Accueil Économie Entreprises

Joseph Stiglitz au «Soir»: «L’Amérique est devenue une ploutocratie d’héritiers»

Dans « Peuple, Pouvoir et Profits », l’économiste américain Joseph Stiglitz complète son réquisitoire contre un système qui ne fonctionne plus qu’au profit de quelques-uns.

Article réservé aux abonnés
Journaliste au service Economie Temps de lecture: 5 min

Joseph Stiglitz poursuit, livre après livre, son réquisitoire contre un système capitaliste qui ne fonctionne plus qu’au profit de quelques-uns – et contre une idéologie, le néolibéralisme, qui maintient une fois aveugle dans l’autorégulation des marchés libres et sans entrave, malgré le démenti des faits et les résultats de la recherche en économie. Dans son nouvel opus Peuple, Pouvoir et Profits, qui sort mercredi en librairie, l’économiste américain, récipiendaire du « Nobel d’économie » en 2001, élargit l’analyse aux rapports de pouvoirs économiques et politiques.

Cet article est réservé aux abonnés

Découvrez la suite, 1€ pour 1 mois (sans engagement)

J'en profite

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

0 Commentaire

Aussi en Entreprises

Voir plus d'articles

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une

références Voir les articles de références références Tous les jobs