’endroit le plus calme de cet événement climatique. » Ce type de commentaire revient régulièrement, la saison cyclonique s’étendant sur toute l’année en matière de prescription langagière. Si la réalité météorologique est avérée, pourquoi tant de francophones s’en battent-ils l’œil ?

    Ces tours qu’on tient à l’œil

    Nous avons une conscience assez nette de l’évolution sémantique des mots. Lorsqu’une entreprise se veut agile, nous comprenons qu’il ne s’agit pas d’une qualité physique. Si votre...

    Lire la suite

  • Duel Bouchez-Ducarme: le MR s’expose, vertueux mais risqué

    Il faut d’abord saluer le formidable exercice de démocratie. La politique, ça se vit, ça se partage, ça s’expose. Et donc, pour cette raison, la campagne, sur la place publique pour la présidence du MR est un moment remarquable. D’autant plus quand dans quasi tous les autres partis francophones, les successions ont été « monarchiques » : le dauphin s’installait sans surprise sur le trône du Roi sortant. D’autant plus aussi dans un parti, le MR, qui avait ces dernières années cadenassé les discussions internes, gérées d’une...

    Lire la suite