Accueil Léna

Ahmed, Mustafa, Mahmoud, Ahmad Yunes: l’histoire derrière la photo du massacre

Le 28 août dernier, un massacre perpétré par un avion de chasse du régime syrien dans la province d’Idlib provoquait la mort d’au moins treize personnes, dont de nombreux enfants. Un photographe de l’Agence France Presse était sur place.

Avec LéNA, retrouvez le meilleur du journalisme européen.

Article réservé aux abonnés
Temps de lecture: 6 min

Je commence à filmer », dit-il, les mains tremblantes et le cœur qui bat la chamade. Quand Zein al Rifai est entré dans l’hôpital, il a vu les blessés, les femmes et les enfants ensanglantés, et il les a photographiés. Il a continué de marcher et il est tombé sur cet homme agenouillé, pleurant les corps sans vie de quatre enfants défigurés, allongés sur une couverture sombre posée à même le sol. Il a été saisi.

Zein, 32 ans, originaire d’Alep, était dans un hôpital de la ville de Ma’arrat al-Numan, sur la frange occidentale de la Syrie. Face à lui, en pleurs, Hany Ahmad Darwish, l’oncle des enfants qu’il a immortalisés avec son appareil photo. Ils n’avaient même pas 10 ans. « C’était inimaginable, écrit-il dans un message, j’ai pris conscience que tous les pères de cette région étaient susceptibles de vivre le même drame. »

Cet article est réservé aux abonnés
Article abonné

Découvrez la suite, 1€ pour 1 mois (sans engagement)

Avec cette offre, profitez de :
  • L’accès illimité à tous les articles, dossiers et reportages de la rédaction
  • Le journal en version numérique
  • Un confort de lecture avec publicité limitée

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

3 Commentaires

  • Posté par Smit jean pierre, mardi 1 octobre 2019, 1:06

    C'est évidemment tragique et inacceptable,mais il faut chercher les vrais coupables. Les occidentaux et les monarchies du Golfe (Quatar et Arabie Saoud )ont armé les groupes rebelles qui s'avèrent tous être des djihadistes en cherchant un changement de régime . Grâce à l'intervention de la RUssie le coup est raté. >Bien sûr le gvt syrien a du sang sur les mains ,mais avant la guerre les minorités (druzes,chrétiens, yezidis,..)vivaient en relative bonne intelligence et les syriens avaient un niveau d'éducation de loin supérieur aux pays voisins. Nous sommes mal placés pour donner des leçons car pendant la 2eme guerre mondiale ,les anglo américains on tbombardéDresden faisant plus d e 100 000 morts civils.

  • Posté par MARTIN Roland, samedi 28 septembre 2019, 9:31

    Quand est ce que le criminel bachar el assadssin sera traduit devant la CPI ?

  • Posté par CREPIN Hugues, lundi 30 septembre 2019, 8:53

    Avec Obama, Hillary Clinton, Hollande, Sarkozy, Cameron, Netanyahou et BHL en co-accusés? Bachar-El-Assad a succédé à son père et a été attaqué dès les premiers jours où il a commencé à baisser la pression mise en place par son prédécesseur (dont un couvre-feu âgé de presque 20 ans). L'opposition a été excitée, ennivrée et puis armée. Je ne sais pas si c'est un monstre mais je me souviens que lors de son accession au pouvoir, il avait promis de normaliser et démocratiser la Syrie. Cependant, il avait averti que c'était un pays de démons et que cela devrait être fait précautionneusement pour ne pas ouvrir les portes de l'enfer. Tout le monde savait qu'il était assis sur un chaudron de sorcière et au lieu d'aider à ce que cela se passe le mieux possible, tenant compte aussi que même si le père était mort, les durs du régime sont encore là, ils ont préféré jouer les apprenti-sorciers et non seulement cela a abouti à une répression sanglante mais a aussi permis la création de DAESH puis de l'Etat islamique. La situation n'est pas si simple et Bachar El-Assad même si il est évidemment responsable n'est peut-être que le coupable le plus commode.

Aussi en LéNA

Voir plus d'articles

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une

références Voir les articles de références références Tous les jobs